» 
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese

definition - Élection_présidentielle_française_de_2007

definition of Wikipedia

   Advertizing ▼

Wikipedia

Élection présidentielle française de 2007

                   
Élection présidentielle française de 2007
Précédent 2002 2012 Suivant
Élection présidentielle française de 2007
Nicolas Sarkozy
Élection présidentielle française de 2007
Ségolène Royal
UMP PS
Résultats du 2nd tour
18 983 138 voix 16 790 440 voix
53,06 % 46,94 %
Précédent Président sortant
Jacques Chirac
Président élu
Nicolas Sarkozy
Suivant
  Graphique circulaire indiquant les résultats du premier tour de scrutin.
  Affiches électorales officielles pour le premier tour de la présidentielle 2007,
21 et 22 avril 2007.
  Les partisans de Nicolas Sarkozy se sont rassemblés le 6 mai au soir Place de la Concorde à Paris
  Les médias étrangers couvrent l'élection

L'élection présidentielle française de 2007, neuvième élection présidentielle de la Ve République et huitième élection au suffrage universel direct, est un scrutin qui permet d'élire le président de la République pour un mandat de cinq ans. Le président sortant Jacques Chirac ayant accompli deux mandats consécutifs n'est pas candidat.

L'inscription sur les listes électorales est très importante, avec 1,8 million d'inscrits supplémentaires sur un an[1], et 3,3 millions d'électeurs supplémentaires par rapport à 2002[2]. La source de cette nouvelle participation à la vie politique se trouve dans l'accroissement démographique[3],[4], mais également dans un regain d'intérêt de la vie politique française[2]. Cette élection est également marquée par le développement du vote électronique : 1,5 million d'électeurs ont voté par le moyen d'un ordinateur de vote[5].

Le premier tour de scrutin se déroule le dimanche 22 avril 2007 de 8 h à 18 h[6]. En raison du décalage horaire, l'élection a également eu lieu le samedi 21 avril 2007 en dehors de la France métropolitaine : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon et dans les bureaux de vote ouverts par les ambassades et postes consulaires situés sur le continent américain[7].

Le premier tour a permis de sélectionner Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés[8], le second tour de scrutin se déroule le dimanche 6 mai 2007[9].

Le 10 mai, le Conseil constitutionnel proclame l'élection du candidat UMP Nicolas Sarkozy avec 53,06 % des voix, soit un total de 18 983 138 bulletins de vote en sa faveur[10]. Le mandat de Jacques Chirac prend fin le 16 mai 2007 à minuit.

Sommaire

  Déroulement

  Dates

Les dates du scrutin, confirmées par décret, ont été rendues publiques par une communication du ministre de l'Intérieur au Conseil des ministres du 24 octobre 2006[11].

Pour la première fois lors d'une élection présidentielle (cela avait déjà été le cas pour le référendum sur le traité constitutionnel en 2005), les Français des départements, collectivités ou territoires d'outre-mer ainsi que certains des 821 600 français inscrits à l'étranger[12] se situant à l'ouest de la métropole et au-delà de l'Atlantique ont voté avant la date officielle. Ainsi en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Polynésie française, et dans les ambassades et les postes consulaires situés sur le continent américain, le scrutin a été avancé d'un jour. Ceci afin de permettre aux électeurs de ces régions de voter sans connaître les estimations des résultats nationaux. En effet, avec le décalage horaire, des estimations valant quasiment résultats sont diffusées à 20h00, heure de Paris, à la fermeture des derniers bureaux de votes métropolitains alors que ces bureaux de vote d'outre-mer étaient encore ouverts voire venaient d'ouvrir pour ceux de la Polynésie, ce qui favorisait l'abstention. Dans ces régions, le premier tour y a donc eu lieu le samedi 21 avril 2007, et le second tour y aura lieu le samedi 5 mai[13][réf. insuffisante]. Les premiers bureaux de vote français à ouvrir pour l'élection présidentielle sont donc ceux de Saint-Pierre-et-Miquelon. Les derniers à voter furent les Français inscrits dans l'archipel du Cap-Vert.

  Premier tour

Le premier tour de l'élection présidentielle 2007 a été marqué par une participation exceptionnelle avec un score de 83,97 %[14] des inscrits. Ce taux est comparable à celui du premier tour de l'élection présidentielle de 1965 qui était de 84,7 %[15] et celle de 1974 qui était de 84,2 %[16]. Nicolas Sarkozy (31,18 %) et Ségolène Royal (25,87 %) arrivent en tête pour le premier tour de l'élection devant François Bayrou (18,57 %) et Jean-Marie Le Pen (10,44 %)[17]. Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés, un second tour a eu lieu le dimanche 6 mai entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

  Second tour

Nicolas Sarkozy est élu Président de la République française, avec 53,06 % des suffrages, contre Ségolène Royal avec 46,94 %. Des résultats similaires, fondés sur des sondages à la sortie des urnes, avaient été annoncés dès la fin d'après-midi par les médias belges et suisses qui ne sont pas soumis à l'interdiction française de diffusion de résultats avant la fermeture des bureaux de vote à 20 heures.

  Candidats

La liste officielle des 12 candidats a été publiée par le Conseil constitutionnel le 19 mars 2007 à 17 heures 30[18]. Sont indiqués le cas échéant les scores réalisés par ces candidats lors des élections précédentes.

  Partis

L'histoire des partis et de leur soutien est compliquée par les alliances, associations (car un parti peut être composés de plusieurs autres partis, qui selon les circonstances reprendront ou abandonneront leur autonomie), scission et fusions, ainsi que par les mouvements personnels d'hommes politiques influents.

Les deux tableaux qui suivent, présentent cette évolution sous forme simplifiée et donc incomplète, puis sous forme plus détaillée, mais plus précise.

Soutien des partis aux élections présidentielle françaises de 1965 à 2007 au 2nd tour (forme simplifiée)
Parti 19/12/1965 15/06/1969 19/05/1974 10/05/1981 08/05/1988 07/05/1995 05/05/2002 06/05/2007 Candidat 2007
Centriste - - 50,81 % VGE - - - - - François Bayrou
Socialiste - - - 51,76 % FM 54,02 % FM - - - Ségolène Royal
Gaulliste et Libéraux 55,20 % CDG 58,21 % GP - - - 52,64 % JC 82,21 % JC 53,06 % NS Nicolas Sarkozy
Inscrits 28 920 704 29 500 334 30 600 775 36 398 762 38 039 196 39 976 644 41 192 272 44 472 733 -
Votants 24 371 647 20 311 287 26 724 595 31 249 552 32 085 071 31 845 819 32 832 832 37 342 004 .
Exprimés 23 703 434 19 007 489 26 367 807 30 350 568 30 923 249 29 943 671 31 062 928 35 773 578 .
Suffrages de l'élu 13 083 699 11 064 371 13 396 203 15 708 262 16 704 279 15 763 027 25 537 894 18 983 138 .
Δ entre le suffrage de l'élu et la majorité 1 231 982 1 560 627 212 300 532 978 1 242 655 791 192 10 006 430 1 096 349 .

Liens : 1965 à 1995 2002 2007

Soutien des partis aux élections présidentielle françaises de 1965 à 2007 (forme détaillée)
Les scores en italiques sont ceux obtenus par un candidat différent mais de la même formation que celui présenté en 2007.
Le tableau est présenté dans l'ordre alphabétique des noms des candidats (changez l'ordre, avec un clic sur le symbole dans la colonne souhaitée).
Parti Prés.
1965
Prés.
1969
Prés.
1974
Prés.
1981
Prés.
1988
Prés.
1995
Prés.
2002
Prés.
2007
Candidat 2007
UDF 15,57 %
 
23,31 %
41,79 %
32,60 %
50,81 %
28,32 %
48,24 %
16,54 %
,[19]

 
6,84 %
 
18,57 %
 
François Bayrou
DL 3,91 %
[20]
LCR 1,06 % 0,37 % 2,10 %[21] 4,25 % 4,08 % Olivier Besancenot
Sans étiquette[22] 1,32 % José Bové
PCF
 
21,27 %
 
15,35 % 6,76 % 8,65 % 3,37 % 1,93 % Marie-George Buffet
LO 2,33 % 2,30 % 1,99 % 5,30 % 5,72 % 1,33 % Arlette Laguiller
FN 5,20 %
 
0,75 %
 
14,39 %
 
15,00 %
 
16,86 %
17,79 %
10,44 %
 
Jean-Marie Le Pen
CPNT 4,23 % 1,15 % Frédéric Nihous
PS 31,72 % [24]
44,80 %
5,01 %
 
43,25 %
49,19 %
25,85 %
51,76 %
34,11 %
54,02 %
23,30 %
47,36 %
16,18 %
 
25,87 %
46,94 %
Ségolène Royal
PRG 2,21 %
2,32 %
[25]
MRC 5,33 %
[25]
UMP[26] 44,66 % [27]
55,20 %
44,47 %
58,21 %
15,11 %
 
18,00 %
 
19,94 %
45,98 %
39,42[28] %
52,64 %
19,88 %
82,21 %
31,18 %
53,06 %
Nicolas Sarkozy
PT [29] 0,38 % 0,47 % 0,34 % Gérard Schivardi
MPF 4,74 % 2,23 % Philippe de Villiers
Verts 1,32 %[30] 3,88 %[31] 3,78 %[32] 3,32 % 5,25 % 1,57 % Dominique Voynet
MNR 2,34 % [33]
Cap 21 1,88 % [34]

  Controverses

  Gauche antilibérale dans la tourmente

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Merci d’ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence souhaitée}}.

Un appel en ce sens a été lancé en mai 2006[Lequel ?] par des personnalités[Lesquelles ?], membres ou non de partis politiques et souvent proches des Collectifs du 29 mai (anciens Comités pour le non de gauche au référendum) pour la désignation d'un candidat unitaire de la gauche antilibérale et alternative à l'élection présidentielle. À la suite de cet appel, de nombreux collectifs sont créés, pour une partie issus des collectifs du 29 mai, au niveau local, ainsi qu'un Collectif national d’initiative pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes.

Neuf candidats se sont proposés pour l'investiture par les collectifs[35] incluant Clémentine Autain (maire-adjointe apparentée PCF de Paris), José Bové (ancien porte-parole de la Confédération paysanne), Marie-George Buffet (secrétaire nationale du PCF), Patrick Braouezec (député PCF de la Seine-Saint-Denis), Michel Feuillebois, Patrick Guillot, Jack Harmand et Yves Salesse (président de la Fondation Copernic, conseiller d'État).

Le 24 novembre, José Bové annonce le retrait « provisoire » de sa candidature. La réunion du 9 et 10 décembre à l'île-Saint-Denis a été houleuse et n'a pas réussi à établir un consensus. La direction du PCF estimait que la candidature de Marie-George Buffet (majoritaire dans les votes indicatifs des collectifs) était la meilleure et appelait à respecter le choix de ces collectifs. L'essentiel des autres organisations voulait une candidature qui puisse rassembler plus largement, sans toutefois avoir d'accord sur un nom.

Les militants communistes choisissent à 81,05 % (41 533 votes) de confirmer cette candidature[36]. Le choix du retrait n'obtient que 18,90 % (9 683 votes), avec 2,02 % de votes blancs (1058 votes). La rencontre prévue le 21 décembre entre les différentes organisations du rassemblement conclut qu'il n'y aura pas de candidature du rassemblement antilibéral à la présidentielle de 2007. En réaction à cette réunion, Olivier Besancenot, candidat de la LCR, appelle la gauche antilibérale à se rassembler autour de sa candidature à la suite de la candidature de Marie-George Buffet[37][réf. insuffisante].

Le 1er février 2007, lors d'une conférence de presse à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), José Bové a confirmé officiellement sa candidature. Il cherche ainsi à se positionner au-dessus des autres candidats antilibéraux, puisqu'il fait partie des nombreuses personnalités sans parti politique mais cherchant à peser sur le scrutin. Le collectif unitaire national a cependant rappelé que José Bové n'était pas le candidat des collectifs et du rassemblement antilibéral, pas plus que Marie-George Buffet.

Deux candidats issus des collectifs antilibéraux (et signataires de l'appel du 10 mai) sont donc représentés : José Bové et Marie-George Buffet. Cependant, aucun des deux n'a été investi par les collectifs.

Le résultat final au premier tour fut très faible avec un score total des deux candidats inférieur à celui de 2002 du seul PCF.

  Débats de l'entre-deux tours

  Affiches du second tour

Particularité de cette élection, un débat s'est tenu le samedi 28 avril au matin entre Ségolène Royal et François Bayrou, retransmis par BFMTV ; le CSA n'avait pas prévu une telle situation.

Le débat télévisé de l'entre deux tours (qui n'avait pas eu lieu en 2002) s'est tenu le mercredi 2 mai 2007 à 21 h. Il a été animé par Patrick Poivre d'Arvor (TF1) et Arlette Chabot (France 2) et réalisé par Jérôme Revon. Il a été relayé sur d'autres chaînes de télévision et de radio ainsi que sur internet. Prévu pour durer 2 heures, il a duré 2 heures et 39 minutes[38].

Les sujets abordés lors du débat ont porté sur le travail, les finances publiques où Nicolas Sarkozy a défendu l'idée de fusionner les ministères chargés de fixer l'impôt et chargés de le percevoir, la sécurité dont la discussion a porté sur le viol d'une femme policier, le logement rapidement évoqué, l'immigration où Nicolas Sarkozy a défendu l'idée d'une immigration choisie alors que Ségolène Royal s'est montrée favorable aux régularisations au cas par cas, la retraite rapidement évoquée, l'énergie nucléaire qui a suscité une polémique sur la génération à laquelle appartient le réacteur pressurisé européen et où Nicolas Sarkozy s'est montré favorable à ce projet tandis que Ségolène Royal a défendu l'idée de se focaliser sur la génération qui succédera à l'EPR, l'éducation où chaque candidat a apporté des propositions ambitieuses et l'Europe où Nicolas Sarkozy a exprimé son refus net de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne car cela empêcherait la construction d'une Europe politique selon lui.

Selon un sondage OpinionWay, Nicolas Sarkozy est largement considéré comme « le plus convaincant » (53 % contre 31 % pour Ségolène Royal). Sarkozy aurait de plus dominé sur les dossiers économiques, l'immigration et la lutte contre l'insécurité. Royal a, quant à elle, pris l'avantage sur les dossiers de société (environnement, école, inégalités sociales...)[39].

Après ce débat, les commentateurs politiques étaient cependant en désaccord sur la question de savoir s'il y avait un « gagnant ». Ils ont tous souligné la nette différence de style entre une Ségolène Royal plus accrocheuse, combative selon ses partisans et agressive selon ses adversaires, et un Nicolas Sarkozy plus posé, maîtrisant ses dossiers selon ses partisans et effacé selon ses adversaires. Ségolène Royal, interrompant régulièrement son adversaire, s'est exprimée environ trois minutes de plus que Nicolas Sarkozy. À un moment, Ségolène Royal, à la suite d'une demande de calme de Nicolas Sarkozy, s'est emportée en disant « Non, je ne me calmerai pas ! », ce à quoi Nicolas Sarkozy a répondu que, « pour être président de la République, il faut être calme »[40]. Les partisans de Nicolas Sarkozy ont ainsi considéré que Ségolène Royal avait perdu ce débat pour avoir perdu son sang-froid, tandis que les partisans de Ségolène Royal l'ont considérée plus proche du peuple et de ses soucis[réf. souhaitée].

Comme après les autres débats de ce genre, les positions de l'électorat n'ont bougé que dans de faibles proportions, selon les instituts de sondage[39]. Les commentateurs sont tombés d'accord pour dire qu'à ce stade d'une campagne électorale, beaucoup d'électeurs avaient déjà fait leur choix, et qu'il était difficile d'imaginer que les indécis pencheraient tous d'un même côté.

  Internet

L'Internet joue désormais un rôle de premier plan dans le cadre de l'élection présidentielle : relais de l'information publiée par les médias traditionnels (télévision, radio, presse écrite) et réceptacle des réactions et des intentions des électeurs. Ceux-ci sont donc maintenant dotés d'une plateforme médiatique aux pouvoirs d'attraction étonnants comme le démontre la multiplication des blogs de campagne. Un sondage réalisé pour RTL par Novatris/Harris mentionne que près du quart des Français croit que l'Internet aura une influence sur le résultat du scrutin d'avril.

De nouvelles formes d'expression apparaissent. À l'instar des hommes politiques américains, les candidats ont la possibilité d'avoir une chaîne sur YouTube, une page sur Skyblog, sur MySpace et des groupes de soutien à l'intérieur des sites de réseautage social (social networking). Les sites Web permettent d'individualiser le message à l'utilisateur en fournissant des vidéos qui permettent de pénétrer l'intimité d'une campagne et de la vie des candidats. Cependant le rôle de l'Internet ne peut pas être mesuré. Aux États-Unis, l'Internet a joué un rôle important pour les campagnes de 2004 et 2006 en permettant à des vidéos amateurs de circuler rapidement sur le Web en discréditant un candidat (voir l'affaire Macaca, où un candidat proférant une insulte raciale a été pris en délit par une vidéo amateur : il a perdu son siège).

Trois vidéos ont marqué[réf. nécessaire] l'élection française par l'importance de leur diffusion sur Youtube ou Dailymotion : la vidéo Le Vrai Sarkozy, la vidéo de Ségolène Royal apostrophant les professeurs sur les 35 heures[41] et, en fin de campagne, la vidéo Sarkozy Human Bomb[42] mise en ligne par les partisans de Nicolas Sarkozy pour s'opposer aux tentatives de diabolisation de ses opposants. Rachida Dati a également été filmée déclarant, en boutade, qu'elle serait « ministre de la rénovation urbaine à coup de Kärcher » faisant ainsi référence à une déclaration antérieure de Nicolas Sarkozy[43].

L'Internet est également le centre d'un autre débat, qui est l'heure de publication des estimations. C'est le journaliste Jean-Marc Morandini qui le premier, soulève cette question. Il a menacé publiquement de diffuser des « rumeurs vérifiées » du premier tour dès dix-huit heures, avant de se rétracter le 21 avril 2007 dans la soirée. Bien qu'une publication d'estimations soit interdite en France, plusieurs sites étrangers ont déclaré qu'ils publieraient ces estimations dès 18 h. Morandini a donc voulu montrer qu'il était absurde que la localisation du serveur influe sur la légalité de l'action entreprise. Un site français devrait être prioritaire dans la divulgation des premières estimations des résultats d'une élection française. Bien que cette action n'ait pu aller jusqu'au bout, elle a permis de montrer l'importance qu'a pu prendre internet dans la vie politique. Certains sites internet d'information étrangers francophones tout comme certains blogs étaient hors-ligne la journée du premier tour (coupures ou saturés). En revanche, les télévisions étrangères d'information étaient toujours disponibles en France et beaucoup d'entre-elles ont annoncé les premières estimations vers 18 h 30.

  Vote électronique

Lors de cette élection, les médias ont accordé une grande importance à la progression du vote électronique. Le vote électronique avait déjà été largement utilisé lors du référendum de 2005[44] — mais c'était sa première utilisation à une aussi grande échelle pour ce type de scrutin. En effet, entre 3 % et 5 % des électeurs ont participé à l'élection en utilisant ce type d'équipement[45]. Des critiques sont apparues dans les médias quelques mois avant le scrutin[46][réf. insuffisante] ; ces critiques s'inscrivent dans un débat plus large sur le vote électronique en France (voir Vote électronique).

Les critiques faisant suite au scrutin ont rapidement trouvé un large écho dans la presse. Ainsi dans l'après-midi du scrutin, le journal 20 minutes rapportait des incidents[47][réf. insuffisante], quelques heures plus tard le site du Figaro rapportait la saisie du Conseil Constitutionnel par un conseiller régional francilien[48][réf. insuffisante], le soir du scrutin le site de la chaîne d'information LCI[49][réf. insuffisante] rapportait les soucis techniques dont se plaignaient certains électeurs et l'émoi et les doutes provoqués chez certains élus ; le lendemain, le Parisien titrait le 23 avril 2007 en page 9 « L'urne électronique passe mal auprès des électeurs ».

Divers citoyens ont déposé devant les tribunaux administratifs des référés-libertés tendant à exiger le rétablissement du vote traditionnel dans leur commune, qui ont tous été rejetés[50]. D'autre part, des dysfonctionnements ont été constatés (pannes, files d'attente)[51] et des problèmes inhérents à l'utilisation des machines ont été rapportés par différents journaux

  • Certaines machines ne satisfaisaient pas au règlement technique qui leur vaut leur agrément d'après le journal Le Monde[52].
  • Des modifications effectuées sur des machines à voter ont entraîné leur remplacement en dernière minute - les machines modifiées n'ayant pu recevoir d'agrément[53].

Cependant, le conseil constitutionnel a tenu à souligner en commentant aux Cahiers sa décision de déclaration des résultats du premier tour que « Il est intéressant de relever que l'utilisation de machines à voter n'a, de ce point de vue, eu aucune incidence : aucune annulation de résultats ne concerne des bureaux de vote dans lesquelles de telles machines ont été utilisées. »[54]

  International

Avant les élections, deux otages français ont été capturés par les talibans le 3 avril 2007. L'expiration de l'ultimatum d'abord prévue pour vendredi 27 avril a été reportée au dimanche 6 mai pour tenir compte de l'échéance de la période électorale française[55].

L'élection présidentielle de 2007 a fait l'objet d'une couverture médiatique considérable dans la presse internationale, du fait du poids du pays en tant que membre de l'Union européenne comme des nations du G8. À titre d'exemple, le 22 avril 2007, CNN International a retransmis en direct le discours de Ségolène Royal donné à l'issue du premier tour. La journaliste de CNN Hala Gorani a par la suite mené une émission d'analyses avec des blogueurs français et des hommes politiques à l'issue de cette prise de parole.

  Incidents divers

  Place de la Bastille, des jeunes soutenant Ségolène Royal protestent contre Nicolas Sarkozy le 6 mai au soir

À l'annonce des résultats du second tour, des rassemblements spontanés d'opposants à Nicolas Sarkozy se forment dans une quinzaine de grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Caen, Brest, Lille, Dijon, Montpellier, Clermont-Ferrand, Strasbourg, Nantes, Rouen, Tours, Rennes).

Au soir du premier tour, le 22 avril au soir, des individus avaient déjà mis le feu à une soixantaine de véhicules dans le nord-est de Paris[56].

  Près de la place de la Bastille, plusieurs actes de vandalisme sont commis (véhicules brûlés) ainsi que des attaques contre les forces de l'ordre.

Lors du second tour, avant les résultats, une trentaine de voitures ont été brûlées à Paris la veille au soir du dimanche du second tour des élections dans les 3e, 9e, 10e, 13e et 18e arrondissements. La capitale française est généralement épargnée par ces incidents, comme durant les émeutes d'automne 2005[57].


Après l'annonce des résultats, des incidents ont été relevés à la Bastille à Paris, à Bordeaux, à Lille sur la place centrale, à Clermont-Ferrand, à Toulouse, à Nantes, à Lyon, à la Courneuve, à Dugny, à Rennes, à Strasbourg et à Brest (liste non exhaustive). Dans certaines villes, les rassemblements partent en manifestations improvisées. Elles sont dispersées par les forces de police et de gendarmerie déployées pour l'occasion. Certains rassemblements donneront lieu à des altercations et affrontements avec les forces de l'ordre, parfois consécutifs à des actes de vandalisme ou des débuts d'émeutes. De nombreuses voitures (367 selon les chiffres officiels du Ministère de l'Intérieur) ont aussi été brûlées de même que des locaux, en particulier une permanence de l'UMP. Dans certaines villes les événements se reproduisent aux soirs du 7 et du 8 mai.

Le chanteur Cali a écrit une chanson sur le sujet, appelé "Résistance".

  Campagne

  Affiches électorales lors de l'élection présidentielle française de 2007.

Le dimanche 11 mars 2007, Jacques Chirac annonce qu'il « ne sollicitera pas les suffrages pour un nouveau mandat ».

Dans un entretien avec Michel Drucker diffusé le 11 février 2007 dans une émission sur sa femme, Jacques Chirac, à la question « Qu'est-ce que vous allez faire le jour où vous quitterez l'Elysée, que ce soit dans quelques mois ou dans cinq ans ? », avait répondu qu' « il y a une vie après la politique, il y a une vie jusqu'à la mort ». Certains observateurs y avaient déjà vu un indice du fait que Jacques Chirac ne se représenterait pas.

  Autres considérations sur l'élection

  Égalité

En plus des autres considérations légales, certaines considérations visent à l'égalité entre les candidats. Par exemple, l'entreprise Clear channel a été chargée de l'affichage électoral pour l'élection présidentielle française de 2007. Toutefois, ce travail d'affichage n'a pas été fait dans certaines communes, notamment en Guadeloupe[58].

  Considérations légales et constitutionnelles

  Pour les votes électroniques, la transparence du code source n'est pas obligatoire en 2007. Ici, une machine IVotronic.

Au-delà de la problématique du temps de parole traitée par le CSA, d'autres problèmes légaux liés à la liberté d'expression des candidats ont été soulevés, dans le mois précédant le premier tour.

Le candidat Gérard Schivardi dénonce[59][réf. insuffisante] les décisions, prises sous la pression du Parti socialiste[60][réf. insuffisante] via l'Association des maires de France (AMF), par la Commission nationale de contrôle de la campagne en vue de l'élection présidentielle le 29 mars, et par le Tribunal de grande instance de Paris le 2 avril, lui interdisant l'utilisation du slogan « candidat des maires » dans toute déclaration et tout document électoral ; ces décisions l'obligeraient à refaire ses 25 millions de professions de foi et toutes les affiches. Selon Gérard Schivardi cette sanction lui coûterait 320 000 euros environ[61].

Pour Ségolène Royal, l'utilisation des couleurs bleu-blanc-rouge est jugée incompatible avec un « outil de propagande ». « Le code électoral, pour garantir la sécurité du scrutin et l'égalité entre les candidats, a institué un interdit majeur sur l'usage des trois couleurs », affirme une note du PS qui cite l'article R. 27 dudit code. Le code indique notamment : « Affiches et circulaires ayant un but ou un caractère électoral qui comprennent la combinaison des trois couleurs, bleu, blanc, rouge à l'exception de la reproduction de l'emblème d'un parti ou groupement politique, sont interdites ». Cet article a été modifié par décret le 11 octobre 2006, pour élargir la sphère des interdits, seules les affiches étant jusque-là concernées. La note poursuit : « Certes, le livre de Nicolas Sarkozy n'est ni une affiche, ni un tract mais l'utilisation qui en est faite [...] le place clairement dans la catégorie du document électoral[62]. » Toutefois, le ministre de l'intérieur n'a pas été sanctionné. D'un autre côté, certaines affiches de campagne de Ségolène Royal existent en deux versions, l'une bleu et blanc et l'autre rouge et blanc, et l'on a pu voir ces affiches posées côte à côte évoquer sans ambiguïté le drapeau tricolore.

François Bayrou propose l'organisation d'un débat sur Internet. Toutefois, Nicolas Sarkozy indique son opposition à l'organisation d'un tel débat sur Internet, média « hors la loi » selon lui[63][réf. insuffisante]. Il est vrai que le Conseil Constitutionnel n'a pour le moment aucune jurisprudence concernant un éventuel débat des candidats via Internet.

Des polémiques quant à la fiabilité des machines à voter ayant fait l'objet de l'attention des médias, le Conseil constitutionnel a publié le 29 mars un communiqué rappelant « que l'utilisation des machines à voter pour les élections, notamment présidentielle, est autorisée par le législateur depuis 1969 » et que « ce recours aux machines à voter dans les conditions fixées par l'article L. 57-1 du code électoral a été déclaré conforme à la Constitution ». Divers citoyens ont déposé devant les tribunaux administratifs des référés-libertés tendant à exiger le rétablissement du vote traditionnel dans leur commune, qui ont tous été rejetés[50]. Bien que des dysfonctionnements (pannes, files d'attente de longueur inhabituelle) aient pu être constatés çà et là[51], le conseil constitutionnel a tenu à souligner en commentant aux Cahiers sa décision de déclaration des résultats du premier tour que « Il est intéressant de relever que l'utilisation de machines à voter n'a, de ce point de vue, eu aucune incidence : aucune annulation de résultats ne concerne des bureaux de vote dans lesquelles de telles machines ont été utilisées. »[54]

  Controverse autour des 500 signatures

Pour être officiellement désigné comme candidat, il faut obtenir 500 signatures d'élus : députés, sénateurs, maires, maires délégués des communes associées, maires des arrondissements de Lyon et de Marseille ou membres élus de l'Assemblée des Français de l'étranger, conseillers généraux des départements, de Mayotte, de Saint-Pierre-et-Miquelon ou du conseil de Paris, conseillers régionaux, élus de l'Assemblée de Corse, de l'Assemblée de la Polynésie française, du Congrès et des assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie, de l'Assemblée territoriale des îles Wallis-et-Futuna, représentants français au parlement européen. Ces parrainages, dans un réservoir d'environ 45 000 dont 36 000 de maires, doivent venir d'au moins trente départements ou collectivités d'outre-mer différents sans que plus d'un dixième d'entre eux soit issu du même département ou de la même collectivité d'outre-mer.

L'obtention des 500 signatures nécessaires pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle est toujours sujette à controverse, notamment autour de Jean-Marie Le Pen. Pour 2007, la controverse touche tous les petits partis. L'appel de François Hollande aux élus du Parti socialiste à réserver leurs signatures au candidat socialiste a conduit à une rumeur au sein des petits partis qui dit que le PS, l'UMP et parfois l'UDF feraient barrage face à leurs candidats et exerceraient des pressions sur les maires de petites communes pour qu'ils ne donnent pas leur signature. Des futurs candidats aussi opposés qu'Olivier Besancenot, José Bové et Corinne Lepage en font publiquement état.

Un amendement déposé au nom du groupe socialiste en vue d'étendre la publication au Journal officiel à toutes les présentations reçues ayant été repoussé[64], le Conseil constitutionnel a fait savoir qu'il renonçait à la pratique initiée en 1988 consistant à publier dans ses locaux l'ensemble des parrainages valides[65][réf. insuffisante]. Seuls 500 noms de présentateurs par candidat admis à concourir, déterminés par tirage au sort, seront donc publiés cette fois.

Les formulaires de parrainage signés par les élus sont à retourner au Conseil constitutionnel pour le 16 mars 2007 à 18 heures au plus tard (heure locale du territoire d'où provient la signature du formulaire de parrainage). Gérard Schivardi dénonce[66][réf. insuffisante] le chantage aux subventions, sur les maires qui souhaitent le parrainer, par des dirigeants politiques de régions ou départements. Pour aider les finances de sa commune de Noron-la-Poterie (Calvados), André Garrec, maire, a placé sa signature sur un site de vente aux enchères. L'enchère a été remportée à 1 550 € par Rachid Nekkaz. L'échange a eu lieu le 12 mars 2007 sur la chaîne LCI, le candidat a immédiatement déchiré le document[67].

Le 9 mars, l'ancien ministre de la culture Jean-Jacques Aillagon (UMP) donne sa signature par tirage au sort à Olivier Besancenot. Un maire d'une commune d'Ille-et-Vilaine a fait de même et le sort a désigné Arlette Laguiller. Jugeant ce procédé « incompatible avec la dignité qui sied aux opérations concourant à toute élection et que la présentation doit résulter d'un acte volontaire du présentateur[68] », le Conseil constitutionnel a indiqué que les parrainages ainsi attribués ne seront pas pris en compte tout comme les parrainages ayant donné lieu à contrepartie financière au sujet du Conseil Constitutionnel.

  Sondages

Lors de la campagne, 293 sondages sont publiés, ce qui constitue un record en France[69].

  Consignes de vote des candidats éliminés

Les 10 candidats ayant été recalés au premier tour ont fait part de leur position personnelle ou des consignes de leur parti pour le second tour du scrutin entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. François Bayrou n'a pas donné de consigne de vote, mais a affirmé qu'à titre personnel, il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy. En 2010, il déclare qu'il a voté blanc. Jean-Marie Le Pen appelle à l'abstention ou au vote blanc. Philippe de Villiers invite à voter Nicolas Sarkozy. Marie-George Buffet, Dominique Voynet, Arlette Laguiller et José Bové appellent à voter en faveur de Ségolène Royal. Olivier Besancenot appelle à manifester le 1er mai pour les « mesures d'urgence sociales » qu'il a défendues durant la campagne, avant d'appeler à « voter contre Nicolas Sarkozy, sans pour autant soutenir Ségolène Royal ». Frédéric Nihous appelle à « rejeter l'écologie punitive inspirée par les Verts » et « à ne pas se tromper de candidat ». Quant à Gérard Schivardi, il ne donne pas de consigne de vote, mais indique qu'« à titre personnel », il vote blanc.

  Résultats détaillés

Premier tour
le 22 avril 2007
Second tour
le 6 mai 2007
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Inscrits 44 472 834 44 472 733
Votants 37 254 242 83,77 % 37 342 004 83,97 %
   suffrages exprimés 36 719 396 98,56 % 35 773 578 95,80 %
   bulletins blancs ou nuls 534 846 1,44 % 1 568 426 4,20 %
Abstentions 7 218 592 16,23 % 7 130 729 16,03 %
Candidat
Parti politique
Voix % des
exprimés
Voix % des
exprimés
  Nicolas Sarkozy
Union pour un mouvement populaire
11 448 663 31,18 % 18 983 138 53,06 %
  Ségolène Royal
Parti socialiste, soutenue par le Parti radical de gauche et le Mouvement républicain et citoyen
9 500 112 25,87 % 16 790 440 46,94 %
  François Bayrou
Union pour la démocratie française, soutenu par Alternative libérale, Cap21, le Mouvement écologiste indépendant, le Parti fédéraliste et le Rassemblement des contribuables français
6 820 119 18,57 %
  Jean-Marie Le Pen
Front national, soutenu par le Mouvement national républicain et le Parti populiste
3 834 530 10,44 %
  Olivier Besancenot
Ligue communiste révolutionnaire
1 498 581 4,08 %
  Philippe de Villiers
Mouvement pour la France
818 407 2,23 %
  Marie-George Buffet
Gauche populaire et antilibérale, soutenue par le Parti communiste
707 268 1,93 %
  Dominique Voynet
Les Verts, soutenue par Fédération régions et peuples solidaires
576 666 1,57 %
  Arlette Laguiller
Lutte ouvrière
487 857 1,33 %
  José Bové
Sans étiquette, soutenu par une partie du Collectif national d’initiative pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes
483 008 1,32 %
  Frédéric Nihous
Chasse, pêche, nature et traditions
420 645 1,15 %
  Gérard Schivardi
Comité national pour la reconquête des services publics, soutenu par le Parti des travailleurs
123 540 0,34 %
Sources : site officiel du Conseil constitutionnel : premier tour, second tour


  Analyse géographique

  Candidats arrivés en tête dans chaque département au 1er tour
  Candidats arrivés en deuxième position dans chaque département au 1er tour

Nicolas Sarkozy arrive en tête dans 73 départements métropolitains sur 96 au premier tour. Il obtient plus de 30 % des suffrages exprimés dans 41 d'entre eux, réalisant ses meilleurs scores dans les Alpes-Maritimes (43,6 %), dans le Var (39,7 %) et, dans une moindre mesure, en Haute-Savoie et en Corse-du-Sud (37,5 % chacun). Il arrive en tête dans 7 des 8 départements d'Île-de-France, et arrive également premier dans tous les départements du nord, qui étaient jusque là l'un des plus fidèle fief électoral de la gauche et dans le Territoire de Belfort, fief de Jean-Pierre Chevènement. Les territoires d'outre-mer ne sont pas en reste : la Guadeloupe, la Guyane, Wallis-et-Futuna, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française le créditant de scores allant bien au-delà des 40 %. Son succès est moindre dans les départements du sud-ouest de la France et en Bretagne, mais il ne passe jamais en dessous de la barre des 25 %.

  Les résultats du second tour en France
  Résultats du second tour en France par commune

Au second tour, le candidat de l'UMP est majoritaire dans presque tous les départements du nord de la France, le Pas-de-Calais restant le seul à lui préférer Ségolène Royal. Il atteint jusqu'à plus de 68 % des voix dans les Alpes-Maritimes et dépasse les 60 % dans l'Aube, en Alsace, en Haute-Savoie, dans l'Ain, dans le Var, dans le Vaucluse, en Corse-du-sud et en Nouvelle Calédonie. Il obtient son plus faible score dans l'Ariège (40,44 %) et reste boudé par une large majorité de départements du sud-ouest et du centre, tandis que la Bretagne continue de le marginaliser.

Au premier tour, Ségolène Royal arrive en tête dans 23 départements métropolitains et dans 3 territoires d'outre-mer. Elle obtient son meilleur score dans l'Ariège avec 35 % des suffrages exprimés, et est créditée de scores similaires en Seine-Saint-Denis et dans son fief des Deux-Sèvres (plus de 33 %). Elle dépasse la barre des 25 % dans une majorité de départements du sud-ouest et de la Bretagne, dans quelques départements du nord, dans la Nièvre, dans la Saône-et-Loire, dans le Territoire de Belfort, en Meurthe-et-Moselle, dans les Alpes-de-Haute-Provence et dans tous les départements d'Île-de-France à l'exception des Yvelines. Pour la première fois depuis 1974, le Nord-Pas-de-Calais bascule à droite dès le premier tour, Nicolas Sarkozy arrivant en tête dans l'ensemble des départements du nord de la France.

Au second tour, la candidate socialiste est majoritaire dans 28 départements métropolitains et dans 6 territoires d'outre-mer. C'est d'ailleurs en outre-mer qu'elle obtient ses meilleurs résultats, puisqu'elle dépasse la barre des 60 % en Martinique, à la Réunion et à Saint-Pierre-et-Miquelon (elle obtient 59 % à Mayotte)[réf. nécessaire]. Si les Pyrénées-Atlantiques basculent à gauche pour la première fois depuis 1988 (et même depuis 1965 si l'on fait abstraction de cette élection marquée par une large victoire de François Mitterrand), les départements du nord, à l'exception du Pas-de-Calais (où elle doit cependant se contenter d'un petit 52 %), passent tous à droite en votant majoritairement pour Sarkozy. Ségolène Royal est créditée de scores allant de 55,53 % à 59,56 % (dans l'ordre croissant) dans les Côtes d'Armor, dans la Haute-Vienne, dans le Lot, en Seine-Saint-Denis, dans les Hautes-Pyrénées et en Ariège. Elle obtient moins dans 40 % dans 9 départements, obtenant son plus faible score dans les Alpes-Maritimes (31,92 %).

François Bayrou obtient quant à lui un score à deux chiffres dans tous les départements, et celui-ci excède très souvent les 15 %. Il réalise son meilleur score dans son fief des Pyrénées-Atlantiques : avec 29,6 % des suffrages exprimés, il devance tous les autres candidats. Les départements voisins des Landes et des Hautes-Pyrénées lui donnent des scores dépassant les 20 %, tout comme l'Aveyron, la Lozère, le Cantal, le Puy de Dôme et la Haute Loire, en Auvergne et dans ses environs. Il franchit également le seuil des 20 % dans le Rhône, en Savoie et en Haute-Savoie, ainsi que dans les deux départements de l'Alsace et dans la moitié des départements d'Île-de-France (les Yvelines, l'Essonne, les Hauts-de-Seine et Paris).

Mais c'est dans le nord-ouest que le candidat de l'UDF a eu le plus de succès : l'ensemble des départements de la Bretagne, le Calvados et la Manche en Basse-Normandie, Mayenne, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et même la très conservatrice Vendée dans les Pays de la Loire et l'Indre-et-Loire le créditent de scores allant de 20,2 à 23,8 % des suffrages exprimés. L'outre-mer n'est pas en reste : les électeurs de Mayotte se sont prononcé à 25,7 % et ceux de Saint-Pierre-et-Miquelon à 23 % pour M. Bayrou.

En 2002, Jean-Marie Le Pen était arrivé en tête dans 35 départements. En 2007, non seulement il ne renouvelle pas cet exploit, n'arrivant en tête nulle part, mais s'effondre de manière significative là il où avait si bien réussi 5 ans plus tôt. Son meilleur score n'est que de 17,3 % des suffrages exprimés dans l'Aisne, et s'il passe la barre des 13 % dans la très grande majorité des départements du nord-est et dans tous les départements à la bordure de la frontière italienne, ailleurs, les scores ne sont que rarement à deux chiffres, et Le Pen recule dans tous les départements sans exception.

À titres d'exemples, il s'effondre dans le Rhône, passant de 19,35 à 9,09 %, ou encore dans le Lot-et-Garonne, passant de 18,9 à 12,5 %. Il chute de plus de 10 points dans les Bouches-du-Rhône, et subit un revers important en Seine-Saint-Denis, passant de 17,7 à 9 % des suffrages exprimés. Si la Corse reste fidèle au leader du FN, il en va différemment du Nord-Pas-De-Calais : avec 14,8 % dans cette région ouvrière qui offre généralement de bons scores à l'extrême droite, Le Pen perd plus de 4 points et passe de la première à la quatrième place. L'Alsace, qui avait pourtant attribué au FN son meilleur score lors du second tour des élections régionales de 2004 (22 %), ne se prononce qu'à 13,6 % pour son président (-9,9 points par rapport à 2002). Deux départements essuient des pertes moins importantes : le Pas-de-calais où son score passe de 18,41 à 16,02 % et la Somme où il passe de 16,31 à 14,36 %.

Les autres candidats, qui avaient réalisé 40,6 % des suffrages en 2002, ne recueillent que 14,1 % des voix.

  Analyse socioprofessionnelle

Sarkozy Royal
Commerçants, artisans et chefs d'entreprises 82 % 18 %
Agriculteurs 67 % 33 %
Professions libérales et cadres supérieurs 52 % 48 %
Professions intermédiaires 49 % 51 %
Employés 49 % 51 %
Ouvriers 46 % 54 %
 
Sarkozy Royal
Plus de 70 ans 68 % 32 %
Entre 60 et 69 ans 61 % 39 %
Entre 45 et 59 ans 45 % 55 %
Entre 35 et 44 ans 50 % 50 %
Entre 25 et 34 ans 57 % 43 %
Entre 18 et 24 ans 42 % 58 %
 
Sarkozy Royal
Femmes 52 % 48 %
Hommes 54 % 46 %

Source : article Yahoo sur l'institut Ipsos

  Notes et références

  1. Jean-Dominique Merchet, « 44 508 024 voix prêtes à se faire entendre » sur Libération, 28 mars 2007
  2. a et b Luc Bronner, « « 3,3 millions d'électeurs inscrits en plus par rapport à 2002 » » sur Le Monde, 21 avril 2007
  3. Notamment, la plus haute augmentation de la participation se trouve en région parisienne (+9,6 % d'inscrits)
  4. Tableau d'évolution du nombre d'inscrits par département 2006/2007, Ministère de l'intérieur, 27 mars 2007 [lire en ligne]
  5. Christophe Guillemin, « 1,5 million d'électeurs français inaugureront le vote électronique le 22 avril » sur ZDNet France, 10 avril 2007
  6. Dans certaines grandes villes, un arrêté préfectoral a pu être pris pour que la consultation soit prolongée jusqu'à 20 heures (Code électoral, art. R41).
  7. Article 1 du Décret no2007-227 du 21 février 2007 portant convocation des électeurs pour l'élection du président de la République
  8. Conseil constitutionnel, Décision du 26 avril 2007 relative à la liste des candidats habilités à se présenter au second tour de l'élection du Président de la République
  9. Article 4 du Décret no2007-227 du 21 février 2007 portant convocation des électeurs pour l'élection du président de la République
  10. Décision du 10 mai 2007 portant proclamation des résultats de l'élection du Président de la République, sur le site du Conseil constitutionnel.
  11. Entretien du Premier ministre avec José Luis Rodríguez Zapatero sur Site du premier ministre, 29 août 2007
  12. L'exercice du droit de vote par les Français établis hors de France (Ministère des Affaires étrangères)] sur France Diplomatie
  13. Élection du président de la République 2007 : Calendrier électoral, sur le site officiel du Ministère des Affaires étrangères
  14. Résultats de l'élection présidentielle 2007
  15. Pierre Bréchon, La France aux urnes - Édition 2009, in Les Études de la Documentation française, extraits en ligne
  16. Pierre Bréchon, La France aux urnes - Édition 2009, in Les Études de la Documentation française, extraits en ligne
  17. Les résultats du premier tour proclamés par le Conseil constitutionnel in Les Dossiers de la Documentation française, extraits en ligne
  18. « Décision du 19 mars 2007 arrêtant la liste des candidats à l'élection présidentielle », Conseil constitutionnel (France), 19 mars 2007 : lire en ligne sur le site officiel du Conseil constitutionnel ; lire en ligne sur légifrance ; publiée au Journal officiel du 20 mars 2007.
  19. Lors de l'élection de 1995, l'UDF ne présenta pas de candidat mais soutint officiellement Édouard Balladur, issu du RPR
  20. Parti ayant fusionné avec l'UMP en 2002
  21. Lors de l'élection de 1988, la LCR était impliquée dans la candidature de Pierre Juquin, dissident communiste soutenu par le PSU
  22. Lors de l'élection de 2007, soutenu par une partie des Collectifs unitaires
  23. Lors de l'élection de 1974, le PCF soutenait officiellement François Mitterrand, candidat du PS soutenu par le MRG
  24. François Mitterrand CIR : Convention des Institutions Républicaines, investi par la SFIO, soutenu par le Parti communiste français, le Parti Radical et le Parti socialiste unifié
  25. a et b Pas de candidat (soutien à la candidature de Ségolène Royal)
  26. L'UMP a été créée en avril 2002, entre les deux tours de la présidentielle, à partir du RPR, de DL et d'une partie de l'UDF. Les meilleurs scores de 1974, 1981, 1988, 1995 et 2002 sont rappelés pour mémoire bien que ce fussent alors l'UDR en 1974 et le RPR les quatre autres élections. En 1995, Édouard Balladur, aussi du RPR et soutenu par l'UDF, s'était présenté et avait obtenu 18,58 % des voix. En 2002, au premier tour, les candidats de l'« avant-UMP » ont obtenu 19,88 % (Jacques Chirac du RPR) et 3,91 % (Alain Madelin de DL).
  27. Charles de Gaulle UNR-UDT : Union pour la Nouvelle République - Union Démocratique du Travail
  28. Scores de Jacques Chirac et d'Édouard Balladur additionnés.
  29. Gérard Schivardi est officiellement candidat du Comité national pour la reconquête des services publics, initié par le PT
  30. Premier candidat écologiste les verts n'existaient pas encore
  31. Autre candidat écologiste avant la création du parti les verts
  32. Le candidat des Verts, en 1988, était Antoine Waechter, dont la candidature a été soutenue en 2007 par le MEI.
  33. Pas de candidat (soutien à Jean-Marie Le Pen)
  34. Pas de candidat (soutien à François Bayrou)
  35. Méthode de discussion de la candidature commune à l'élection présidentielle des collectifs unitaires pour une alternative anti-libérale
  36. Résultats de la consultation des communistes du 20 décembre 2006
  37. Besancenot appelle les électeurs de la gauche radicale à voter pour lui, dépêche AFP.
  38. Une transcription est disponible ici
  39. a et b Débat : Sarkozy jugé "le plus convaincant" sur TF1 News, 3 mai 2007. Consulté le 3 mai 2007
  40. La vidéo, le débat Sarkozy-Royal, 3 min de zapping sur L'Internaute
  41. Segolene Royal 35 heures pour les enseig sur Dailymotion
  42. Dailymotion - Sarkozy Human Bomb - une vidéo Actu et Politique
  43. « Exclusif : La "bonne blague" au karcher de Rachida Dati », LaTéléLibre, 5 avril 2007
  44. Site du Conseil constitutionnel rappelle que 837 bureaux de vote (un peu plus d'un million d'électeurs) ont utilisé de telles machines au référendum de 2005
  45. Anne Brigaudou, « Leçons du 22 avril » sur France 2. Consulté le 7 mai 2007
  46. Libération du 29 mars 2007
  47. Protestations contre le vote électronique dans le journal 20 minutes
  48. Article du Figaro du 4 avril 2007 sur la contestation du vote électronique
  49. critiques sur les machines à voter indiqués sur le site de la chaîne d'informations LCI
  50. a et b Voir la page « Contentieux des machines à voter » sur le site du conseil constitutionnel
  51. a et b Voir le commentaire du service de presse du conseil constitutionnel selon lequel «L'usage des machines à voter a pu poser un certain nombre de problèmes et provoquer, notamment, des durées d'attente excessives.».
  52. « Les machines à voter de marque Nedap, agréées le 14 avril, soit neuf jours avant le premier tour de la présidentielle, ne satisfont pas complètement au règlement technique "fixant les conditions d'agrément des machines à voter" » dans Le Monde du 28 avril 2007 qui signale des machines de marque Nedap dont l'horloge n'est pas réglable.
  53. Le site news.fr indique que c'est le cas des machines de la société E&S Europe utilisées lors de ce scrutin.
  54. a et b L'article aux Cahiers du conseil constitutionnel est disponible en ligne.
  55. Françoise Chipaux, « Otages : les talibans reportent l'ultimatum "à la fin de l'élection française" » sur Le Monde, 6 mai 2007. Consulté le 6 mai 2007
  56. Un soir particulier pour la police sur Le Figaro, 4 mai 2007. Consulté le 4 mai 2007
  57. Plus de trente voitures brûlées à Paris sur Le Figaro, 6 mai 2007. Consulté le 7 mai 2007
  58. Premier Tour des élections présidentielles aux Antilles : J-1 sur Guadeloupe, 20 avril 2007. Consulté le 7 mai 2007
  59. Memorandum par le candidat sur cette affaire
  60. Article du Nouvel Observateur du 5 avril 2007
  61. Reuters, « Gérard Schivardi dénonce la "censure" sur son slogan » sur Capital, 2 avril 2007. Consulté le 17 octobre 2011
  62. Nicolas Sarkozy et Mme Royal se rendent coup pour coup sur Le Monde, 5 avril 2007. Consulté le 5 avril 2007
  63. « Nicolas Sarkozy juge qu'il est difficile d'attaquer son bilan », Le Monde, 5 avril 2007.
  64. Amendement présenté par René Dosière lors des débats à l'Assemblée nationale en vue de l'adoption de la loi organique 2006-404
  65. Histoire de la publication des parrainages sur le site Web du Conseil constitutionnel.
  66. Europe1 le 1er mars 2007
  67. Vidéo sur Dailymotion
  68. Conseil constitutionnel, « Tirage au sort d'une présentation », communiqué du 15 mars 2007.
  69. Hugues Cazenave, La Guerre des sondages, éditions Michalon, 2011, p. 91.
  70. Le Monde, « Sondages : les intentions de vote », 2007. Consulté le 10 décembre 2011

  Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

All translations of Élection_présidentielle_française_de_2007


sensagent's content

  • definitions
  • synonyms
  • antonyms
  • encyclopedia

  • définition
  • synonyme

Dictionary and translator for handheld

⇨ New : sensagent is now available on your handheld

   Advertising ▼

sensagent's office

Shortkey or widget. Free.

Windows Shortkey: sensagent. Free.

Vista Widget : sensagent. Free.

Webmaster Solution

Alexandria

A windows (pop-into) of information (full-content of Sensagent) triggered by double-clicking any word on your webpage. Give contextual explanation and translation from your sites !

Try here  or   get the code

SensagentBox

With a SensagentBox, visitors to your site can access reliable information on over 5 million pages provided by Sensagent.com. Choose the design that fits your site.

Business solution

Improve your site content

Add new content to your site from Sensagent by XML.

Crawl products or adds

Get XML access to reach the best products.

Index images and define metadata

Get XML access to fix the meaning of your metadata.


Please, email us to describe your idea.

WordGame

The English word games are:
○   Anagrams
○   Wildcard, crossword
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris is a curious tetris-clone game where all the bricks have the same square shape but different content. Each square carries a letter. To make squares disappear and save space for other squares you have to assemble English words (left, right, up, down) from the falling squares.

boggle

Boggle gives you 3 minutes to find as many words (3 letters or more) as you can in a grid of 16 letters. You can also try the grid of 16 letters. Letters must be adjacent and longer words score better. See if you can get into the grid Hall of Fame !

English dictionary
Main references

Most English definitions are provided by WordNet .
English thesaurus is mainly derived from The Integral Dictionary (TID).
English Encyclopedia is licensed by Wikipedia (GNU).

Copyrights

The wordgames anagrams, crossword, Lettris and Boggle are provided by Memodata.
The web service Alexandria is granted from Memodata for the Ebay search.
The SensagentBox are offered by sensAgent.

Translation

Change the target language to find translations.
Tips: browse the semantic fields (see From ideas to words) in two languages to learn more.

last searches on the dictionary :

4685 online visitors

computed in 0.078s

I would like to report:
section :
a spelling or a grammatical mistake
an offensive content(racist, pornographic, injurious, etc.)
a copyright violation
an error
a missing statement
other
please precise:

Advertize

Partnership

Company informations

My account

login

registration

   Advertising ▼