» 
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese

definitions - Australie

Australie (n.prop.)

1.État fédéral d'Océanie, formant un Commonwealth (continent australien, Tasmanie, territoires extérieurs); superficie : 7686848 km²; 17,9 millions d'habitants; capitale : Canberra; élevage.

   Advertizing ▼

definition (more)

definition of Wikipedia

synonyms - Australie

   Advertizing ▼

see also - Australie

Australie (n.prop.)

australien, Australienne

phrases

analogical dictionary

Australie (n.)


 

racine MESH[Hyper.]

Océanie[Hyper.]

Australie (n.) [Cismef]



Wikipedia

Australie

                   
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir : Austrasie.
Page d'aide sur l'homonymie Pour obtenir des données (notamment de géographie physique) de l'île principale se référer l'article : Australie (île)
Commonwealth of Australia
Commonwealth d'Australie (fr)
Drapeau de l'Australie Armoiries de l'Australie
(Drapeau de l'Australie) (Armoiries de l'Australie)
Devise nationale : Advance Australia Fair.
carte
Langue officielle Anglais
Capitale Canberra
35°15′S 149°08′E / -35.25, 149.133
Plus grande ville Sydney
Forme de l’État Monarchie parlementaire
 - Reine
 - Gouverneur général
 - Premier ministre
Élisabeth II
Quentin Bryce
Julia Gillard
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 6e
7 686 850 km2
1
Population
 - Totale (2011)
 - Densité
Classé 54e
22 607 571[1] hab.
2,6 hab./km2
Indépendance
 - Date
Royaume-Uni
26 janvier 1901
Gentilé Australien, australienne
Monnaie Dollar australien (AUD $ dollar australien)
IDH (2010) en augmentation 0,937[2] (élevé) (2e)
Fuseau horaire UTC de +8 à +11½
Hymne national Advance Australia Fair
Code ISO 3166-1 AUS, AU
Domaine internet .au
Indicatif
téléphonique
+61
  Carte des états australiens

L’Australie, en forme longue Commonwealth d’Australie, en anglais Australia et Commonwealth of Australia, est un pays de l’hémisphère sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En plus de l’île du même nom, l'Australie comprend également la Tasmanie ainsi que d’autres îles des océans Austral, Pacifique et Indien. Les nations voisines comprennent notamment l’Indonésie, le Timor oriental et la Papouasie-Nouvelle-Guinée au nord, les îles Salomon, Vanuatu et le territoire français de Nouvelle-Calédonie au nord-est, la Nouvelle-Zélande au sud-est et le territoire français des îles Kerguelen (TAAF) à l'ouest des îles australiennes Heard et McDonald.

Peuplée depuis plus de 50 000 ans par les Aborigènes[3], l’île-continent d’Australie (la « terre principale », ou mainland en anglais) a été visitée de manière sporadique, notamment par des pêcheurs venus du nord, puis par des marins hollandais[4]. À partir du XVIIe siècle, explorateurs et marchands européens reconnaîtront les côtes, mais ce n’est qu’en 1770 que la moitié orientale de l’île sera officiellement revendiquée par la Grande-Bretagne et le 26 janvier 1788 — jour de la fête nationale australienne — que sera fondée la colonie pénitentiaire de Nouvelle-Galles du Sud[5],[6]. Cinq autres colonies largement autonomes furent fondées dans le courant du XIXe siècle, à mesure que la population augmentait et que de nouveaux territoires étaient explorés.

Le 1er janvier 1901, les six colonies se fédérèrent et formèrent le Commonwealth d’Australie. Depuis son indépendance, l’Australie a conservé un système politique stable de type démocratie libérale et reste une monarchie membre du Commonwealth of Nations. Sa capitale est Canberra, située dans le Territoire de la capitale australienne. Sa population est estimée à environ 22 millions d’habitants[7] en 2011 et est principalement concentrée dans les grandes villes côtières de Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth et Adélaïde. De surcroît, avec un PIB égal à 1 069 Mds de $ US, l'État se place comme quatorzième puissance économique mondiale en 2008[8]. L'Australie fait partie des pays les plus développés au monde.


  Étymologie

Le nom Australie provient du latin australis (austral). Au IIe siècle, des scientifiques avaient émis l’hypothèse d’un continent inconnu au sud (la Terra Australis Incognita) qui permettrait à la Terre, de ne pas basculer autour de son axe en faisant office de contrepoids face aux continents de l’hémisphère nord. La première utilisation du mot Australia (et non plus Terra Australis) en anglais date de 1625 (« A note of Australia del Espiritu Santo », écrit par Master Hakluyt, publié par Samuel Purchas dans Hakluytus Posthumus[9]). L’adjectif néerlandais Australische fut utilisé dans les textes officiels concernant la colonie hollandaise en Indonésie pour qualifier les nouvelles terres découvertes en 1638 au sud de l’Indonésie. Le mot Australie est utilisé en 1676 dans la Terre Australe, un roman utopique décrivant les aventures d’un personnage imaginaire, Jacques Sadeur, dans un pays lointain, roman écrit par Gabriel de Foigny[10]. Alexander Dalrymple l’utilisera ensuite dans An Historical Collection of Voyages and Discoveries in the South Pacific Ocean en (1771) pour désigner l’ensemble des terres de cette région du Pacifique-Sud. En 1793, George Kearsley Shaw et Sir James Smith publièrent le livre Zoology and Botany of New Holland, dans lequel ils écrivent : « la grande île, ou plutôt continent, d’Australie, d’Australasie ou de Nouvelle-Hollande »[11].

L’explorateur britannique Matthew Flinders, le premier navigateur à avoir fait le tour de l’Australie en bateau publia en 1814 A Voyage to Terra Australis mais le titre reflète le point de vue de l’amirauté britannique, l’auteur utilisant le mot Australie dans son livre qui fut largement lu et le terme Australie devint de plus en plus utilisé. Le gouverneur de la Nouvelle-Galles du Sud, Lachlan Macquarie utilisait par conséquent ce mot dans ses dépêches vers le Royaume-Uni et le 12 décembre 1817, il demanda au ministère des Colonies anglais que ce nom soit officialisé[12]. En 1824, l’Amirauté britannique approuva la proposition et le nouveau continent devient officiellement l’Australie.

  Histoire

  Préhistoire

Article détaillé : Préhistoire de l'Australie.
  L'art primitif du parc national de Kakadu.

La date exacte de la première présence humaine en Australie est toujours le sujet de grandes recherches. Il y a de sérieuses preuves scientifiques de présence humaine il y a environ 50 000 ans. C’est une période d’énormes bouleversements écologiques en Australie et elle est considérée comme la conséquence de la colonisation humaine. L'homme de Mungo est un ancien habitant de l'Australie qui aurait vécu, il y a environ 40 000 ans au Pléistocène et a été découvert au bord du lac Mungo, au sud de la Nouvelle-Galles du Sud, à 3000 kilomètres de la côte du nord de l'Australie. Il avait été enterré avec un cérémonial. On a trouvé près de lui des outils en pierre, des os de wombats d'espèces disparues et de kangourous géants[13]. Ces restes sont les plus anciens restes humains trouvés en Australie mais leur âge est encore sujet à polémique. De récentes études de l'ADN mitochondrial mettraient en doute l'origine unique du genre humain, ce qui prête aussi à controverse.

Cependant, certaines spéculations existent quant à des origines plus lointaines des premières populations australiennes, jusqu’à il y a 100 000 ans. Ces premiers Australiens sont les ancêtres lointains des Aborigènes d'Australie d’aujourd’hui. Ils seraient arrivés via des ponts terrestres apparus avec la glaciation de Würm et la traversée de mers assez grandes en Asie du Sud-Est. À partir de l'ADN mitochondrial, une reconstitution des grandes migrations humaines de la préhistoire date l'arrivée d'Homo sapiens en Australie à il y a 70 000 ans. Il existe de nombreuses espèces de plantes et animaux communs à l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et quelques îles indonésiennes, ce qui laisse à penser qu’il devait exister des ponts terrestres entre ces pays. Ils se seraient fermés lorsque les mers sont montées. La fin de la période glaciaire a alors isolé la Nouvelle-Guinée et la Tasmanie du continent et les Aborigènes australiens ont commencé une longue période d'isolement sans influence extérieure[14].

Les peuples d’Australie et de l'archipel indonésien dont les habitants étaient depuis longtemps d'entreprenants marins et commerçants ont développé des échanges entre eux. Des marins du sud de Célèbes en Indonésie venaient sur les côtes nord de l'Australie, qu'ils appelaient Marage, pêcher l'holothurie.

En 1788, l'Australie était peuplée d'environ 250 tribus, couvrant tout le continent, chacune d'entre elles ayant sa propre langue, ses lois et ses frontières tribales avec une population totale estimée à 350 000 personnes[15] : Ils représentent la plus ancienne culture existant sur Terre[16].

Ces populations avaient une mythologie commune appelée le temps du rêve (Tjukurpa en langue anangu) ou le rêve. Le « temps du rêve » explique les origines du monde, de l’Australie et de ses habitants. Selon cette tradition, des créatures géantes comme le Serpent arc-en-ciel sont sorties de la terre, de la mer et du ciel et ont créé la vie et les paysages. Leurs corps géants ont formé les sols, créé les fleuves et les chaines de montagne et leurs esprits sont restés dans la terre, la rendant ainsi sacrée aux peuples indigènes.

L'art indigène australien est l'une des traditions les plus anciennes du monde. Les formes d'art indigènes les plus anciennes sont des peintures et des gravures dont certains remontent à 30 000 ans. La musique traditionnelle était principalement chantée mais les Aborigènes pouvaient utiliser des instruments musicaux comme des didgeridoos en accompagnement[15]. Le passe temps le plus célèbre des Aborigènes d'Australie est la pratique sportive du boomerang : un objet bipale, rigide et plat, coudé ou angulaire, doté de profils déterminés qui, lancé à la main d'une certaine façon, vole en tournoyant sur lui-même. Ces créations indigènes d'origine antique, demeurent des symboles de la nation australienne à l'heure actuelle.

  Terra Australis Incognita

  Pendant des siècles les Européens ont présumé l'existence d'une grande terre méridionale. En 1721, Jonathan Swift place Les Voyages de Gulliver près du pays mystérieux décrit par l'explorateur hollandais Abel Tasman.

Pendant des siècles les Européens ont présumé l'existence d'une grande terre méridionale. Le premier Européen à visiter l'Australie pourrait avoir été l’explorateur portugais Cristóvão de Mendonça en 1522 et quelques historiens ont proposé la théorie de la découverte de l'Australie par les Portugais.

Cristóvão de Mendonça, a-t-il utilisé, en 1522, un des planisphères du cartographe allemand Johann Schöner ? En effet, le cartographe allemand Johann Schöner, réalisa en 1515, un globe terrestre représentant dans l'hémisphère austral, une terre aux dimensions imposantes et reprenant les contours de l'Australie. Il reprend ce travail qu'il approfondit dans une nouvelle mappemonde en 1520. Cette Terra Australis est située de part et d'autre du détroit de Magellan. Cet emplacement géographique correspondrait plus à celui du continent Antarctique, mais les contours rappellent ceux du continent australien, tout comme la végétation (arbres) dessinée sur cette terre. Reste à comprendre comment Johann Schöner et les autres géographes européens de ce début du XVIe siècle ont eu connaissance de l'existence de cette Terra australis. Selon les hypothèses de Gavin Menzies, une flotte chinoise importante, commandée par Zheng He, aurait abordé les côtes australiennes au début du XVe siècle. Cette hypothèse de la circumnavigation chinoise serait à la base des connaissances géographiques transmises par les Chinois eux-mêmes. La circumnavigation planétaire était le fait des Chinois dès le XIIIe siècle et connue des voyageurs et commerçants arabes et européens, tel que Marco Polo ou Jean de Mandeville.

Les cartes marines et portulans du XVIe siècle de l'École de cartographie de Dieppe représentent l'Australie sous le nom de La Grande Jave. Les navigateurs portugais collaboraient avec les cartographes de cette célèbre école. Nicolas Vallard, Jean Rotz, Pierre Desceliers, Nicolas Desliens et d'autres cartographes français représentèrent ainsi les contours exacts de l'Australie dès le milieu du XVIe siècle.

En 1570, Abraham Ortelius réalise une mappemonde montrant les contours septentrionaux de l'Australie sous le nom de Terra Australis.

À cette époque l'hypothèse d'un continent austral unique reliant l'Australie et l'Antarctique était de mise.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

  Explorations par les Européens (1606-1788)

Ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’île devient le sujet d’explorations européennes. Quelques expéditions aperçoivent la fameuse Terra Australis : le néerlandais Willem Jansz devint en 1606 le premier visiteur européen à avoir identifié l'Australie. Son bateau, le Duyfken jeta l'ancre devant cap York. Dans un récit postérieur, un Néerlandais décrivit le territoire qu'il avait vu « comme non cultivé et peuplé par de sauvages barbares noirs et cruels, qui ont massacré certains de nos marins »[17]. Suivront l'espagnol Luis Váez de Torrès en mission pour son pays en 1607, les hollandais Dirk Hartog en 1616, Jan Carstensz en 1623 et Abel Tasman en 1642. Ce dernier a donné son nom à l’île de Tasmanie mais lui-même l’avait nommée d’après le nom de l'amiral et gouverneur Anthony van Diemen : « van Diemenslandt ».

  James Cook, explorateur extraordinaire. En 1770, il prend possession aux deux tiers de l’île pour le Royaume de Grande-Bretagne

Environ 150 ans avant l'arrivée des colons britanniques à Botany Bay, un groupe de marins néerlandais a été les premiers habitants européens d'Australie quand leur bateau, le Batavia, s'est brisé sur des îlots coraliens de l'Australie-Occidentale en 1629. Avant d'être sauvés, les 300 survivants qui vivaient tassés les uns sur les autres furent victimes d'une bande dirigée par un psychopathe et 125 d'entre eux furent massacrés. Cette affaire est connue sous le nom de l'horreur du Batavia[17]

En 1644, le cartographe français Melchisédech Thévenot réalisa une carte représentant avec détails la côte occidentale de l'Australie qu'il nomma Nova Hollandia. En 1688, le cartographe italien Vincenzo Coronelli réalisa deux globes terrestres monumentaux, dont l'un représentant avec exactitude l'Australie, sous le nom de « Nouvelle-Hollande ».

Les premiers explorateurs britanniques sont William Dampier sur la côte ouest en 1688 (et 1699) et le lieutenant James Cook qui, en 1770 (peut-être 250 ans après le navigateur portugais Cristóvão de Mendonça), prend possession aux deux tiers de l’île pour le Royaume de Grande-Bretagne, malgré les ordres du roi George III stipulant qu’il devait d’abord conclure un traité avec la population indigène. Son rapport à Londres déclarant que l’Australie était inoccupée (voir Terra nullius) permet l’établissement d’une colonie pénitentiaire, ce qui est bien pratique après la perte des colonies américaines pour la Grande-Bretagne.

Cook a noté ses impressions sur les Aborigènes de Nouvelle-Hollande dans son journal : « en réalité ils sont bien plus heureux que nous les Européens… Ils vivent dans la tranquillité qui n'est pas troublée par l'inégalité de la condition. La terre et la mer leur fournissent toutes les choses nécessaires pour vivre… Ils vivent dans un climat agréable et ont un air très sain… ils n'ont aucune abondance »[18].

Cook était accompagné par le célèbre botaniste Joseph Banks qui fut émerveillé par la flore et la faune unique de la côte Est de l'Australie et se montra favorable à la colonisation européenne.

Le gouvernement français de Louis XVI choisit Jean-François de La Pérouse pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes de James Cook dans l'océan Pacifique mais, après un long voyage jusqu'en Australie, Il arriva à Botany Bay juste après la première flotte britannique (First Fleet) de colons. Son expédition disparut corps et biens à Vanikoro, aux îles Salomon, en 1788.

  De la colonisation à l'indépendance (1788-1900)

  Les différentes étapes de la création du Commonwealth australien

La colonisation britannique de la Nouvelle-Galles du Sud commence par la fondation d’un camp pénitentiaire de 1030 personnes (avec 736 prisonniers) à Port Jackson (Sydney) par le capitaine Arthur Phillip le 26 janvier 1788[19]. Le voyage depuis l'Angleterre est le plus long jamais réalisé par un groupe aussi nombreux. Les premiers temps sont marqués par une mortalité importante parmi les arrivants. Ces premières années sont surnommées « les années de famine » et causées principalement par le manque de compétences en agriculture, la mauvaise qualité des outils et les faibles quantités de nourriture disponibles.

Le gouverneur Phillip a été chargé de nouer des relations avec les Aborigènes et de vivre dans « l'amitié et la bonté » avec eux mais les maladies européennes, l'alcool et l'expansion coloniale ont rapidement exercé un effet destructif sur la population indigène. Bennelong (1764-1813) était un Aborigène eora de Sydney, qui a été enlevé par les colons et qui a servi de premier intermédiaire entre colons britanniques et Aborigènes - lui et un de ses compagnons sont devenus les premier Australiens à voyager en Europe[20]. Il y avait des autres médiateurs comme Bungaree qui a accompagné Matthew Flinders lors de sa première circumnavigation autour de l'Australie en 1803[21]. Mais il y avait des résistants militants comme Pemulwuy. En 1790, Pemulwuy, tue un colon qu'il accusait d'avoir tué des Aborigènes. À partir de 1792, il mène des attaques répétées contre des colons. Il est finalement abattu en 1802. Sa tête est tranchée et envoyée à Londres, accompagnée d'une lettre du gouverneur Philip King soulignant sa bravoure[22].

La Rébellion du rhum de 1808 est le seul cas de renversement militaire d'un gouvernement de l'histoire de l'Australie. William Bligh, alors gouverneur de la Nouvelle-Galles du Sud est à l'origine de cette rébellion lorsqu'il tente de normaliser les échanges commerciaux en interdisant l'usage des spiritueux comme monnaie d'échange pour le paiement de produits. Le New South Wales Corps, corps d'infanterie installé dans la région et qui est impliqué dans ce commerce n'accepte pas son interférence et la querelle dégénère en rébellion militaire. Bligh est arrêté par le New South Wales Corps qui prend le contrôle de la colonie. Bligh est détenu pendant plus d'une année, jusqu'à ce qu'il accepte de repartir pour l'Angleterre[23].

En 1809, le gouvernement britannique remplace Bligh par Lachlan Macquarie, gouverneur de 1810 à 1821, qui joue un grand rôle dans la transformation de cette colonie pénitentiaire en une nouvelle base de peuplement civil. Il décide que les bagnards ayant terminé leur peine, doivent être réintégrés dans la société au rang qui était le leur avant leur condamnation[24]. Des exportations très rentables de laines sont organisées avec l'Europe et de grands édifices publics sont construits par l'architecte Francis Greenway.

  Le Parlement de Nouvelle-Galles du Sud est le plus ancien d'Australie (il a son origine en 1824). Les femmes ont obtenu le droit de vote en 1902[25]

En 1803, une colonie avait été créée dans la terre Van Diemen (aujourd’hui la Tasmanie). Le reste du continent australien (aujourd’hui l’Australie-Occidentale) est déclaré britannique en 1829. Au fur et à mesure de l’extension des établissements britanniques, la Nouvelle-Galles du Sud est divisée en plusieurs colonies séparées : l'Australie-Méridionale en 1836, le Victoria en 1851 et le Queensland en 1859. Le Territoire du Nord est fondé, comme partie de l’Australie-Méridionale, en 1863. Il s'en séparera en 1911. L'Australie-Méridionale, l'Australie-Occidentale et le Victoria furent créés comme des colonies libres (free colonies) c'est-à-dire comme des colonies ne recevant pas de prisonniers britanniques mais assez rapidement les deux dernières en acceptèrent trouvant ainsi une main d'œuvre bon marché pour mettre le pays en valeur[26]. L'envoi de prisonniers en Nouvelle-Galles du Sud cessa en 1848 après de violentes manifestations de ses habitants[27].

La population aborigène, estimée à 350 000 personnes au moment de l'arrivée des premiers Européens[28] décline rapidement dans les 150 ans qui suivent cette arrivée essentiellement par l'introduction de nouvelles maladies infectieuses mais aussi par suite de ses déplacements et de son changement de son mode de vie[29]. Selon l'historien Geoffrey Blainey, pendant la colonisation de l'Australie : « dans mille endroits isolés, il y avait les décès occasionnés par le pistolet et la lance. Pire, variole, rougeole, grippe et autres nouvelles maladies se sont répandues d'une communauté indigène à l'autre et les ont décimées... Le principal conquérant des Aborigènes a été la maladie et son alliée, démoralisation »[30]. La séparation des enfants de leurs familles pour leur imposer un mode de vie européanisé est considérée par certains historiens et Aborigènes comme un génocide[31] car il a favorisé la diminution de la population aborigène. Ce point de vue n'est pas partagé par certains commentateurs qui affirment que les faits ont été amplifiés et déformés pour des questions politiques et idéologiques[32]. Ces événements sont regroupés sous le nom d'History Wars en Australie. Le placement obligatoire des enfants aborigènes métissés hors des communautés indigènes, pour leur donner une éducation européenne a été autorisé par la loi en Australie entre 1909 et 1969. En 2008 après une période de discussion nationale, le premier ministre Kevin Rudd demande pardon pour cette politique, au nom du parlement australien[33].

  La mort de l'explorateur Robert O'Hara Burke en 1861

Le XIXe siècle est une période d'explorations éprouvantes pour des Européens en Australie. La première circumnavigation du continent est accomplie par Matthew Flinders en 1803. C'est Flinders qui suggéra que le nom d'Australie soit appliqué au continent. Vers la même époque, Napoléon Bonaparte envoie Nicolas Baudin relever le tracé des côtes australiennes pour la France. L'expédition de Hume et de Hovell a traversé le pays entre Sydney et Geelong en 1824. Charles Sturt explore le Murray-Darling en 1830, utilisant des émissaires indigènes pour annoncer son arrivée à chaque frontière tribale. John McDouall Stuart atteint le centre géographique du continent en 1860.

Les premiers explorateurs souffrent de grandes privations. Edmund Kennedy, qui mène une exploration vers le cap York en 1848, et la plus grande partie de son équipe sont tués par des Aborigènes. Ludwig Leichhardt, explorateur et naturaliste prussien, mène trois expéditions à l'intérieur de l'Australie et disparait lors de la dernière. Charles Sturt contracte le scorbut en menant une expédition au centre du continent pour essayer de trouver une mer intérieure qui n'existe pas. La plus célèbre de toutes les expéditions est, en 1861, l'expédition de Burke et Wills qui traverse le continent du sud au nord (un parcours de 2 800 kilomètres) où les deux explorateurs meurent à Cooper Creek, à quelques heures de marche du reste de leur groupe. L'unique survivant de l'expédition a été soigné par les Aborigènes locaux. Les rapports entre les explorateurs européens et les indigènes ont varié considérablement : Sir Thomas Mitchell faisait attention à noter des noms indigènes de lieu - et c'est pour cette raison que 70 % des noms des localités australiennes sont d'origine indigène ; mais d'autre d'explorateurs du XIXe siècle sont des hommes incultes qui ont traité les Aborigènes avec mépris[34].

L'installation d'éleveurs dans l'intérieur du pays est souvent une cause de conflit avec des Aborigènes mais les compétences de gardiens de troupeaux indigènes sont la source d'importantes économies[35]. Les missions religieuses fournissent souvent un asile lors des conflits tout en facilitant la colonisation[36]. Au cours du XIXe siècle, les Européens prennent le contrôle de la plupart des régions du pays.

  Le drapeau eureka de la rebellion de 1854

Les années 1850 et 1860, époque de la ruée vers l'or, voient une expansion rapide de la population, menant à une augmentation de la richesse mais également à une certaine tension sociale - notamment la rébellion d'Eureka Stockade en 1854, ce qui a accéléré l'introduction du suffrage masculin universel au Victoria[37]. Au cours de la période allant de 1855 à 1890, les six colonies devinrent chacune l’une après l’autre autonomes, gérant leurs propres affaires. Les hommes, y compris les indigènes, ont été autorisés à voter en Australie-Méridionale, au Victoria et en Nouvelle-Galles du Sud dans les années 1850 et en Tasmanie en 1896- . Le Queensland a obtenu son autonomie en 1859 et l'Australie-Occidentale en 1890, mais ces colonies ont refusé à leurs Aborigènes le droit de vote[38]. La loi britannique fut appliquée dans chaque colonie, lorsque le Royaume-Uni autorisa chacune d'entre elles à se doter d’un gouvernement responsable et leur accorda de plus en plus d'autonomie avec le temps. Le gouvernement britannique garda le contrôle de certains domaines comme les affaires étrangères, la défense et le commerce international.

L'âge d'or des bushrangers fut certainement l'époque de la ruée vers l'or. Les bushrangers sont des hors-la-loi qui réussissent à survivre dans le bush en se cachant des autorités[39]. On pense que plus de 2 000 bushrangers ont parcouru les étendues australiennes, des premiers bagnards évadés jusqu'à la fin des bushrangers, le dernier combat était celui de Ned Kelly à Glenrowan en 1880[40]. Les plus violentes attaques de bushrangers eurent lieu en Tasmanie[40]. Des centaines de bagnards étaient en liberté, des fermes furent abandonnées et la loi martiale proclamée. Le bushranger aborigène Musquito défia les autorités coloniales et dirigea des attaques contre les colons.

  Le bushranger Ned Kelly lors de son procès.

Les bushrangers s'attiraient souvent la sympathie du public. Ils s'attiraient l'estime de certains milieux, en partie à cause de la dureté et de l'anti-catholicisme des autorités coloniales, qu'ils défiaient mais aussi en raison du romantisme et de la lutte contre la loi qu'ils représentaient. Certains bushrangers, et tout particulièrement Ned Kelly dans sa lettre de Jerilderie se présentaient comme des rebelles politiques. Les bushrangers apparaissent régulièrement dans la littérature, la musique, le cinéma et la télévision australienne : Jack Donahue, Dan « Mad Dog » Morgan, et Ned Kelly (fut le sujet du premier long métrage de l'histoire (plus d'une heure), The Story of the Kelly Gang, réalisé en 1906)[41].

Malgré son économie fortement rurale, la population australienne reste fortement urbaine, se concentrant surtout dans les villes de Melbourne et de Sydney. Financée par la prospérité due à la ruée vers l'or, la National Gallery of Victoria a été fondée en 1861 et a commencé à recueillir les travaux des maîtres européens ainsi que les nouvelles écoles australiennes de peinture. En 1854-6, utilisant la compression de vapeur, l'inventeur australien James Harrison a produit, en Victoria, le premier réfrigérateur pratique au monde[42]. Son invention a permis plus tard à des viandes d'être exportées vers l'Europe. Ceci s'ajoute à la prospérité apportée par l'industrie de la laine et l'extraction de l'or pendant le 19e siècle. Les règles du football australien ont été codifiées à Melbourne en 1858[43]. Dans les années 1880, Marvellous Melbourne fut la seconde plus grande ville de l’Empire britannique.

L’Australie gagna aussi la réputation d’être un paradis du travailleur et un laboratoire pour la réforme sociale. C’est en effet elle qui organisa la première élection à bulletin secret et connut le premier gouvernement d'un parti travailliste élu. Le Parti travailliste australien tire son origine des mouvements travaillistes fondés au début des années 1890 dans les colonies qui allaient ensuite former la fédération australienne.

La première organisation pour obtenir le droit de vote des femmes a été créée au Victoria en 1884. En 1894, les femmes d'Australie-Méridionale obtiendront ce droit.

Vers la fin du XIXe siècle, l'art des peintres comme ceux de l'Heidelberg School et la prose des écrivains comme Banjo Paterson et Henry Lawson ont fait naître un sentiment croissant d'identité nationale et des hommes politiques comme Sir Henry Parkes et Sir Edmund Barton ont fait campagne pour une fédération indépendante des colonies, avec la reine Victoria en tant que Sovereign.

  Fédération et les guerres mondiales (1901-1945)

  Le Commonwealth d'Australie était né en 1901.

Le 1er janvier 1901, la fédération des colonies est achevée après 10 ans de gestation et le Commonwealth d'Australie naît en tant que dominion de l’Empire britannique. Entre 1901 et 1911, la capitale sera provisoirement située à Melbourne mais c'est sur un territoire cédé au gouvernement fédéral par la Nouvelle-Galles du Sud en 1911 que sera construite la nouvelle capitale fédérale, Canberra. En 1902, les femmes de tous les états obtenaient le droit de vote ainsi que celui d'être éligibles[44].

Dès le début de la Première Guerre mondiale, l'Australie qui comptait alors 5 millions d'habitants se joint aux Alliés; 416 000 Australiens participeront à ce conflit où 60 000 d'entre eux mourront. L'Australie est le seul pays qui s'interdit de fusiller pour l'exemple ses soldats. Les forces armées australiennes combattirent, notamment à Gallipoli (avec l'ANZAC), à Beersheba, à la bataille de la Somme et à Ypres.

Le 25 avril 1915, le débarquement de l’ANZAC commence à Gallipoli, sur un promontoire étroit couronné par des fortifications, face à des escarpements quasi infranchissables. Les Turcs déclenchèrent un feu d’enfer, mais les Australiens parvenaient, vers 6 heures, à occuper le sommet de la première colline. Le jeune général turc Kemal Pacha (Mustafa Kemal Atatürk) lança une contre-attaque [45]. 8141 Australiens mourront vers la fin de la bataille. En Australie, on se rappelle la défaite de Gallipoli comme « baptême du feu » pour l'armée et la nouvelle nation australienne[46]. Une cérémonie s'y déroule chaque année le 25 avril (ANZAC Day).

En juillet 1916, en marge de la bataille de la Somme, Fromelles fut le théâtre de combats entre soldats du Commonwealth (en particulier d'Australie) et de l'Allemagne qui ont fait quelque 7 000 morts et blessés dans les rangs alliés. Le 19 juillet 2010, un nouveau cimetière où reposent environ 200 corps est inauguré en présence du Prince Charles et de Quentin Bryce, ainsi que de nombreuses familles de soldats.

  Bataille d'Amiens Le 8 août 1918, toile de William Longstaff. 46 000 Australiens sont morts en combattant en France.

Le 31 octobre 1917, les Australiens du 4e de cavalerie légère également nommé : 4th Light Horse Brigade, commandés par le général de brigade William Grant, mènent la charge sur les tranchées ottomanes et prennent possession des puits de Beer-Sheva. Cet événement est souvent décrit comme la dernière charge de cavalerie victorieuse de l'Histoire.

Les Australiens jouent un rôle décisif à la fin de la guerre. Le 8 août 1918, la bataille d'Amiens, menée par les troupes australiennes, voit la première victoire importante de la guerre pour l'armée britannique. Le général allemand Ludendorff parlera de la bataille comme « le jour noir de l'armée allemande ». Le 12 août, le général John Monash, commandant des forces australiennes est anobli sur le champ de bataille par le roi George V (c'était la première fois qu'un monarque britannique honorait ainsi un officier depuis 200 ans)[47]. Monash organise alors l'attaque sur les défenses allemandes pour la bataille de la ligne Hindenburg. Les alliés réussissent à ouvrir une brèche et, le 5 octobre, les Allemands demandent un armistice[48].

En 1919, le premier ministre Billy Hughes signe le traité de Versailles au nom de l'Australie, ce qui en fait le premier traité international signé par ce pays. À Versailles, Hughes demande de lourds dédommagements à l'Allemagne et se heurte souvent au président des États-Unis, Woodrow Wilson qui décrivit Hughes comme un « vaurien emmer... ». « Je parle pour 60 000 morts australiens[49], ...pour combien parlez vous? » demanda Hughes à Wilson. Hughes réussit à obtenir le contrôle par l'Australie de l'ancienne colonie allemande de Nouvelle-Guinée et une place dans la toute nouvelle Société des Nations.

L'historien Geoffrey Blainey a écrit de la « tyrannie de la distance » comme défi constant dans le développement de la nation australienne. Qantas, la deuxième plus vieille compagnie aérienne du monde toujours en opération, est fondée en 1920 dans l'Outback [50] le révérend John Flynn a créé le Royal Flying Doctor Service, le premier service d'ambulances aériennes au monde en 1928[51] et en 1928, Sir Charles Kingsford Smith fit la première traversée de l'océan Pacifique en avion entre les États-Unis et l'Australie (il réalisa également la première traversée de l'Australie sans escale et le premier vol entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande)[52].

Dans les années 1930, la Grande Dépression provoque une grave crise économique en Australie. En 1931, Jack Lang (premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud publia son propre plan de lutte contre la dépression, qui était en opposition avec les autres gouvernements et le gouvernement fédéral. Lang s'opposa violemment au plan fédéral du travailliste James Scullin qui appelait à de plus fortes réductions encore de dépenses du gouvernement pour équilibrer le budget. Lang retira tous les fonds de l'État détenus sur des comptes bancaires fédéraux et les garda en liquide à la Chambre de Commerce, de sorte que le gouvernement fédéral ne pouvait plus avoir accès à l'argent. Le gouverneur Sir Philip Game informa Lang que, selon lui, cette action était illégale. Lang resta ferme et, en mai 1932, le gouverneur retira sa charge à Lang et nomma le chef de l'opposition premier ministre. Ce fut la seule fois où un gouvernement d'un État australien fut destitué par un gouverneur jusqu'à ce que le gouverneur général Sir John Kerr destitue le gouvernement de Gough Whitlam en 1975[53].

Pendant la Dépression, les Australiens ont trouvé la consolation dans les sports. En particulier, les exploits du cheval Phar Lap et le cricketeur Don Bradman ont inspiré la nation.

Bien que l’Australie soit devenue indépendante, le gouvernement britannique garde quelques pouvoirs sur le dominion jusqu’au statut de Westminster de 1931, ratifié par le Parlement d'Australie en 1942.

  Des prisonniers de guerre australiens et néerlandais à Tarsau, en Thaïlande en 1943. 22 000 Australiens ont été faits prisonniers par les Japonais. Environ 8 000 mourront des conditions de détention[54]
  Pendant la Seconde Guerre mondiale : Douglas MacArthur, chef des forces alliées en Asie, et John Curtin, premier ministre australien.

L’invasion de la Pologne par les nazis entraîne les déclarations de guerre de la Grande-Bretagne et de l’Australie en 1939. L'armée australienne deviendrait la première pour arrêter l'avance des armées allemandes et japonaises : arrêtant l'Afrika Korps d'Erwin Rommel a Tobrouk en 1941, et l'avance japonaise vers Milne Bay, en 1942[55].

Les Australiens combattent à la bataille de Grèce, la bataille de Crète et au siège de Tobrouk mais, en décembre 1941, le Japon décide de bombarder Pearl Harbor par surprise et, simultanément, l’armée japonaise occupe les possessions britanniques, néerlandaises et américaines d’Asie du Sud-Est en menaçant même l’Australie. La plus grande partie de l'armée australienne est ramenée dans la région Asie-Pacifique. Les Japonais s'emparèrent du bastion des forces Commonwealth-britanniques à Singapour en 1942. 14 972 soldats australiens sont faits prisonniers dont environ 2 650 mourront en construisant la ligne du chemin de fer de la mort, Birmanie-Thaïlande (parmi les prisonniers australiens de la guerre les plus célèbres figurent le médecin Edward Dunlop et l'infirmière Vivian Bullwinkel). Le Service aérien de l'armée impériale japonaise et celui de la marine mènent une campagne de bombardements contre des objectifs civils et militaires dans le nord de l'Australie notamment contre la ville de Darwin. Des sous-marins de la marine impériale japonaise portent une série d'attaques contre les villes de Sydney et de Newcastle. La population australienne sent la menace d'invasion japonaise qui pèse sur le pays. La campagne de mobilisation qui s'ensuit sera désignée sous le nom de bataille pour l'Australie.

Le nouveau premier ministre John Curtin passe alors un accord avec les États-Unis, ce qui constitue un changement fondamental dans la politique étrangère de l'Australie. En mars 1942, le général américain Douglas MacArthur arrive en Australie et déclare : « I came out of Bataan and I shall return » (« Je suis parti de Bataan mais j'y reviendrai »). En mai 1942, lors de la bataille de la mer de Corail, au nord-est de l'Australie, une flotte d'invasion japonaise qui se dirige vers Port Moresby est repoussée par une groupe de navires américains. Les succès australiens durant la bataille de Milne Bay et la campagne de la Kokoda Track arrivent vers la fin de l'année 1942 et marquent les premières victoires de forces terrestres alliées contre les Japonais. Quelques centaines d'Australiens tiennent le Kokoda Track contre 6 000 Japonais et leur commandant, le lieutenant-colonel Ralph Honner, décrit la bataille comme Australia's Thermopylae[56]. À partir de Melbourne où il a installé le siège de son état-major, le général MacArthur commence la reconquête des territoires de l'océan Pacifique, île par île. Le 21 octobre 1944, pendant la bataille du golfe de Leyte, aux Philippines, HMAS Australia est devenu le premier vaisseau de guerre allié à être frappé par une attaque d'avion kamikaze[57].

Le général Thomas Blamey signa les actes de capitulation du Japon au nom de l'Australie au cours de la cérémonie qui s'est déroulée à bord de l'USS Missouri le 2 septembre 1945. Les forces australiennes ont accepté la capitulation de leurs adversaires japonais lors de cérémonies menées à Morotai et en plusieurs endroits de Bornéo, Timor, Wewak, Rabaul, Bougainville et Nauru[58].

  L'après 1945

  Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, plus de 6,5 millions de personnes d'environ 200 pays se sont établis en Australie[15]

Après la Guerre, Australie est devenue un membre fondateur des Nations unies. Herbert Vere Evatt (un homme de loi, homme politique travailliste et écrivain australien) a été élu président de l'Assemblée générale pendant sa troisième session de 1948 à 1949 et il supervisa la rédaction de la déclaration universelle des droits de l'homme. La délégation australienne a rédigé un certain nombre d'articles principaux de la déclaration comme la protection des droits économiques, la protection sociale, l'adhésion aux syndicats et la protection des minorités[59].

Sous le gouvernement du libéral Robert Menzies (1949-1966), l'après-guerre fut une période de prospérité pour l'Australie. La politique d'immigration fut élargie par les gouvernements successifs et un grand nombre d'immigrants méditerranéens ont commencé à arriver. Menzies a recommencé le commerce avec le Japon, permettant à cette nation de remplacer par la suite la Grande-Bretagne en tant que partenaire commercial principal de l'Australie[60]. En 1951, Menzies fit entrer l'Australie dans l'ANZUS (Australia, New Zealand, United States Security Treaty) un pacte militaire entre l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. L'Australie envoya des troupes pour lutter contre les forces communistes aux État d'urgence en Malaisie (1950-1960) ; guerre de Corée (1950-1953) et à la Guerre du Vietnam (1962-1972).

L'Australie était un pionnier de la Course à l'espace pendant la guerre froide. Le Programme spatial de l'Australie était basé à Woomera[61]. L'Australie est devenue la 4e nation à lancer un satellite dans l'espace en 1967. La NASAa employé des stations d'observation australiennes situées près de Canberra et de Parkes pour la mission d'Apollo 11 en 1969[62].

Le plan d'aménagement des Snowy Mountains a été mené entre 1949 et 1974. Il a compris la déviation de cours d'eau pour produire de l'électricité pour les villes du sud-est et pour permettre l'irrigation de l'intérieur sec du pays[63]. Sa réalisation a nécessité 100 000 ouvriers des 30 pays. La nature multiculturelle de la main d'œuvre employée a contribué à la diversification de la société australienne au XXe siècle[64].

En terme constitutionnel, une importante réforme fut obtenue par le premier ministre Harold Holt avec le référendum de 1967 où une majorité écrasante d'Australiens vota pour pouvoir donner au pouvoir fédéral le droit de légiférer sur les Aborigènes australiens et leur intégration dans la population. Le référendum fut approuvé par plus de 90 % de la population. En 1971, Neville Bonner est devenu le premier sénateur indigène au parlement fédéral et Douglas Nicholls le premier gouverneur indigène d'un État australien en 1976[38].

  Le plan d'aménagement des Snowy Mountains a été mené entre 1949 et 1974 pour produire de l'électricité pour les villes du sud-est et pour permettre l'irrigation de l'intérieur sec du pays.

Holt fit passer la monnaie australienne au système décimal le 14 février 1966. Le 17 décembre 1967, Holt plongea dans une déferlante à Cheviot Beach, près de Melbourne et disparut.

Les années 1960 et 70 furent une période de croissance artistique pour les Australiens avec le succès naissant d'interprètes et d'intellectuels comme Barry Humphries, Germaine Greer et Robert Hughes ; le succès international de séries télévisées comme Skippy le kangourou en 1966 et des chanteurs comme les Bee Gees et AC/DC ; le commencement d'une période de grand succès pour le cinéma australien et l'inauguration de l'Opéra de Sydney en 1973. À partir des années 1970, des Aborigènes ont abordé la peinture acrylique sur toile. Ce Western Desert Art Movement - est devenu l'un les des mouvements d'art les plus significatifs du 20e siècle[65]

Le cyclone Tracy fut un cyclone tropical qui dévasta la ville de Darwin, Territoire du Nord, du 24 au 25 décembre 1974. Tracy a tué soixante-et-onze personnes, causé pour 837 millions $AUS (1974) et détruit plus de 70 % des édifices de la ville de Darwin dont 80 % des maisons[66]. Plus de 20 000 personnes se sont retrouvées sans abris sur une population de 49 000 habitants[67]. Un désastre sans précédent dans l'histoire de l'Australie[68].

Le Parti travailliste australien revint au gouvernement en 1972, sous la direction du premier ministre Gough Whitlam qui s'attela à un programme de réformes législatives mais fut démis de ses fonctions en 1975 par le gouverneur général John Kerr, après une crise constitutionnelle prolongée provoquée par un refus de l'opposition sénatoriale de voter un projet de loi de finances et Whitlam perdit les élections qui s'ensuivirent. Whitlam fut le seul Premier Ministre à avoir été démis de ses fonctions par le gouverneur général, ce qui provoqua d'intenses discussions qui se poursuivent encore à l'heure actuelle.

L'élection de 1975 vit le parti libéral retourner au gouvernement avec Malcolm Fraser comme premier ministre. Fraser encouragea l'immigration et le multiculturalisme (beaucoup de personnes arrivèrent d'Asie), et la propriété traditionnelle de la terre par des indigènes - mais n'appliqua pas le programme conservateur que ses ennemis politiques annonçaient et que certains de ses partenaires auraient souhaité, et par les années 1980, l'économie australienne était de retour dans la récession. Fraser fut battu par le parti travailliste de Bob Hawke en 1983. L’autorité théorique du Parlement britannique sur les États qui n'était pas complètement supprimée, le fut avec l’Australia Act en 1986. La décennie 1980 fut une période de modernisation de l’économie australienne. En 1988, Le bicentenaire de l'arrivée de la First Fleet fut célébré en grande pompe sur le port de Sydney et la Reine Élisabeth II fut invitée pour inaugurer le nouveau parlement national à Canberra. Mais le successeur de Hawke, Paul Keating, souleva le projet de voir l'Australie devenir une république. En 1992, la Haute Cour, dans l'affaire Mabo Queensland (No 2) annula la notion juridique de terra nullius (« terre à personne ») créée au moment de l'occupation européenne.

Au début des années 1990, l'Australie connut une période de récession économique profonde et, en 1996, le libéral John Howard fut élu premier ministre. Il resta au pouvoir jusqu'au 2007, ce qui en fit le premier ministre ayant eu le second plus long mandat de l'histoire. Il déclara qu'il voulait : « une société australienne qui verrait ce pays comme un carrefour unique entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie. L'Australie a la chance incroyable d'avoir un héritage européen, d'étroites relations avec l'Amérique du Nord mais d'être aussi située géographiquement dans la région Asie-Pacifique, et si nous arrivons à nous considérer comme ce carrefour stratégique, alors je pense que nous avons une opportunité unique de nous tailler une place spéciale dans ...l'histoire du prochain siècle »[69]

  Les chefs des gouvernements de l'Asie-Pacifique à la conférence de l'APEC à Sydney, en 2007.

Au cours de cette période, le commerce avec la Chine s'accrut considérablement et l'Australie a joué un rôle actif dans des affaires internationales, notamment : en fournissant des finances aux économies asiatiques pour récupérer de la crise financière asiatique et en incitant à l'établissement du G20 ; en organisant la Force internationale pour le Timor Oriental en 1999 ; en déployant des troupes vers l'Afghanistan et l'Irak, en participant aux secours après le tsunami qui a suivi le tremblement de terre du 26 décembre 2004.

L’Australie reste une monarchie constitutionnelle dont Élisabeth II est la reine ( dont les fonctions sont assurées en Australie par un gouverneur-général choisi par le premier ministre). En 1999, le gouvernement organise un référendum sur une modification constitutionnelle faisant du pays une république. Le parti libéral a permis à ses membres de décider librement de leur propre position en la matière, alors que le parti travailliste faisait campagne pour une république[70].

Les monarchistes ont argué du fait que le statu quo offrait à l'Australie des protections constitutionnelles incomparables. Le projet rencontra d'autres oppositions, puisqu'une partie des républicains appela à voter contre le projet à cause du désaccord avec la méthode proposée pour désigner le chef de l’État, qui aurait été nommé par le Parlement à la majorité des deux tiers, ce système ayant pour avantage de placer le président au-dessus des querelles des partis mais pour inconvénient d'exclure le citoyen du choix de sa représentativité. Face à ces critiques et suite au conservatisme instinctif des Australiens lors des référendums constitutionnels une majorité de la population (55 %) — s'est exprimée de manière négative. Le débat républicain n’est toujours pas tranché : le gouvernement travailliste prévoit d'organiser un autre référendum dans un avenir assez lointain, pour proposer l'établissement d'une république en Australie. Tony Abbott, un des principaux monarchistes, est devenu chef du parti libéral fédéral en 2009.

Le travailliste Kevin Rudd bat Howard aux élections du 24 novembre 2007. Ancien diplomate, parlant couramment le chinois, son premier acte officiel en tant que premier ministre fut, le jour même de sa nomination, de ratifier le protocole de Kyōto et d'annuler certaines des réformes sur la législation du travail mises en place par le parti libéral. Le 13 février 2008, tenant une promesse de campagne, il prononça un discours solennel, s'excusant auprès des Aborigènes, peuple autochtone, pour les maltraitances qu'il avait subies.

En 2009, l'Australie est ravagée par les incendies les plus meurtriers de son histoire. Les feux de brousse du Victoria de 2009, aussi appelé « Samedi noir » ont fait plus de 231 morts[71] et des destructions importantes (365 000 hectares, 1 000 maisons[72]).

En 2008-09, après 25 ans de réforme économique, et une période de croissance commerciale forte avec la Chine, l'Australie surpassait pratiquement chaque économie comparable - tandis que la crise économique saisissait le monde[73].

En 2010, la cote de Rudd a continué à pâtir de mauvais choix politiques travaillistes (une série de changements de politique, l'abandon du plan carbone et un projet controversé de taxe) et Rudd démissionne en juin, juste avant un vote interne du parti, demandé par son adjointe, Julia Gillard, qui devenant la première femme à prendre la tête du gouvernement australien[74]. Aux élections législatives de 2010, l'Australie se retrouve, pour la première fois depuis soixante-dix ans, avec une Chambre des représentants en situation de Hung Parliament. Après avoir obtenu le ralliement du seul député des Verts australiens, Gillard décroche progressivement le soutien de trois députés indépendants et dispose ainsi d'une majorité absolue à la Chambre[75].

  Géographie

  Uluru, dans le Territoire du Nord, le Cœur rouge de l'Australie
  Zones climatiques en Australie
  •      équatorial
  •      Tropical
  •      Subtropical
  •      Désert
  •      prairie et savane
  •      tempérée

L’Australie étend ses 7 686 850 km2[76] de surface sur la plaque australienne. Bordée par les océans Indien, Pacifique et, pour les Australiens[N 1], Austral, l’Australie est séparée de l’Asie par les mers d’Arafura et de Timor et de la Nouvelle-Zélande par la mer de Tasman. Elle compte 25 760 kilomètres de côtes[77] et revendique 8 148 250 km2 de zone économique exclusive. Cette zone ne tient pas compte du Territoire antarctique australien.

La Grande barrière de corail, le plus grand récif corallien du monde[78], s’étend à faible distance des côtes nord-est, sur plus de 2 000 kilomètres.

l'île principale avec plus de 7 600 000 km² couvre plus de 99 % du territoire australien. Tandis que l'Île de Tasmanie, avec 68 332 km², forme son deuxième territoire insulaire par ordre d'importance.

La Cordillère australienne (en anglais : the Great dividing range) est la chaîne de montagne la plus importante d'Australie. Elle s'étend à partir de la pointe nord-est du Queensland, sur toute la longueur de la côte orientale à travers la Nouvelle-Galles du Sud, puis l'État du Victoria avant, à l'extrémité sud du continent, de tourner à l'ouest et venir mourir dans l'immense plaine centrale aux monts Grampians, dans l'est du Victoria. En certains endroits, tels que les Montagnes bleues, les Snowy Mountains (les « Montagnes Enneigées »), les Alpes victoriennes et les escarpements de l'est de la région de Nouvelle-Angleterre, les régions montagneuses forment une barrière importante. Avec une altitude de 2 228 mètres, le mont Kosciuszko, est la plus haute montagne du territoire continental, alors que le pic Mawson, situé sur l’île australienne d'Heard, atteint 2 745 mètres. L'Australie est le plus plat des continents avec une altitude moyenne de 300 mètres.

Le plus grand monolithe du monde, le mont Augustus[79], se situe en Australie-Occidentale. Uluru, peut-être le monolithe le plus célèbre du monde, se trouve dans le Territoire du Nord.

La plus grande partie du territoire australien est couverte de zones désertiques ou semi-arides : les programmes d'irrigation ont du mal à vaincre la sècheresse. L’Océanie est le plus sec des continents habités, le plus plat et possède le plus ancien et le moins fertile des sols. Seules les parties situées au sud-est (climat subtropical humide), au sud (climat océanique) et au sud-ouest (climat méditerranéen) bénéficient d’un climat tempéré. La partie nord du pays, avec un climat tropical, possède une végétation constituée de forêts tropicales humides, prairies, mangroves, marais et déserts. Le climat est fortement influencé par les courants océaniques, notamment El Niño, qui est corrélé avec des sècheresses périodiques et les basses pressions saisonnières qui produisent des cyclones dans le nord de l’Australie[80].

  Faune et flore

Bien que la majeure partie de l’île soit désertique ou semi-aride, l’Australie (Tasmanie comprise) ne manque pas d’habitats diversifiés pour accueillir différentes espèces animales et végétales. Du fait du grand âge du continent, de son climat très variable dans le temps et son isolation géographique très longue, une faune et une flore particulières ont pu se développer, en général d'origine très ancienne, tels que les mammifères monotrèmes (ovipares) et marsupiauxpoche marsupiale ou marsupium), ayant précédé dans l'Evolution les mammifères placentaires; les oiseaux aptères (Aptéryx ou Kiwi, Emeu). Environ 85 % des plantes à fleurs, 84 % des mammifères, plus de 45 % des oiseaux et 89 % des poissons du plateau continental sont considérés comme des espèces endémiques [81]. Les espèces animales les plus connues sont le koala, le kangourou, l’émeu, l’ornithorynque, le wombat, l’échidné et le dingo.

L’arrivée des premiers hommes en Australie, la colonisation européenne et la modernisation ont chacun apporté leur lot de flore et faune du monde entier. Certaines ont trop prospéré et ont atteint des proportions trop importantes, menaçant, sinon exterminant, d’autres espèces. 24 lapins furent introduits en Australie en 1874 et se reproduisirent très rapidement[82]. Dans ce pays dépourvu de carnassiers, les lapins ont prospéré. À peine un demi-siècle plus tard, la population de lapins de garenne s'élevait à 30 millions d'individus et menaçait l'agriculture et l'équilibre écologique local. Après l'introduction de la myxomatose, on en est arrivé, en 1995, à introduire sur ce continent un virus ravageur des lapins : Le Rabbit Haemorrhagic Disease Virus (RHDV) pour rééquilibrer leur population[83]. Les Australiens relâchèrent également des renards, jusqu'ici absents de l'île-continent, qui s'attaquèrent aux marsupiaux[82]. Des maladies comme la myxomatose sont même entretenues par les autorités pour en limiter le nombre. Un exemple très connu d’extermination est la disparition du tigre de Tasmanie (ou loup de Tasmanie) en plein XXe Siècle du fait des Européens.

Les premiers colons importèrent du bétail mais leurs excréments ne disparaissaient pas car il n'y avait pas d'insectes, ni de bactéries chargés de leur dégradation. Depuis, après 4 siècles d'occupation européenne, il est enfin interdit d'importer des espèces animales ou végétales en Australie.

L’Environment Protection and Biodiversity Conservation Act 1999 est un cadre juridique pour la protection des espèces menacées. De nombreuses zones protégées ont été créées en vertu du Plan d'action pour la biodiversité nationale pour protéger et préserver des écosystèmes uniques, 64 zones humides sont inscrites à la Convention de Ramsar, et 16 sites ont été inscrits au patrimoine mondial. L'Australie a été classée 13e au classement 2005 de l’Environmental Sustainability Index.

  Panorama depuis Connors hill, en East Gippsland, Victoria

  Climat

  Image satellite de la grande barrière de corail.

Les côtes du Nord et du Nord-Est ont un climat tropical. De décembre à avril, il fait très chaud (29 °C à Darwin, 26 °C à Cairns) et très humide avec des pluies tropicales d'été. Il pleut de 15 à 20 jours par mois. Ainsi, en décembre, il tombe 225 mm d'eau à Cairns et Darwin, en janvier et février de 300 à 400 mm, en mars 300 mm à Cairns et 450 mm à Darwin. À partir de mi-avril, les pluies deviennent plus rares et les températures descendent un peu, tout en restant élevées (26 °C de mai à septembre à Darwin, 22 °C à Cairns). De mai à septembre, ce qui correspond à l'hiver, s'égrènent donc les mois les plus agréables avec un temps sec et des températures clémentes. À partir d'octobre, il recommence à pleuvoir et les températures remontent sensiblement.

La côte orientale possède un climat subtropical humide et les pluies y sont abondantes toute l'année. À Sydney, il pleut en moyenne de 12 à 14 jours chaque mois de l'année avec de 75 à 125 mm d'eau. C'est l'été, de décembre à mars, que les températures sont les plus agréables (22 °C à Sydney), les mois les plus chauds étant janvier et février. En octobre et novembre, ainsi qu'en avril, il fait 18 °C, puis de mai à septembre, le temps se rafraîchit entre 12 et 15 °C seulement, juillet étant le mois le plus frais.

  Mont Hotham : l’Australie est le continent le plus sec et le plus plat, pourtant elle a également des régions alpestres dans la Cordillère australienne et en Tasmanie.

La Tasmanie, île au sud-est du continent, possède un climat océanique, marqué par son humidité constante, ses hivers doux (4 °C) et ses étés frais (17 °C). C'est l'État le plus humide d'Australie, un des rares à ne pas avoir de problèmes de manque d'eau.

Les côtes Sud et Sud-Ouest bénéficient d'un climat méditerranéen. D'avril à octobre, elles reçoivent les pluies d'hiver (de 50 à 75 mm par mois à Adélaïde et à Perth). C'est une saison pluvieuse et fraîche (de 11 à 16 °C). Ce sont en juin et juillet les mois les plus pluvieux et les plus frais (de 16 à 19 jours de pluie dans le mois, avec 11 °C seulement à Adélaïde et 13 °C à Perth). En revanche, l'été de décembre à mars, il fait très bon, le temps est sec ; pas plus de 5 jours de pluie par mois et les températures sont très agréables (de 20 à 23 °C), janvier et février étant les mois les plus chauds et les plus secs. En octobre et novembre, ainsi qu'en avril, le temps est sec mais les températures moyennes de l'ordre de 16 à 19 °C. Pendant l'été austral, la région subit des incendies en période de sècheresse et de grand vent : en 1983, les feux de brousse avaient fait 75 morts dans le sud du pays et dans l'État de Victoria[84]. Ceux de février 2009 ont fait au moins 181 morts[85] et des destructions importantes (365 000 hectares, 1 000 maisons[72]).

Sur la côte ouest, l'été, de novembre à avril, est humide et chaud. Les températures à l'ombre sont alors de 30 °C à Broome, décembre étant le mois le plus chaud, et il y pleut de 6 à 10 jours chaque mois avec de 75 à 150 mm d'eau. En revanche l'hiver, de mai à octobre, est très sec avec des pluies rares même inexistantes à Broome de juillet à octobre et des températures variant de 21 à 26 °C, juin étant le mois le moins chaud (21 °C à Broome). C'est la saison la plus agréable.

L'intérieur a un climat désertique. Les pluies au cours de l'année sont rares, pas plus de 1 à 4 jours par mois. L'été, de novembre à mars, est chaud (de 25 à 28 °C à Alice Springs) avec une chaleur difficile à supporter car le degré hygrométrique varie de 28 à 35 pour 100 seulement. En septembre et octobre, ainsi qu'en avril, les températures sont douces (de 18 à 22 °C à Alice Springs) mais toujours un degré hygrométrique faible : 30 à 40 pour 100. De mai à août, il fait frais (de 12 à 15 °C à Alice Springs) et le degré hygrométrique ne dépasse jamais 50 pour 100. Là, c'est plutôt septembre, octobre et avril qui sont les mois les plus agréables.

  Politique

Article détaillé : Politique de l'Australie.
  Le Parlement de Canberra : l'entrée principale et le mât aux couleurs nationales.

L’Australie a un parlement fédéral à deux chambres : le Sénat (Senate) avec 76 sénateurs et la Chambre des Représentants (House of Representatives) avec 150 députés. Les députés sont élus dans des circonscriptions (officiellement divisions, mais plus connus sous le nom de electorates ou seats) selon un système d’un député par circonscription. Plus un État est peuplé, plus il a de députés à la Chambre des Représentants avec un minimum de cinq par État. Au Sénat, chaque État est représenté par douze sénateurs, et chaque territoire de l’île Australie par deux. Les députés sont élus pour trois ans et les sénateurs six. Les élections ont lieu tous les trois ans, renouvelant le Sénat de moitié à chaque élection.

Le gouvernement est formé de personnes élues dans la Chambre des Représentants ou du Sénat. Le Premier ministre est le leader du parti majoritaire à la Chambre des représentants. Il n'est arrivé qu'une seule fois qu'un sénateur devienne Premier ministre de l’Australie, et ce pour une période très brève, après le décès du premier ministre, le temps pour son successeur de se faire élire à la chambre des représentants lors d'une élection partielle.

Le gouverneur général a théoriquement le droit de mettre fin aux fonctions du Premier ministre mais il ne le fait que sur sa demande. Une exception à cette convention constitutionnelle eut lieu le 11 novembre 1975. Le gouverneur général Sir John Kerr fit démissionner le Premier ministre Gough Whitlam. Cet événement reste le plus controversé de toute l’histoire politique australienne.

Depuis le 24 juin 2010, le Premier ministre est Julia Gillard, qui a remplacé Kevin Rudd, l'ancien chef du Parti travailliste. Elle est la première femme à son poste depuis la création de la démocratie libérale il y a un siècle. C'est en outre la première fois dans l'histoire d'un État que le chef d'État (Élisabeth II), le chef de gouvernement (Julia Gillard) et le gouverneur général (Quentin Bryce) sont des femmes. Elle est désormais la chef du parti travailliste.

  Gouvernement

  La gouverneure générale Quentin Bryce.
  Le Premier ministre Julia Gillard.

L'Australie fait partie des quelques nations qui sont demeurées démocratiques tout au long du XXe siècle - avec des juridictions démocratie parlementaire depuis les années 1850.

En 2009, la Commonwealth d’Australie est une monarchie constitutionnelle : Élisabeth II est reine d’Australie, un rôle distinct et séparé de sa position en tant qu'Élisabeth II du Royaume-Uni. Elle est le chef d'État, bien que ce terme n’apparaisse ni dans la Constitution ni dans la loi. La reine est nommément représentée par le gouverneur général. En pratique, la reine Élisabeth II n'est venue que peu de fois en Australie et n'a jamais fait appel à ses pouvoirs. La quasi-totalité du rôle constitutionnel du monarque est donc assumé par le gouverneur général. D’après la Constitution australienne, le rôle du monarque est presque purement cérémonial. Bien que la Constitution donne théoriquement de grands pouvoirs exécutifs au gouverneur général, ceux-ci ne sont jamais utilisés politiquement, très rarement utilisés indépendamment, et sont délégués au Cabinet dont les membres sont choisis par le parti au pouvoir ou le premier ministre seul, parmi des membres du gouvernement.

Le gouvernement est assuré par trois pouvoirs indépendants :

La base légale de la nation changea avec l’Australia Act[86] de 1986 et le vote de lois liées à cet acte au Parlement britannique. Jusqu’à cette date, un petit nombre d’affaires constitutionnelles pouvaient être plaidées en dernier ressort au Comité judiciaire du Conseil privé, la plus haute cour d’appel du Royaume-Uni. Par cet acte du parlement, la loi australienne devint, sans équivoque possible, la seule valable dans le pays. La Haute Cour d'Australie devint ainsi la plus haute cour d’appel. La possibilité théorique que le parlement britannique puisse voter des lois modifiant des articles de la Constitution australienne fut supprimée.

Le Parlement fédéral est composé de la reine, du Sénat (la chambre haute) qui compte 76 sénateurs et de la Chambre des représentants (la chambre basse) avec 150 députés. Les députés sont élus dans des circonscriptions uninominales, officiellement appelées divisions mais communément appelées electorates ou seats. Le nombre de sièges à la Chambre des représentants alloué à chaque État est proportionnel à sa population, chaque état ayant tout de même l'assurance d'avoir au moins cinq sièges. Au Sénat, chaque État est représenté par 12 sénateurs et chacun des deux principaux territoires par deux. Les élections pour les deux chambres ont lieu tous les trois ans; les sénateurs ont des mandats de six ans et la moitié seulement des sièges sont renouvelés à chaque élection, sauf si le cycle est interrompu par un double dissolution. Le parti ayant le soutien de la majorité de la Chambre des représentants forme le gouvernement et son leader devient Premier ministre.

Il existe deux grands groupes politiques qui gouvernent le pays : le Parti travailliste, et la Coalition qui est un regroupement de deux partis : le Parti libéral et son partenaire mineur, le Parti national. Un certain nombre de députés appartiennent à d'autres petits partis, comme les Verts ou le Parti démocrate ou même sont indépendants de tout parti. Depuis le 3 décembre 2007, le Parti travailliste dirigé par l'actuel Premier ministre Julia Gillard est au pouvoir à Canberra ainsi que dans tous les États du pays. Lors des élections de 2004, l'équipe gouvernementale de la Coalition dirigée par John Howard avait obtenu la majorité dans les deux chambres, ce qui ne s'était pas produit depuis plus de 20 ans. Le vote est obligatoire pour tous les citoyens inscrits de 18 ans et plus, aussi bien au niveau des États ou des Territoires qu'au niveau fédéral. L'inscription sur les listes électorales est obligatoire dans tous les états sauf en Australie-Méridionale[87].

  Organisation territoriale : les États et Territoires

  Territoire antarctique australien : les explorateurs Alistair Mackay, Edgeworth David et Douglas Mawson au pôle Sud magnétique le 17 janvier 1909, lors de l'expédition Nimrod.

L'Australie est divisée en six États, trois territoires continentaux et d'autres petits territoires extérieurs.

Les États sont :

Les territoires sont :

Pour une grande part, le fonctionnement des territoires est comparable à celui des États, mais le Parlement fédéral peut, s'il l'estime utile, mettre son véto à presque toutes les lois votées par les parlements territoriaux. En revanche, le parlement fédéral ne peut pas s'opposer à des lois étatiques dans certains domaines qui sont énoncés à l'article 51 de la Constitution ; les parlements des États conservent tous leurs pouvoirs législatifs dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la police, de la justice, du système routier, des transports publics, des gouvernements locaux.

Chaque État et Territoire a sa propre organisation législative : un système unicaméral, dans le Territoire du Nord, l'ACT et le Queensland, un système bicaméral dans les autres États. La chambre basse est connue sous le nom d'Assemblée législative (Chambre de l'Assemblée, en Australie du Sud et en Tasmanie) et la chambre haute est connue sous le nom de Conseil législatif. Le chef du gouvernement de chaque État est le premier ministre (Prime en anglais alors que le premier ministre fédéral est appelé Prime Minister), et dans chaque territoire, le ministre principal (Chief Minister). La reine est représentée dans chaque État par un gouverneur, un administrateur dans le Territoire du Nord et dans l'ACT par le gouverneur général d'Australie ; dans tous les cas, ils ont des rôles analogues.

En outre, l'Australie gère des Territoires extérieurs habités : l'île Norfolk, l'île Christmas, les îles Cocos et d'autres inhabités : les îles Ashmore-et-Cartier, les îles de la mer de Corail, les îles Heard-et-MacDonald et le Territoire antarctique australien.

  Affaires étrangères et Défense

Article détaillé : Australian Defence Force.
  Le Major General Peter Cosgrove à Dili (Timor Oriental) en 2000.

Au cours des dernières décennies, les relations extérieures de l'Australie ont été caractérisées par une étroite association avec les États-Unis par le biais du pacte de l'ANZUS, et par un désir de développer des relations avec l'Asie et les pays du Pacifique, en particulier à travers l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (l'ASEAN) et le Forum des îles du Pacifique. En 2005, l'Australie a obtenu pour la première fois une place au Sommet de l'Asie orientale à la suite de son adhésion au Traité d'amitié et de coopération du sommet. L'Australie est membre du Commonwealth, dans lequel les rencontres entre les chefs de gouvernement du Commonwealth constituent le principal moyen de coopération. L'Australie a défendu énergiquement la cause de la libéralisation des échanges internationaux. Elle a conduit à la formation du Groupe de Cairns et de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (l'APEC). Elle est membre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (l'OCDE) et de l'Organisation mondiale du commerce (l'OMC). Elle a poursuivi une politique de libres échanges avec plusieurs pays, avec tout récemment l'accord de libre échange Australie États-Unis et le rapprochement des relations économiques avec la Nouvelle-Zélande. L'Australie est pays membre fondateur de l'ONU, elle a aussi un programme d'aide internationale en vertu duquel quelque soixante pays reçoivent une assistance de sa part. Le budget 2005-2006 prévoyait 2,5 milliards de dollars pour l'aide au développement[88], une somme inférieure, en pourcentage du PIB, aux objectifs du millénaire pour le développement de l'ONU.

Les forces armées australiennes (Australian Defence Force) (ADF) sont composées de la marine royale australienne (Royal Australian Navy (RAN)), de l'armée de terre australienne (Australian Army (AA)), et de l'armée de l'air royale australienne (Royal Australian Air Force (RAAF)) soit environ 51 000 hommes[89]. Tous les secteurs de l'armée ont été engagés dans des opérations de maintien de la paix (récemment au Timor oriental, dans les îles Salomon et au Soudan), dans les opérations de secours en cas de grande catastrophe et dans certains conflits armés, comme l'invasion de l'Irak en 2003. Le gouvernement nomme comme chef d'état-major des armées l'un des trois chefs de ses forces armées, à l'heure actuelle le chef de la force de défense aérienne, l' Air Chief Marshall Angus Houston. Le commandant en chef des forces armées australiennes est le gouverneur général[90]. Dans le budget 2006-2007, la part du budget allouée à l'armée a été de vingt-deux milliards de dollars australiens[91].

Un mémorial national a été élevé à Villers-Bretonneux à la mémoire des soldats australiens, les Diggers, morts au combat en France et en Belgique. Il a été inauguré en 1938 par le roi George VI et le président français Albert Lebrun. Une cérémonie s'y déroule chaque année le 25 avril (ANZAC Day). En outre, en signe de reconnaissance aux soldats australiens, le gouvernement français a fait ériger à Canberra, un mémorial franco-australien inauguré en 1961[92].

  Économie

  La mine d'or de Super Pit à Kalgoorlie est la plus vaste mine à ciel ouvert d'Australie.

Le développement économique de l’Australie a été lent au départ et basé sur l’exportation de la laine. Cela a changé avec la découverte d’or en 1851 et le secteur minier est devenu le plus important secteur de l’économie australienne. Au début du XXIe siècle, le secteur tertiaire de l'économie, dont le tourisme, l'éducation et les services financiers, constitue 69 % du PIB[93], l'agriculture et les ressources naturelles constituent respectivement 3 % et 5 % du PIB, mais elles contribuent largement aux performances à l'exportation du pays. Les principaux clients de l'Australie sont le Japon, la Chine, les États-Unis, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande[94].

L’Australie a une économie prospère et diversifiée. Ces dernières années, l’économie australienne a fait face au ralentissement économique mondial en gardant une croissance stable. La croissance de la production a continué grâce à la bonne consommation nationale et la confiance des entreprises et des consommateurs dans leur économie reste solide. L’importance accordée aux réformes est un autre facteur clé de la force de l’économie. Dans les années 1980, le Parti travailliste, dirigé par le Premier ministre Bob Hawke et le ministre des finances Paul Keating, a joué un rôle crucial dans la modernisation de l’économie australienne en laissant flotter le dollar australien et en dérégulant partiellement le système financier[95].

À partir de 1996, la coalition gouvernementale, dirigée par le Premier ministre John Howard, continua d’implémenter des micro-réformes économiques. Certains disent que la dérégulation du marché du travail durant cette période fut le résultat d’une nécessaire flexibilité du marché du travail. D’autres critiquèrent ces dérégulations pour leur impact négatif sur les salaires, la sécurité et la santé. La législation introduite durant cette période cherchait à réduire la participation et le pouvoir des syndicats en préférant favoriser la négociation à l’intérieur des entreprises. De plus, durant cette période, la coalition gouvernementale a dérégulé de nombreuses autres industries, entre autres le secteur des télécommunications, et a privatisé nombre de sociétés nationales[96]. La fiscalité a été réformée en juillet 2000 avec l'introduction d'une TVA de 10 % qui a permis de réduire quelque peu les impôts sur les sociétés et l'impôt sur le revenu. Mais aux élections fédérales de 2007, ce gouvernement a été mis en minorité et son Premier ministre a été personnellement battu.

Depuis la récession que « l’Australie devait avoir » (selon le Premier ministre Keating) au début des années 1990, l’économie australienne n’a pas souffert de récession. Même le ralentissement du début des années 2000 n’a pas affecté la croissance de son PNB. En mars 2007, le chômage était tombé à 4,5 %, son plus bas niveau depuis la fin des années 1970[97].

Nombre de ressources naturelles en Australie restent non-exploitées. L’Australie est souvent qualifiée par les économistes de « ferme du monde », mais malgré cet accent sur le secteur agricole, ces dernières années le gouvernement se préoccupe surtout des secteurs du tourisme, de l’éducation, et de la technologie.

L'Australie est un pays prospère, à l'économie de type occidental, avec un PIB par habitant parmi les plus élevés au monde. Le pays a été classé en 2005 au sixième rang mondial pour l'indice de qualité de vie par The Economist et, en 2010, au deuxième rang à l'Indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement. L'absence d'une industrie de transformation orientée vers l'exportation a été considérée comme un élément clé de la faiblesse de l'économie australienne mais la hausse récente des prix des produits exportés par l'Australie et l'augmentation du tourisme rendent cette critique moins pertinente. Néanmoins, l'Australie reste avec le quatrième plus grand déficit au monde de la balance des transactions courantes (plus de 7 % du PIB). Ce problème est considéré comme peu important par certains économistes car il a coïncidé avec une période de forts échanges commerciaux et de faibles taux d'intérêt ce qui rend le coût de la dette relativement faible[98].

L’Australie fait partie de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (CEAP).

  Population et société

  Démographie

  Origine des Australiens nés à l'étranger en 2006
Article détaillé : Démographie de l'Australie.

On estime aujourd’hui que les Aborigènes d'Australie étaient 350 000 lorsque les Européens sont arrivés en 1788. En 2006, 455 031 personnes en Australie se disent Aborigènes. Bien que ce soit une population plus rurale que la population générale, les deux tiers des Aborigènes vivent en ville. La Nouvelle-Galles du Sud et le Queensland comptent la moitié des Aborigènes d’Australie. En Tasmanie, les Aborigènes furent exterminés au XIXe siècle.

La majorité de la population australienne est descendante d'immigrants du XIXe et XXe siècle, des Britanniques de toutes origines : anglaise, irlandaise, écossaise et galloise. Bien que les colonies australiennes aient été fondées en tant que colonies pénitentiaires (sauf l’Australie-Méridionale et l’Australie-Occidentale), l’arrivée de bagnards britanniques en Australie s'arrêta progressivement entre 1840 et 1868. Pendant la Gold Rush (« ruée vers l’or ») de la fin du XIXe siècle, les bagnards et leurs descendants devinrent une petite minorité face aux centaines de milliers de colons des îles Britanniques. Un exemple de la masse des arrivants : dans les années 1850, le total des immigrants arrivant en Nouvelle-Galles du Sud et Victoria est l'équivalent de 2 % de la population totale du Royaume-Uni et de l’Irlande.

La population australienne a plus que doublé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, encouragée par un programme ambitieux d’immigration ; elle est passée de 9,4 millions en 1956 à 20,7 millions en 2006. Au XIXe siècle, l’Australie mit en place des mesures fortes pour prévenir l’immigration de non-blancs (la politique de l'Australie blanche). Après 1945, les immigrants venant de Grèce, de Turquie, d’Italie et d’autres pays accrurent la diversité culturelle du pays. En 1973, l’Australie mit officiellement fin aux politiques d’immigration discriminatoires, et une grande immigration asiatique apparut. En 1988, environ 40 % des immigrants venaient d’Asie et, en 1997, les Asiatiques composaient 5 % de la population. La population indigène – les Aborigènes d’Australie et les habitants du détroit de Torrès – forme 2,2 % de la population (recensement de 2006). En 2001, la campagne électorale fut dominée par les sujets de l’immigration et de la sécurité nationale. Les gouvernements successifs continuent à maintenir des niveaux élevés d'immigration au XXIe siècle[99]. Bien que privilégiant la citoyenneté par rapport au multiculturalisme (multiculturism), le gouvernement de John Howard (1996-2007) a augmenté de manière significative le programme national d'immigration. À partir de fin 2007, les nouveaux candidats à l'immigration, s’ils veulent obtenir la citoyenneté australienne, devront passer et réussir deux volets de questionnaires, comportant des questions sur l’histoire australienne, l’histoire aborigène, sur la culture du pays, sur les sports nationaux et sur la connaissance de la langue anglaise. Le gouvernement australien espère qu’ils permettront une meilleure intégration sociale des immigrés.

Les Néo-Zélandais ont droit à des visas spéciaux qui les autorisent à rester pour vivre et travailler en Australie indéfiniment. Cependant, ils sont exclus des aides nationales auxquelles peuvent prétendre les citoyens australiens ou résidents permanents. De nouvelles règles datant de 2001 ont divisé les Néo-Zélandais vivant en Australie en deux catégories : ceux résidant dans le pays avant 2001 et ceux arrivés après. Les premiers pourront toucher des allocations chômage après deux ans de résidence, comme tout autre immigrant avec un visa permanent. Les derniers ne pourront prétendre à aucune allocation chômage du tout, comme cela est le cas pour les immigrants en Australie avec seulement un permis de travail.

Un grand nombre de citoyens australiens (950 000 en 2004) vit à l’étranger. Ce nombre (presque 5 %) est largement supérieur à celui d’autres pays. Ce n’est que récemment que le sujet a intéressé gouvernement et médias, mais le terme de diaspora australienne fait aujourd’hui partie du vocabulaire australien.

De même que nombre d’autres pays développés, l’Australie vit aujourd’hui un vieillissement de sa population.

L'anglais est la langue officielle de facto[N 2] de l’Australie, même si certaines communautés aborigènes continuent de parler leurs langues natales. Un nombre considérable d’immigrants de première et deuxième générations est bilingue. L’italien, le cantonais et le grec sont encore très largement parlés.

  Religion

  Le temple bouddhiste Nan Tien à Wollongong. Le nombre de personnes se référant au bouddhisme a fortement augmenté en Australie ces dernières années.
  Sainte Mary MacKillop, enseignante des pauvres au XIXe siècle, la première sainte australienne (environ un quart des Australiens sont catholiques).

La Constitution australienne garantit la séparation de l'Église et de l'État. Il n’y a aucune religion officielle en Australie. Même si le pays est laïc, les trois quarts des Australiens se disent chrétiens (environ 64 %), en majorité catholiques ou anglicans. En 2001, le nombre de personnes se déclarant d'une religion non-chrétienne a montré une très forte augmentation à partir du recensement de 1996. Ainsi, le nombre de personnes se rattachant au bouddhisme a augmenté de 79 %, à l'hindouisme de 42 %, à l'Islam de 40% et au judaïsme de 5 %.

Pourcentage de personnes se référant à une religion (Recensement de 2001)[102] :

Chrétiens :

Autres :

  • Sans religion : 16 %
  • Pas de réponse : 11,7 %

  Personnages religieux significatifs

  Éducation

Article détaillé : Système éducatif australien.
  L'université de Sydney : l'éducation joue un rôle économique important. De nombreux étudiants étrangers viennent en Australie.

L’éducation n’est pas du ressort de l’État fédéral mais des différents États. Cependant, l'aide gouvernementale a participé à l’ouverture de nombreuses universités.

L'Australie a 37 universités publiques et deux universités privées[103]. Notamment on peut citer le groupe des huit : université de Sydney, université de Nouvelle-Galles du Sud, Université d'Australie-Occidentale, Université nationale australienne, université Monash, université de Melbourne, l'université de Queensland, et l'université d'Adélaïde[104]. Parmi les autres il y a l'université Macquarie, Université de Canberra, Université Bond, Université de Wollongong et l'université catholique australienne.

Environs 10 % des étudiants des universités australiennes sont étrangers[105].

Les instituts supérieurs d'enseignement technique, les TAFE College, se spécialisent dans la formation technique. Ils sont publics et reconnus par l'industrie et forment à des diplômes de l'enseignement secondaire ou supérieur[106].

L'année scolaire a lieu à partir de janvier à décembre. Les écoles de gouvernement sont gratuites, alors que la plupart des étudiants aux écoles privées payent des honoraires. L'église catholique est le plus grand éducateur non gouvernemental. Deux-tiers d'étudiants vont à des écoles de gouvernement, avec un tiers d'écoles privées étant présentes (religieux et séculaire). Les termes High school et Secondary college désignent l'enseignement secondaire en Australie.

La scolarisation est obligatoire jusqu’à :

  • 17 ans en Tasmanie ;
  • 16 ans dans les États de Victoria, d'Australie méridionale et du Queensland ;
  • 15 ans dans tous les autres États et territoires.

Plusieurs parlementaires australiens demandent que l'éducation obligatoire ne soit plus liée à l'âge mais à l'obtention d'un diplôme.

En raison de la très faible densité démographique de l’outback (brousse australienne), de nombreux élèves sont scolarisés par correspondance.

  Sciences et technologies

  Joseph Banks, un naturaliste et botaniste britannique qui participa au premier voyage de James Cook (1768-1771).
  L'observatoire de Parkes a aidé la mission d'Apollo 11.

Les inventions australiennes anciennes comprennent le boomerang et woomera ; mais parmi les contributions australiennes les plus importantes à la science et à la technologie figurent également : le développement de la pénicilline ; réfrigération ; physiothérapie ; le long métrage ; les réseaux sans fil (WLAN) ; le pacemaker ; le photocopiage et un certain nombre d'innovations d'aviation, agricoles et de transport motorisé.

L'Australie a longtemps été une source de fascination pour des botanistes, des naturalistes et des géologues. Le botaniste Sir Joseph Banks participa au premier voyage de James Cook autour du monde (1768-1771). Il rapporta d'abondants matériaux et milite ardemment pour la colonisation. En 1800, l'explorateur français Nicolas Baudin est sélectionné pour une expédition en Australie pour neuf zoologistes et botanistes, y compris Jean Baptiste Leschenault de La Tour, l'un des plus grands voyages scientifiques de tous les temps. Charles Darwin - un naturaliste anglais dont les travaux sur l'évolution des espèces vivantes ont révolutionné la biologie - a été influencé par ce qu'il a vu en Australie en 1836 pendant Le Voyage du Beagle[107].

Les Jardins botaniques royaux de Sydney ont été créés par le gouverneur Lachlan Macquarie en 1816 et sont donc la plus ancienne institution scientifique en Australie. L’Australian Museum de Sydney, centré sur l’histoire naturelle et l’anthropologie, est le plus ancien muséum d’Australie. En 1826, l’entomologiste Alexander Macleay commence à œuvrer pour l’ouverture d’un muséum. L’immeuble ouvre ses portes au public en 1857[108].

Un des projets de technologie les plus substantiels de l'Australie était le plan d'aménagement des Snowy Mountains (1949-1974). Comportement de 16 grands barrages, de 7 générateurs de l'électricité et de 145 kilomètres du tunnel pour la production d'énergie hydroélectrique ; et pour réorienter les eaux à intérieur pour l'irrigation[109].

L'Australie était un pionnier du Conquête de l'espace pendant la guerre froide. Le Programme spatial de l'Australie a été situé à Woomera depuis les années 1950[61]. L'Australie est devenue la 3e nation pour lancer un satellite dans l'espace de son propre territoire en 1967. Des observatoires australiennes près de Canberra et de Parkes ont été employées par la NASA pour la mission d'Apollo 11 en 1969[62]. Pine Gap est la station de suivi de satellites (Joint Defence Facility Pine Gap) située au sud-ouest de la ville d'Alice Springs dans le Territoire du Nord. La base est gérée conjointement par l'Australie et les États-Unis, depuis 1966. On considère qu'il s'agit de l'un des plus grands Centre Régional d'Opérations SIGINT - ou de renseignement d'origine électromagnétique) au monde.

Un important organisme d'éducation est l'organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle, le CSIRO. L'Australian Institute of Sport est un programme sportif national de la recherche scientifique d'athlétisme.

Parmi les australiens lauréats du prix Nobel scientifique :

  Médias

  Rupert Murdoch - l'un des Australiens les plus influents au monde.

  Presse écrite

Les journaux sont dominés par deux entreprises : News Corporation et John Fairfax Holdings (voir aussi la Liste des journaux australiens).

Le groupe Rural Press Limited qui éditait entre autres The Canberra Times et The Land ainsi qu'un certain nombre de revues du monde agricole (Queensland Country Life, Stock & Land, Stock Journal et Farm Weekly) a fusionné le 8 mai 2007 avec le groupe News Corporation[110].

  Télévision

  Steve Irwin, « The Crocodile Hunter »

L’Australie a deux diffuseurs publics : Australian Broadcasting Corporation (ABC) et Special Broadcasting Service (SBS); elle a trois chaînes de télévision privées : Nine Network, Seven Network et Network Ten.

Les Logie Awards constituent la principale récompense télévisuelle nationale en Australie, depuis 1959[111].

D’après Reporters sans frontières, en 2005, l’Australie est en 31e position dans le monde pour la liberté de la presse dans le pays. Elle est bien loin derrière la Nouvelle-Zélande 12e. Avec le gouvernement libéral de John Howard prenant le contrôle du Sénat en 2005, les réglementations sur la propriété des médias devraient se relâcher. Cela permettra une plus grande concentration des médias dans les mains de quelques compagnies.

Quelques exportations australiennes célèbres de télévision incluent : Dame Edna Everage; Skippy le kangourou (1966-69); Clive James; Geoffrey Robertson; Les Voisins (Neighbours) (1985-); Summer Bay (Home and Away) (1988-); The Wiggles; et Steve Irwin (The Crocodile Hunter) (1996-2006).

  Culture

  The Sunbaker, par Max Dupain, 1937.
Article détaillé : Culture de l'Australie.

Depuis 1788, une grande partie de la culture australienne dérive de racines anglo-celtiques. Au cours des cinquante dernières années, la culture australienne a été fortement influencée par la culture populaire américaine (surtout cinéma et télévision) et par l'arrivée de sept millions d'immigrés de tous les continents du monde. Les grandes villes comme Sydney ou Melbourne sont aujourd'hui très cosmopolites, des spécificités australiennes sont apparues par suite de l’environnement, de la culture aborigène et de l’influence des pays voisins. La vigueur et l’originalité des arts australiens (littérature, cinéma, opéra, musique, peinture, théâtre, danse, artisanat) lui valent aujourd’hui une reconnaissance internationale.

  Liberté, égalité, mateship

Le Parlement australien montre une copie originale de la Magna Carta de 1297, symbolisant les racines profondes de la démocratie dans la culture politique australienne[112]. Le système européen de classe n'a jamais été transféré avec succès par les colons britanniques et les Australiens professent une culture égalitaire. Mateship (ou fidélité fraternelle) est également considéré comme un principe central (il y a eu un effort non réussi d'insérer le mot mateship dans le préambule à la constitution australienne en 1999)[113].

En 2004, Germaine Greer a écrit que la culture des Aborigènes a sensiblement affecté le développement de la culture australienne. Greer a pu voir des origines indigènes dans beaucoup d'aspects caractéristiques de culture australienne : l'égalitarisme et la réticence intrinsèque des Australiens ; l'importance placée sur la capacité de raconter une bonne histoire ; l'intonation et le vocabulaire de l'anglais australien[114].

L'anglais australien a ajouté une série d'expressions à l'anglais, notamment : g'day (salut), Outback (loin à l'intérieur) et fair dinkum (la vérité)[115].

  Arts

Article détaillé : Art en Australie.
  Down On His Luck par Frederick McCubbin du Heidelberg School des artistes australiens

Les arts visuels ont une longue histoire en Australie avec les peintures sur paroi et les peintures sur bois aborigènes. Des exemples d’art rupestre peuvent être trouvés dans les parcs publics même dans les villes principales : comme au Parc national Ku-ring-gai Chase à Sydney. Uluru et Parc national de Kakadu, en Territoire du Nord, sont classés sur la liste de l'UNESCO en tant que patrimoine culturel et présentent une histoire des techniques et du comportement illustrée par des peintures[116],[117],[118]. À partir des années 1970, les Aborigènes ont abordé la peinture acrylique sur toile. Ce Western Desert Art Movement est devenu l'un les des mouvements d'art les plus significatifs du XXe siècle.

À partir de 1788, la peinture australienne est souvent décrite comme le passage progressif d'un sens européen de lumière à un sens australien. Les origines de la peinture australienne sont souvent associées à l'école d'Heidelberg des années 1880-1890. Des artistes comme Arthur Streeton, Frederick McCubbin et Tom Roberts se sont efforcés de donner une image plus vraie de la lumière en Australie. Ils ont peint en plein-air dans la tradition impressionniste. Ces artistes ont été inspirés par les beaux paysages et la lumière unique qui caractérise le bush australien.

Le premier peintre australien à se faire un nom à l'étranger fut John Peter Russell pendant les années 1880. Impressionniste, ami de Vincent van Gogh et d'Auguste Rodin, il est devenu le premier Australien à expérimenter le cubisme. Un autre artiste expatrié en avance sur son époque fut Rupert Bunny, peintre de paysages, d'allégorie et d'images sensuelles et intimes.

Parmi les principaux artistes du XXe siècle, on peut citer : les surréalistes Sidney Nolan, Arthur Boyd et Russell Drysdale ; l'avant-gardiste Brett Whiteley ; les peintres/sculpteurs William Dobell et Norman Lindsay ; les paysagistes Albert Namatjira et Lloyd Rees et le photographe moderne Max Dupain. Chacun a aidé à définir le caractère particulier des arts visuels australiens[119].

Le modernisme est arrivé en Australie au début du XXe siècle. À sa tête étaient Grace Cossington Smith et Margaret Preston. Les artistes Pro Hart et Ken Done ont contribué au développement d'un modèle australien moderne populaire et l'artiste australien omniprésent Rolf Harris a peint le portrait officiel de la reine Élisabeth II à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire[120]. L'humoriste Barry Humphries a également été un exposant provocateur du dadaïsme en Australie[121]. Michael Leunig (né en 1945 à Melbourne) est un artiste australien qui a développé un style très particulier et reconnaissable de caricature[122].

Le pays compte de nombreux musées et galeries d'art (y compris dans de petites villes), notamment la National Gallery of VictoriaMelbourne), la National Gallery of AustraliaCanberra), Galerie nationale australienne de portraits, l'Art Gallery of New South WalesSydney) et le National Museum of Australia (à Canberra).

Il y a une tradition très riche de danse, vivifiée par l’héritage de Margot Fonteyn et Robert Helpmann et l'Australie a vu naître le danseur Wade Robson.

Le National Institute of Dramatic Art (NIDA) de Sydney est mondialement connu comme école de théâtre avec des anciens élèves comme : Cate Blanchett, Toni Collette, Judy Davis, Mel Gibson, Baz Luhrmann et Hugo Weaving.

  Architecture

Article détaillé : Architecture australienne.

Les Aborigènes ont construit des logements en semi-dur donc l'histoire de l'architecture en Australie commence avec l'arrivée des Anglais en 1788. Elle a été fortement influencée par les modèles britanniques et américains.

Il y a divers exemples d'architecture, comme l'architecture georgienne ; l'architecture victorienne, l'architecture gothique, l'architecture de la Fédération, et l'architecture contemporaine ; et le style résidentiel Queenslander sous les tropiques. Sydney est connu pour ses tours gigantesques, le Victoria pour son architecture coloniale élégante et Adélaïde s'appelle « la ville des églises ».

Trois sites d'architecture australien sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO : l'Opéra de Sydney (conçu par Jørn Utzon et mis en service en 1973); le Palais royal des expositions a Melbourne; et les Sites de bagnes australiens, une sélection d'onze colonies pénitentiaires - dont Hyde Park Barracks à Sydney, Port Arthur en Tasmanie et la prison de Fremantle en Australie-Occidentale[123].

Toutes les capitales abritent un certain nombre de cathédrales remarquables. À proximité de la ville de Wollongong, sur l'escarpement rocheux surplombant la ville se trouve l'abbaye bénédictine de Jamberoo, construite avec des matériaux de la région qui s'harmonisent avec l'environnement[124]. et pas très loin, on trouve le plus grand temple bouddhiste de l'hémisphère sud : le temple de Nan Tien[125].

On peut citer comme architectes célèbres ayant travaillé en Australie : Francis Greenway (période coloniale), Harry Seidler, Jørn Utzon (Opéra de Sydney), Walter Burley Griffin (ville de Canberra), Romaldo Giurgola (nouveau Parlement australien); Dorman Long & Co. Ltd. (Harbour Bridge à Sydney) PTW Architects (ancienne firme australienne qui a conçu le Centre national de natation de Pékin).

Le National Trust of Australia[126] est une organisation non-gouvernementale, chargée de la conservation de l'héritage historique de l'Australie. Elle possède ou contrôle plus de 300 lieux classés comme : l'Old Government House à Parramatta, le plus ancien édifice public d'Australie (1799) et l'Old Melbourne Gaol.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

  Littérature

Article détaillé : Littérature australienne.

Thomas Keneally, Colleen McCullough, Leslie Murray, Shirley Hazzard Nevil Shute, Morris West, Bryce Courtenay, Germaine Greer et Jill Ker Conway sont des écrivains australiens mondialement connus. DBC Pierre et Peter Carey ont tous les deux obtenu le Booker Prize et Patrick White le Prix Nobel de littérature. Paul Wenz, romancier australien de langue française est, quant à lui, considéré en Australie comme un auteur classique.

En « littérature classique », on peut citer :

Pour connaitre l'expérience indigène moderne, on peut lire My Place par Sally Morgan; et pour celle des migrants de deuxième génération : Looking For Alibrandi, par Melina Marchetta.

Parmi les plus importantes adaptations cinématographiques d'histoires australiennes on peut citer : The Great Escape écrit par Paul Brickhill, Mary Poppins par Pamela Lyndon Travers et La Liste de Schindler par Thomas Keneally.

Watkin Tench (Narrative of the Expedition to Botany Bay et Complete Account of the Settlement at Port Jackson); C.E.W. Bean (The Story of Anzac : From the Outbreak of War to the End of the First Phase of the Gallipoli Campaign May 4, 1915, 1921) Geoffrey Blainey (The Tyranny of Distance, 1966), Robert Hughes (The Fatal Shore, 1987), Manning Clark (A History of Australia, 1962-87), et Marcia Langton (First Australians, 2008) sont les auteurs d'importants ouvrages historiques sur l'Australie. Pour une histoire de la mythologie indigène, on peut citer David Unaipon. The Native Tribes of Central Australia par Frank Gillen et l'anthropologue Walter Baldwin Spencer au sujet des Arrerntes a fourni la première étude étendue d'une société australienne indigène pour la publication globale en 1899[127].

  Musique

Article détaillé : Musique en Australie.
  La Stupenda : Dame Joan Sutherland.
  Nick Cave lors d'un concert solo à Mayence (Allemagne).
  Geoffrey Gurrumul Yunupingu, 2009. Il chante dans la langue de Yolngu.

Le didgeridoo est un instrument de musique australien à l'origine très ancienne. Instrument à vent de la famille des aérophones, il était utilisé par les Aborigènes du nord de l'Australie depuis l'âge de la pierre (il y a environ 20 000 ans). Les Aborigènes ont conservé nombre de chants ancestraux et développé des instruments très particuliers. Le yidaki ou didgeridoo est considéré comme l'instrument le plus représentatif des Aborigènes et certains avancent qu'il est le plus ancien des instruments à vent. Cependant, seuls les Aborigènes de l'Arnhem land en jouaient comme les Yolngu. De plus, seuls les hommes pouvaient en jouer.

Les immigrés anglo-celtiques des années 1700-1800 ont introduit une tradition de ballades de la musique folk qui ont été adaptées aux spécificités australiennes, comme les chansons traditionnelles Bound for Botany Bay, The Wild Colonial Boy ou Click Go the Shears. Les paroles de Waltzing Matilda, la chanson folklorique australienne la plus connue, ont été écrites par le poète Banjo Paterson en 1895. Adoptée par les soldats australiens pendant la Première Guerre mondiale, cette chanson est encore populaire et fut entonnée lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Sydney de 2000 par Slim Dusty.

L'hymne national est Advance Australia Fair. Parmi les chants le concurrençant officieusement, on peut citer Waltzing Matilda, I Still Call Australia Home par Peter Allen ou peut-être Down Under par Men at Work.

En musique pop, les groupes et musiciens australiens ne sont pas en reste. Dans les années 1960, The Easybeats et The Seekers et The Bee Gees firent connaître leur nom dans le milieu de la pop. Depuis les années 1970 et surtout depuis les années 1980, AC/DC est l'un des plus importants groupes hard rock de la planète, ayant vendu plus de 180 millions d'albums à travers le monde et ayant le deuxième album le plus vendu de tous les temps, Back in Black, vendu à 63 millions d'exemplaires tandis que Midnight Oil et INXS remportèrent un important succès pop dans les années 1980. Il y a Nick Cave et Crowded House. Au cours des années 1990, Silverchair et Savage Garden ont fait parler d’eux. Aujourd’hui, les groupes Airbourne, Jet, The Vines, The John Butler Trio, Xavier Rudd, Kylie Minogue et Dannii Minogue chanteuses pop, de même que les jumelles de The Veronicas sont célèbres dans tous les pays et se font connaître aux États-Unis, au Royaume-Uni et à travers l'Europe. Ainsi que la chanteuse pop Tina Arena, dont la carrière a été propulsée de l'Australie vers les États-Unis puis vers l'Europe et en particulier en France. Voir aussi : Rock australien.

Johnny O'Keefe a été la première et plus grande étoile de l'époque du classic rock 'n roll en Australie. Un autre pionnier du rock fut John Farnham (toujours populaire). Dans le genre folk-rock, on trouve Paul Kelly, surnommé le pop poète lauréate d'Australie. Les chanteurs comme Christine Anu, une habitante des Îles du Détroit de Torrès et Geoffrey Gurrumul Yunupingu, un Yolngu de la Terre d'Arnhem ont récemment fait connaître internationalement la musique folk-rock véritablement indigène.

L'Australie a une longue tradition de la musique country, qui a développé un modèle tout à fait distinct de ses contre-parties des États-Unis, influencées par les ballades folkloriques celtiques et la tradition des Bush ballades des poètes australiens. Le grand homme de la musique country australienne était Slim Dusty (1927-2003) dont la carrière durera cinquante ans et qui produira plus de 100 albums. En Australie, les chanteurs John Williamson et Lee Kernaghan sont très populaires et, aux États-Unis, on trouve des artistes de country australiens très connus comme Olivia Newton-John et Keith Urban. On peut citer Delta Goodrem peu connue en France mais qui est une véritable icône dans en Australie.

Les chanteuses d'opéra Nellie Melba et Joan Sutherland -La Stupenda- ont été parmi les femmes les plus célèbres dans leur répertoire. L'Opera Australia, compagnie d’opéra nationale, est très réputé grâce à la diva Joan Sutherland. Toutes les capitales australiennes, en particulier Melbourne et Sydney ont des orchestres symphoniques. On citera aussi le chef d'orchestre Charles Mackerras. Parmi les compositeurs australiens, on peut citer : Peter Sculthorpe et Bruce Rowland.

  Cinéma

Article détaillé : Cinéma australien.
  Errol Flynn, la plus grande star australienne de l'âge d'or d'Hollywood

Le cinéma australien est un des plus anciens au monde : le premier studio de production de films a été construit par l'Armée du salut en 1898 à Melbourne[128]. The Story of the Kelly Gang, sorti en 1906, est le premier long métrage de l'histoire du cinéma. Le nom d'Errol Flynn, né à Hobart en Tasmanie, est associé aux plus grandes stars de l'âge d'or d'Hollywood, mais son premier film, In the Wake of the Bounty, est un film australien réalisé par Charles Chauvel en 1933. En 1943, Kokoda Front Line, réalisé par Ken G. Hall, a été le premier film australien à remporter un Oscar (catégorie du meilleur film documentaire). Les AFI Awards (Australian Film Institute Awards) constituent depuis 1958 la principale récompense cinématographique et télévisuelle nationale.

Avec l'aide des premiers ministres John Gorton et Gough Whitlam, les années 1960-1970 ont vu une renaissance du cinéma australien avec Pique-nique à Hanging Rock (1975) de Peter Weir et le commencement d'un âge d'or avec le grand succès de films comme Mad Max (1979) avec le jeune Mel Gibson, Gallipoli (1981), L'homme de la rivière d'argent (1982) et Crocodile Dundee (1986) avec Paul Hogan. Ce film demeure le film australien ayant eu, en nombre de spectateurs, le plus de succès au box-office mondial. Des films comme Walkabout ou Shine viennent régulièrement surprendre, et le pays lui-méme devient source d'inspiration pour des réalisateurs comme Werner Herzog (Le Pays où rêvent les fourmis vertes).

Dans les années 1990-2000, des acteurs et actrices australiens (Nicole Kidman, Hugh Jackman, Russell Crowe, Cate Blanchett, Geoffrey Rush, Eric Bana, Heath Ledger, Simon Baker, Alex O'Loughlin ) et des réalisateurs (Baz Luhrmann, George Miller, Bruce Beresford) ont connu de grands succès internationaux.

10 canoés, 150 lances et 3 épouses (Ten Canoes), un film de 2006 réalisé par Rolf de Heer et Peter Djigirr, a été le premier Feature Film en langue aborigène et a obtenu le prix spécial du jury au Festival de Cannes en 2006.

L'industrie cinématographique continue de produire un nombre raisonnable de films chaque année ; plusieurs producteurs américains ont déménagé leur production en Australie suivant la décision du directeur de la Fox Rupert Murdoch (ancien australien naturalisé américain) de déplacer le nouveau studio à Sydney, où les films peuvent être menés à terme avec un coût moins important qu'aux États-Unis. Des productions notables incluent Matrix et les épisodes II et III de Star Wars.

  Gastronomie

  La viande de kangourou, repas traditionnel des Aborigènes, on le voit maintenant encore sur des menus australiens.
Article détaillé : Cuisine australienne.

Depuis 50 000 ans, les Aborigènes ont mangé une cuisine à base d'animaux et de plantes originaires de leur région : kangourous grillés, fruits de mer, miel, baies etc.

À partir de 1788, la cuisine australienne a été basée sur la cuisine britannique apportée dans le pays par les premiers colons. Elle est généralement composée de tartes, de viande -surtout de bœuf et d'agneau- : steaks, côtelettes grillées et autres généralement accompagnée de légumes (combinaison connue familièrement sous le nom d'« une viande et trois légumes »).

Cette cuisine a vu arriver, suite à l'origine multiculturelle des nouveaux immigrés australiens au cours des 40 ou 50 dernières années, une cuisine avec une variété de plats méditerranéens et asiatiques. Ces influences culinaires multiculturelles sont fréquemment étiquetées du terme générique Modern Australian. Les traditions britanniques persistent encore à plusieurs niveaux, par exemple avec les fish 'n chips qui restent populaires dans le secteur des plats à emporter.

Un mouvement de cuisine indigène australienne est réapparu dans les restaurants australiens des années 1980. La découverte de qualités similaires aux épices de plusieurs plantes australiennes formait les bases de la cuisine gourmet. Ceci contraste avec la nourriture du bush peu familière aux gourmets.

  Consommation

  De nombreux hectares de vignes occupent la Vallée Hunter.

L'Australie produit certains des meilleurs vins du monde. Parmi les vignobles le plus célèbres, on peut citer : Penfolds, Rosemount Estate, Wynns Coonawarra Estate et Lindemans. Les régions des vallées Hunter et Barossa sont connues pour leurs vignobles[129]. De nombreux hectares de vignes occupent ces régions où, les années impaires, se tiennent des fêtes du vin qui attirent de nombreux visiteurs qui viennent profiter des défilés, concerts et repas.

La vallée Hunter produit du vin depuis 150 ans. Les vignobles renommés incluent ceux de Rothbury, de Tyrrells et de McGuigans. On les connaît pour leur Sémillon mais ils produisent de bons Chiraz, Chardonnay et Verdelho[130]. On connait la vallée Barossa pour son Chiraz parmi les plus anciens au monde, son Cabernet sauvignon et son Grenache. Les vins blancs incluent les Rieslings de la Vallée Éden, les Sémillons et les Chardonnays[131].

Les bières des marques locales célèbres sont toujours populaires en Australie. La brasserie la plus ancienne est celle de la Cascade à Hobart en Tasmanie (ouverte en 1824); cependant, de la bière avait déjà été produite à Sydney à partir de 1806 par James Squire[132],[133]. Depuis les années 1970, un certain nombre de bières australiennes, comme la Fosters Lager, ont acquis une renommée internationale[134].

Le commerce de rhum a été une composante importante de l'économie coloniale très tôt en Nouvelle-Galles du Sud. Le commerce du rhum a même mené au seul coup d'État de l'histoire de l'Australie : la rébellion du rhum qui a renversé le gouverneur William Bligh en 1808[135].

Le Billy Tea est une tradition célébrée en Australie. Le thé de Billy est infusé au-dessus d'un feu de camp et parfumé de feuilles d'eucalyptus. La chanson folklorique Waltzing Matilda raconte l'histoire d'un vagabond errant qui s'assied, son billy bouillant avec lui à côté d'un billabong (étang de fleuve).

  Sport

  Ladies' Toboggan Race, Kiandra, 1900
  Don Bradman, le cricketeur le plus célèbre d'Australie, et Stan Mcabe.
Article détaillé : Sport en Australie.

Le sport en Australie est une activité populaire et répandue. Avec une population de seulement 20 millions de personnes, l'Australie a fini quatrième parmi les nations aux Jeux olympiques de 2000 et de 2004 (éclipsés seulement par les superpuissances : les États-Unis, Russie et Chine). Le nombre de participants et de spectateurs est plus élevé que dans les autres pays par rapport au nombre d'habitants. On en a eu la preuve lors des Jeux olympiques et des Jeux du Commonwealth, mais aussi lors d'autres évènements sportifs internationaux, particulièrement les sports d'eau et collectifs. Le climat et l'économie australienne permettent en effet aux Australiens d'avoir des conditions idéales pour participer à de nombreux sports, mais aussi pour aller les voir.

Par tradition, le cricket, l’"Australian Rules Football" (football australien) et le rugby à XIII sont les sports d'équipes les plus populaires. On peut citer à un rang inférieur aussi le rugby à XV, le football, le netball et le hockey qui sont eux aussi appréciés. L'Équipe d'Australie de rugby à XV, l'équipe d'Australie de rugby à XIII, l'équipe d'Australie de cricket et des équipes nationales de netball et hockey sont régulièrement championnes du monde. Parmi les principales manifestations sportives, on peut citer : The Ashes, série de test-matchs de cricket contre l'Angleterre; la Bledisloe Cup, série matchs de rugby à XV contre la Nouvelle-Zélande ; The State of Origin, matchs de rugby à XIII entre la Nouvelle-Galles du Sud et le Queensland, la grande finale de la Ligue de Rugby à XIII et la grande finale de la Ligue de Football australien (AFL) à Melbourne.

L'équipe d'Australie de football a été qualifiée pour les coupes du monde de 1974, 2006 et 2010. Parmi les grands joueurs on peut citer : Mark Bosnich, Tim Cahill, Harry Kewell, Mark Schwarzer et Mark Viduka.

À travers le pays, on trouve une grande variété d'autres sports comme le cyclisme, le basket-ball, le golf et le tennis. Un des quatre Grands Chelems de tennis est joué en Australie, l'Open d'Australie, qui se déroule à Melbourne. Également, on peut citer le Tour Down Under, qui fait partie de l'UCI World Tour.

Les sports d'eau et des plages sont vraiment populaires - surtout la natation, le surf et le Sauvetage sportif - (l'Australie, le pays d'origine de ce sport, organise un championnat national aussi important que ceux de football en Europe)[136]. En 1983, les Américains perdent la régate de la coupe de l'America pour la première fois, au profit du bateau australien Australia II barré par John Bertrand[137]. Sydney-Hobart est une course à la voile partant de Sydney chaque 26 décembre et se terminant à Hobart, pour une distance de 1.167,39 kilomètres.

La pratique des sports de neige est possible en Australie dans les Alpes australiennes et une partie de la Tasmanie. Les Australiens ont commencé à pratiquer le ski alpin à partir du XIXe siècle, le point de départ étant probablement Kiandra, dans les Snowy Mountains en 1861. Parmi les skieurs les plus connus, on peut citer Malcolm Milne, Zali Steggall, Alisa Camplin et Dale Begg-Smith. Les stations de ski les plus appréciées sont celles de Thredbo, Perisher et Charlotte Pass en Nouvelle-Galles du Sud et de Mont Hotham, Falls Creek et Mont Buller au Victoria. Les vastes plateaux et les sommets permettent, en hiver, la pratique du ski de fond dans les régions du Kosciusko Backcountry, Jagungal Wilderness et du Plateau Bogong ainsi que dans les Parcs nationaux de Tasmanie et les monts Brindabella du Territoire de la capitale australienne.

Les courses de chevaux sont populaires et l'intérêt du public pour les courses hippiques a connu une augmentation majeure ces dernières années avec plus de 100 000 personnes présentes aux courses de la Melbourne Cup.

L'Australie a accueilli deux éditions des Jeux olympiques : ceux de 1956 à Melbourne et ceux de 2000 à Sydney. L'Australie est un des trois uniques pays à avoir envoyé des athlètes à toutes les olympiades d'été. Le meilleur sportif australien en nombre de médailles olympiques gagnées est Ian Thorpe avec 9 médailles dont 5 d'or. Les sportifs ayant obtenu 4 médailles d'or olympiques sont : Betty Cuthbert, Murray Rose, Dawn Fraser et Shane Gould.

Les Jeux du Commonwealth sont une compétition multisports où se rencontrent les meilleurs sportifs des nations membres du Commonwealth. Le programme des épreuves est comparable à celui des Jeux olympiques d'été, mais comprend également certains sports plus spécifiques au Commonwealth comme le rugby à sept, le boulingrin (jeu) ou le netball. Depuis 1930, l'Australie a été la plus haute équipe de marquage aux dix éditions des jeux, et a accueilli quatre éditions des Jeux[138].

Parmi les autres grands Australiens du sport, on peut citer : Sir Donald Bradman (cricket); Darren Lockyer (rugby à XIII); Cathy Freeman (400 m); Greg Norman (golf); David Campese (rugby à XIII puis à XV, avec 101 capes en équipe nationale et 64 essais en matchs internationaux) et Rod Laver (le seul joueur à avoir réalisé à deux reprises le grand chelem au tennis).

  Calendrier culturel

  Noël sous le soleil à Sydney.
  Régiment royal de Victoria en marche traditionnelle d'ANZAC Day à Melbourne.

  Statistiques diverses

  Canberra, la capitale d'Australie.

Frontières terrestres : 0 km
Littoral : 25 760 km
Extrémités d’altitude : - 1 555 m < + 2 229 m
Espérance de vie des hommes : 77,8 ans (de 2001 à 2003)
Espérance de vie des femmes : 82,8 ans (de 2001 à 2003)
Taux de croissance de la population : 1,2 % (en 2004)
Taux de natalité : 12,7 ‰ (en 2004)
Taux de mortalité : 6,1 ‰ (en 2004)
Taux de mortalité infantile : 4,8 ‰ (en 2003)
Taux de migration : 4,19 ‰ (en 2001)
Taux de fécondité : 1,8 enfant/femme (en 2003)
Lignes de téléphone : 9,58 millions (en 1998)
Téléphones portables : 6,4 millions (en 1998)
Postes de radio : 25,5 millions (en 1997)
Postes de télévision : 10,15 millions (en 1997)
Utilisateurs d’Internet : 7,771 millions (en 2000)
Nombre de fournisseurs d’accès Internet : 264 (en 2000)
Routes : 913 000 km (dont 353 331 km goudronnés) (en 1996)
Voies ferrées : 33 819 km (en 1999)
Voies navigables : 8 368 km
Nombre d’aéroports : 411 (dont 271 avec des pistes goudronnées) (en 2000)
Nombre de fuseaux horaires : 3, partagés entre :
• L'Australie occidentale
• Le Territoire du Nord ; l'Australie Méridionale
• Le Queensland ; la Nouvelle Galles du Sud ; le T.C.A. ; la Victoria ; la Tasmanie

  Classements mondiaux

  Codes

L'Australie a pour codes :

  Notes

  1. Les Australiens considèrent que les eaux qui bordent le Sud de l'Australie, entre le cap Leeuwin et la mer de Tasman appartiennent à l'océan Antarctique. Cette définition n'est pas acceptée au plan international par l'Organisation hydrographique internationale.
  2. L'anglais n'a pas de statut légal en tant que langue officielle en Australie. Toutefois, étant la langue de l'administration et de la législation, elle a acquis ce statut de facto.

  Sources

  Références

  1. (en)http://www.abs.gov.au/ausstats/abs@.nsf/94713ad445ff1425ca25682000192af2/1647509ef7e25faaca2568a900154b63?OpenDocument
  2. [PDF] Rapport sur le développement humaine 2010 des Nations Unies. Tableau 1 p. 167
  3. (en) Both Australian Aborigines and Europeans Rooted in Africa - 50,000 years ago
  4. (en) MacKnight, CC (1976).The Voyage to Marege: Macassan Trepangers in Northern Australia. Melbourne University Press
  5. (en) Arthur Phillip, « The Voyage of Governor Phillip to Botany Bay », Project Gutenberg, 1789
  6. (en) B. H. Fletcher, « Phillip, Arthur (1738 - 1814) », Australian Dictionary of Biography, Melbourne University Press, 1967
  7. (en) Estimation de population, Australian Bureau of Statistics.
  8. http://www.statistiques-mondiales.com/australie.htm
  9. Purchas, vol. iv, p. 1422–32, 1625.
  10. La Terre australe connue : 1676 / Gabriel de Foigny ; éd. établie, présentée et annotée par Pierre Ronzeaud. - Paris : Sté des textes français modernes, 1990. - XCVIII-242 p. ; 18 cm. ISBN 2-86503-191-8
  11. the vast island, or rather continent, of Australia, Australasia or New Holland
  12. (en) Weekend Australian, 30–31 December 2000, p. 16
  13. http://us.sydney.com/Mungo_National_Park_p629.aspx
  14. Geoffrey Blainey; A Very Short History of the World; Penguin Books; 2004; ISBN 978-0-14-300559-9
  15. a, b et c http://www.dfat.gov.au/facts/Indigenous_peoples.html
  16. The First Australians: they Have Come to Stay par SBS TV, 2008.
  17. a et b Flannery, Tim; The Explorers; Text Publishing; Melbourne; 1998
  18. Le Journal de James Cook, 23 août 1770
  19. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/A020292b.htm?hilite=arthur%3Bphillip
  20. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/A010083b.htm?hilite=bennelong
  21. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/A010162b.htm?hilite=bungaree
  22. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/AS10389b.htm?hilite=pemulwuy
  23. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/A020133b.htm
  24. http://adbonline.anu.edu.au/biogs/A020162b.htm
  25. http://www.parliament.nsw.gov.au/prod/web/common.nsf/key/AboutUsHome
  26. (en) Convict Records Public Record office of Victoria; State Records Office of Western Australia
  27. (en) Australian Bureau of Statistics 1998 Special Article - The State of New South Wales
  28. (en) Smith, L. (1980), The Aboriginal Population of Australia, Australian National University Press, Canberra
  29. (en) Smallpox Through History
  30. Geoffrey Blainey; A Very Short History of the World; Penguin Books; 2004; ISBN 978-0-14-300559-9: "In a thousand isolated places there were occasional shootings and spearings. Even worse, smallpox, measles, influenza and other new diseases swept from one Aboriginal camp to another... The main conqueror of Aborigines was to be disease and it ally, demoralisation".
  31. (en) Colin Tatz, « Genocide in Australia », AIATSIS Research Discussion Papers No 8, Australian Institute of Aboriginal and Torres Strait Islander Studies, 1999. Consulté le 19 09 2007
  32. (en) Windschuttle, K. (2001). The Fabrication of Aboriginal History, The New Criterion Vol. 20, No. 1, 20 septembre.
  33. http://www.thinkingfaith.org/articles/20080221_1.htm
  34. Tim Flannery; The Explorers; Text Publishing 1998
  35. (en) Aboriginal Stockmen of the Northern Territory sur Oz outback. Consulté le 10 mars 2010
  36. (en) Contradictions cloud the apology to the Stolen Generations sur The australian. Consulté le 10 mars 2010
  37. http://www.ballarat.com/eurekastockade.htm
  38. a et b http://www.aec.gov.au/Voting/indigenous_vote/indigenous.htm
  39. (en) (en) The Australian Encyclopædia, 5e éd., vol. 2, Australian Geographic, 1988, p. 582–587 
  40. a et b (en) [PDF] BUSHRANGERS OF AUSTRALIA, National Museum of Australia. Consulté le 2007-04-16
  41. (en) Premier film à avoir été restauré par la National Film and Sound Archive. Consulté le 24 10 2006
  42. http://www.adb.online.anu.edu.au/biogs/A010479b.htm
  43. http://www.britannica.com/EBchecked/topic/44079/Australian-rules-football
  44. http://www.waverley.nsw.gov.au/library/localstudies/historical/federation/historical.htm
  45. Histoire du Monde → Dardanelles : La grande pagaille
  46. Encyclopedia | Australian War Memorial
  47. http://www.adb.online.anu.edu.au/biogs/A100533b.htm
  48. Roland Perry, Monash: The Outsider who Won A War, Random House, 2004, ISBN 1-74051-364-9.
  49. David Lowe, Australia in the World, in Joan Beaumont (ed.), Australia's War, 1914-18, Allen & Unwin, 1995, p. 132.
  50. http://www.qantas.com.au/infodetail/about/FactFiles.pdf
  51. http://www.flyingdoctor.org.au/About-Us/Our-History/The-John-Flynn-Story
  52. http://www.adb.online.anu.edu.au/biogs/A090602b.htm.htm
  53. http://www.adb.online.anu.edu.au/biogs/A090666b.htm
  54. http://www.awm.gov.au/exhibitions/stolenyears/ww2/japan/index.asp
  55. http://www.awm.gov.au/encyclopedia/tobruk/581.asp
  56. (en)http://www.smh.com.au/articles/2002/08/02/1028157846989.html
  57. http://www.ww2australia.gov.au/waratsea/kamikaze.html
  58. (en) 'Surrender', Australia's War 1939—1945. Consulté le 23 02 2008
  59. (en) ABC Fora; l'histoire des droits de l'homme par Geoffrey Robertson
  60. http://www.abc.net.au/news/stories/2010/04/30/2886680.htm?site=thedrum
  61. a et b http://www.woomera.com.au/history.htm
  62. a et b http://www.csiro.au/science/Apollo-11-and-Parkes-telescope.html
  63. (fr)http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1992_num_80_2_3673
  64. The Snowy Mountains Scheme
  65. http://www.cultureandrecreation.gov.au/articles/indigenous/art/index.htm
  66. (en) Frequently Asked Questions, Bureau of Meteorology, 2006. Consulté le 2006-03-24
  67. (en) EMA Disasters Database - Tropical Cyclone Tracey, Emergency Management Australia, 29 mai 2005. Consulté le 2006-07-07
  68. (en)« Mr. Whitlam on the spot. », dans The Age, 28 décembre 1974, p. 9, 3 – 5 
  69. (en) « John Howard Interview - 1996 », Four corner, ABC
  70. http://www.abc.net.au/referendum99/
  71. Christophe Magdelaine, « Le sud-est de l'Australie est ravagé par les incendies les plus meurtriers de son histoire », Notre-planete.info, 12-02-2009. Consulté le 6 janvier 2010
  72. a et b Australie: la police enquête sur de nouveaux départs de feu, Le Monde, 11-02-2009. Consulté le 11 février 2009
  73. http://www.theodora.com/wfbcurrent/australia/australia_economy.html
  74. (fr)http://mobile.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/06/24/julia-gillard-devient-premier-ministre-d-australie_1377866_3216.html
  75. Australie : Julia Gillard obtient la majorité au Parlement, Le Monde, 7 septembre 2010. Consulté le 7 septembre 2010.
  76. Australia's Size Compared, Geoscience Australia. Consulté le 2007-05-19
  77. State of the Environment 2006, Department of the Environment and Water Resources. Consulté le 19 05 2007
  78. UNEP World Conservation Monitoring Centre, « Protected Areas and World Heritage - Great Barrier Reef World Heritage Area », Department of the Environment and Heritage, 1980. Consulté le 2007-05-19
  79. Mount Augustus, The Sydney Morning Herald. Consulté le 19 05 2007
  80. No more drought: it's a "permanent dry"; Australia's epic drought: The situation is grim.
  81. About Biodiversity, Department of the Environment and Heritage. Consulté le 2007-09-18
  82. a et b Jean Demangeot, Les Milieux « naturels » du globe, Paris, Armand Colin, 10e édition, 2002, p.105
  83. Pascale Joubert, Étude des mécanismes de maturation de la polyprotéine du virus de la maladie hémorragique du lapin (RHDV), université de Tours, 2000. Lire le paragraphe sur le RHDV sur le site de l'INRA Tours
  84. Feux de forêts en Australie: 35 morts (nouveau bilan), Le Monde, 08-02-2009. Consulté le 8 février 2009
  85. Marie-Morgane Le Moël, « L'Australie accablée par des incendies meurtriers », Le Monde, 09-02-2009. Consulté le 10 février 2009
  86. (en)[PDF] Australia Act
  87. What happens if I do not vote?, Voting Australia - Frequently Asked Questions, Australian Electoral Commission. Consulté le 08 01 2008
  88. Australian Government. (2005). Budget 2005–2006
  89. Nation Master
  90. Commonwealth of Australia Constitution Act
  91. Australian Department of Defence (2006).Portfolio Budget Statements 2006–07. Page 19.
  92. http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichepage.php?idLang=fr&idPage=7947
  93. Department of Foreign Affairs and Trade (2003). Advancing the National Interest, Appendix 1
  94. Australian Bureau of Statistics. Year Book Australia 2005
  95. Macfarlane, I. J. (1998). Australian Monetary Policy in the Last Quarter of the Twentieth Century. Reserve Bank of Australia Bulletin, octobre
  96. Parham, D. (2002). Microeconomic reforms and the revival in Australia’s growth in productivity and living standards. Conference of Economists, Adelaide, 1er octobre
  97. Australian Bureau of Statistics. Labour Force Australia. Cat#6202.0
  98. Colebach, T. We're on a long and slippery slide to disaster, 2 mars 2005, The Age
  99. 1301.0 - Year Book Australia, 2008
  100. Estimation 2010 de l'Australian Bureau of Statistics
  101. (en) 3218.0 - Regional Population Growth, Australia, 2010, Australian Bureau of Statistics, 2008-03-31. Consulté le 2008-06-06
  102. http://www.abs.gov.au/ausstats/abs@.nsf/46d1bc47ac9d0c7bca256c470025ff87/bfdda1ca506d6cfaca2570de0014496e!OpenDocument
  103. http://www.ausitaleem.com.pk/australian-education-system.shtml
  104. http://www.timeshighereducation.co.uk/hybrid.asp?typeCode=243&pubCode=1
  105. http://www.ausitaleem.com.pk/australian-universities.shtml
  106. http://www.ausitaleem.com.pk/understanding-tafe.shtml
  107. http://www.cultureandrecreation.gov.au/articles/charlesdarwin/
  108. http://australianmuseum.net.au/
  109. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1992_num_80_2_3673
  110. Rural Press, Fairfax officially merged, The Age, 9 mai 2007.
  111. http://www.imdb.com/Sections/Awards/Logie_Awards/
  112. http://www.aph.gov.au/senate/pubs/occa_lect/flyers/171097.htm
  113. http://news.bbc.co.uk/2/hi/special_report/1999/02/99/e-cyclopedia/418548.stm
  114. http://www.guardian.co.uk/world/2004/jun/19/australia.bookextracts
  115. http://www.nma.gov.au/kidz/aussie_english_for_the_beginner/
  116. http://www.environment.gov.au/parks/kakadu/
  117. http://www.environment.gov.au/parks/uluru/index.html
  118. http://www.auinfo.com/Ku_Ring_Gai_National_park_Sydney.html
  119. (en) Australian painters sur Australian gov.. Consulté le 16 février 2010
  120. http://www.theage.com.au/news/world/rolf-makes-the-queen-look-a-picture/2005/12/19/1134840800380.html
  121. Robert Hughes; The Art of Australia; Penguin; Revised Edition 1970
  122. http://www.leunig.com.au/
  123. (fr)http://whc.unesco.org/en/list/1306
  124. http://www.jamberooabbey.org.au/html/home.htm
  125. http://www.nantien.org.au/
  126. http://www.nationaltrust.org.au/
  127. The First Australians: No Other Law par SBS TV, 2008.
  128. http://www.salvationarmy.org.au/SALV/STANDARD/PC_60860.html
  129. http://www.winecountry.com.au/
  130. http://www.winecountry.com.au/Content/?ids=Hunter%20Valley%20Wines
  131. http://www.barossa.com/
  132. http://www.malt-shovel.com.au/#/story/
  133. http://www.cascadebrewery.com.au/history.html
  134. http://www.fosters.com.au/aboutus.htm
  135. http://www.historyaustralia.org.au/ifhaa/history/rumreb.htm
  136. http://www.royallifesaving.com.au/
  137. http://www.americascup.com/fr/
  138. http://www.thecgf.com/games/story.asp
  139. http://www.bigdayout.com/
  140. http://www.sydneyfestival.org.au/
  141. http://www.thearchibaldprize.com.au/
  142. http://www.tamworthcountrymusic.com.au/
  143. http://www.tropfest.com/
  144. http://www.comedyfestival.com.au/
  145. http://www.eastershow.com.au/essential/background.html
  146. http://www.biennaleofsydney.com.au/aboutus.htm
  147. http://www.stateoforigin.com/
  148. http://cricket.com.au/default.aspx?s=mens2009-10homefixture
  149. http://www.melbournecup.com/melbourne-cup-carnival/melbourne-cup-history.asp

  Bibliographie

  Bibliographie francophone

  • Fabrice Argounes, Géopolitique de l'Australie, Complexe, 2006 
  • Xavier Pons, Les Mots de l'Australie, PUM, 2006 
  • Georges-Goulven Le Cam, L'Australie et la Nouvelle-Zélande, PUR, 1998 
  • Martine Piquet, Australie plurielle, L'Harmattan, 2004 
  • Vanessa Castejon, Les Aborigènes et l’apartheid politique australien, L'Harmattan, 2005 

  Bibliographie anglophone

  • Donald Denoon, A History of Australia, New Zealand, and the Pacific, Oxford, Blackwell, 2000 (ISBN 0-631-17962-3) 
  • Robert Hughes, The Fatal Shore: The Epic of Australia's Founding, Knopf, 1986 (ISBN 0-394-50668-5) 
  • Stuart Macintyre, A Concise History of Australia, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 (ISBN 0-521-62359-6) 
  • J. M. Powell, An Historical Geography of Modern Australia: The Restive Fringe, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 (ISBN 0-521-25619-4) 
  • Tim Flannery, The Explorers, Melbourne, Text Publishing, 1998 

  Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

All translations of Australie


sensagent's content

  • definitions
  • synonyms
  • antonyms
  • encyclopedia

  • définition
  • synonyme

Dictionary and translator for handheld

⇨ New : sensagent is now available on your handheld

   Advertising ▼

sensagent's office

Shortkey or widget. Free.

Windows Shortkey: sensagent. Free.

Vista Widget : sensagent. Free.

Webmaster Solution

Alexandria

A windows (pop-into) of information (full-content of Sensagent) triggered by double-clicking any word on your webpage. Give contextual explanation and translation from your sites !

Try here  or   get the code

SensagentBox

With a SensagentBox, visitors to your site can access reliable information on over 5 million pages provided by Sensagent.com. Choose the design that fits your site.

Business solution

Improve your site content

Add new content to your site from Sensagent by XML.

Crawl products or adds

Get XML access to reach the best products.

Index images and define metadata

Get XML access to fix the meaning of your metadata.


Please, email us to describe your idea.

WordGame

The English word games are:
○   Anagrams
○   Wildcard, crossword
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris is a curious tetris-clone game where all the bricks have the same square shape but different content. Each square carries a letter. To make squares disappear and save space for other squares you have to assemble English words (left, right, up, down) from the falling squares.

boggle

Boggle gives you 3 minutes to find as many words (3 letters or more) as you can in a grid of 16 letters. You can also try the grid of 16 letters. Letters must be adjacent and longer words score better. See if you can get into the grid Hall of Fame !

English dictionary
Main references

Most English definitions are provided by WordNet .
English thesaurus is mainly derived from The Integral Dictionary (TID).
English Encyclopedia is licensed by Wikipedia (GNU).

Copyrights

The wordgames anagrams, crossword, Lettris and Boggle are provided by Memodata.
The web service Alexandria is granted from Memodata for the Ebay search.
The SensagentBox are offered by sensAgent.

Translation

Change the target language to find translations.
Tips: browse the semantic fields (see From ideas to words) in two languages to learn more.

last searches on the dictionary :

2160 online visitors

computed in 0.109s

I would like to report:
section :
a spelling or a grammatical mistake
an offensive content(racist, pornographic, injurious, etc.)
a copyright violation
an error
a missing statement
other
please precise:

Advertize

Partnership

Company informations

My account

login

registration

   Advertising ▼