» 
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese

definitions - Jacques_Anquetil

Jacques Anquetil (n.)

1.Mont-Saint-Aignan 1934 Rouen 1987 coureur cycliste français. Il remporta cinq fois le Tour de France.

   Advertizing ▼

definition (more)

definition of Wikipedia

analogical dictionary

 

sport.[ClasseParExt.]

coureur cycliste.[ClasseParExt.]

Jacques Anquetil (n. pr.)


   Advertizing ▼

Wikipedia

Jacques Anquetil

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anquetil.
Jacques Anquetil Icône cycliste
Jacques Anquetil 1963.jpg
Jacques Anquetil en 1963
Informations
Nom Anquetil
Prénom Jacques
Surnom Maître Jacques
Date de naissance 8 janvier 1934
Date de décès 18 novembre 1987 (à 53 ans)
Pays Drapeau de France France
Spécialité Courses à étapes
Rouleur
Équipe amateur
1950-1952 AC Sottevillais
Équipe pro
1953
1954-1955
1956
1957-1958
1959-1961
1962-1964
1965-1966
1967-1969
La Française
La Perle - Hutchinson
Bianchi
Helyett - Potin
Helyett - Fynsec
Saint-Raphael
Ford France
Bic
Principales victoires
3 championnats

Maillot tricolore Champion de France de poursuite 1955, 1956 et 1957
8 Grands Tours
Jersey yellow.svg Tour de France 1957, 1961, 1962, 1963 et 1964
Jersey pink.svg Tour d'Italie 1960 et 1964
Jersey yellow.svg Tour d'Espagne 1963
23 victoires d'étapes dans les grands tours
Tour de France (16 étapes)
Tour d'Italie (6 étapes)
Tour d'Espagne (1 étape)
12 classiques
Liège-Bastogne-Liège 1966
Gand-Wevelgem 1964
Bordeaux-Paris 1965
Grand Prix des Nations 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1961, 1965 et 1966
13 courses par étapes
Paris-Nice 1957, 1961, 1963, 1965 et 1966
Critérium du Dauphiné libéré 1963 et 1965
Quatre jours de Dunkerque 1958 et 1959
Critérium national 1961, 1963, 1965 et 1967

Jacques Anquetil est un coureur cycliste français, né à Mont-Saint-Aignan (Seine-Inférieure, aujourd'hui Seine-Maritime) le 8 janvier 1934 et mort d'un cancer de l'estomac le 18 novembre 1987 à La Neuville-Chant-d'Oisel (Seine-Maritime). Surnommé « Maître Jacques », il est notamment le premier quintuple vainqueur du Tour de France, et l'auteur du doublé Dauphiné libéré-Bordeaux-Paris en 1965. Il a également remporté cinq Paris-Nice et construit ses nombreux succès dans les courses par étapes, grâce à ses qualités de rouleur lors des contre-la-montre et à ses tactiques de courses. Il détient seul le record de podiums dans les trois grands Tours : 13.

Sommaire

  Les débuts

Anquetil vit son enfance à Mont-Saint-Aignan, sur les hauteurs de Rouen, en Normandie. Il y vit avec ses parents, Ernest (maître-maçon) et Marie, et son frère Philippe. Puis la famille s'installe à Bois-Guillaume dans une maison de deux étages, « l'une de ces maisons aux poutres apparentes que les touristes trouvent jolies et ceux qui les habitent inconfortables ».

En 1941, son père refuse de participer pour l'occupant aux ouvrages de défense du mur de l'Atlantique. La famille choisit alors de se rendre au hameau de Bourguet, près de Quincampoix. Puisque son père n'a plus de travail, Anquetil fait comme ses sœurs et beau-frère restés à Bois-Guillaume : il se reconvertit dans la culture des fraises. Il reçoit son premier vélo - un Alcyon - à l'âge de quatre ans et, deux fois par jour, il parcourt un kilomètre et demi pour se rendre au village et revenir.

Il apprend le métier d’ajusteur-fraiseur au collège technique de Sotteville-lès-Rouen, où il joue de nombreuses parties de billard avec Maurice Dieulois. Son ami rejoint le club de cyclisme de Sotteville. Anquetil y accompagne son ami, assiste aux épreuves, au besoin le félicite. Dieulois devient un garçon dont la renommée locale séduit les filles. Jacques, d'abord peu intéressé par le sport, est peu à peu fasciné par son ami, qui découpe les premiers articles que lui consacrent les journaux locaux et collecte ses primes de victoire[1].

Poussé par son ami, il signe le 2 décembre 1950 sa première licence amateur à l'AC Sottevillais. Il passe un test concluant avec André Boucher, qui s'occupe des jeunes d'un club où l'on retrouve parmi les dirigeants le père de Dieulois. Après un CAP d’ajusteur-fraiseur, il pense se destiner à seconder son père, horticulteur spécialisé dans la culture des fraises. Finalement, il décide de se consacrer exclusivement au vélo et démissionne de son travail de tourneur.

Il participe au Grand Prix de Gai-Sport, sa première course officielle, le 8 avril 1951. C'est son coéquipier et ami Maurice Dieulois qui s'impose. Après une quatrième puis une troisième place lors des deux courses suivantes, il remporte le prix Maurice-Latour le 3 mai 1951 à Rouen (1re victoire). Par la suite, il gagne à deux reprises, chaque fois en solitaire. Il vise le Maillot des Jeunes de Paris Normandie, qui récompense le meilleur débutant de la région. La finale du trophée se court à Pont-Audemer. Il s'agit d'un contre-la-montre de 85,6 kilomètres, qui regroupe les 14 premiers du classement provisoire. Anquetil part dernier et Dieulois avant-dernier, puisqu'ils occupent les deux premières places après les courses en ligne. Très vite, Anquetil, parti quatre minutes après Dieulois, a son ami en point de mire :
« Je ruinais peut-être à cet instant-là tous ses espoirs. Je ne veux pas paraître plus sentimental que je ne le suis, mais je le dis parce que c'est vrai, j'ai ralenti pendant une dizaine de kilomètres pour ne pas le dépasser trop vite. Enfin comme le temps passait, j'ai dû me décider à le doubler. Je le fis comme une flèche, sans un regard, pour abréger la chose »[2].

Il enfile donc le Maillot des Jeunes 1951[3] et remporte dans la foulée le titre de Champions Normandie des sociétés, avec Dieulois, Le Ber, Levasseur et Quinet[2],[4].

Il signe à cette époque 16 victoires chez les amateurs, dont le Prix de France en 1952 ainsi que le Tour de la Manche et le Championnat de France amateur sur route la même année.

  Sa carrière professionnelle

En 1953, Jacques Anquetil passe professionnel dans l'équipe « La Perle » de Francis Pélissier. Il y remporte la même année sa première course importante, le Grand Prix des Nations, en approchant de 30 secondes le record de l'épreuve, détenu par le Suisse Hugo Koblet. Jusqu'au crépuscule de sa carrière chez Bic en 1969, il totalise 184 victoires, excellant aussi bien dans les courses par étapes, les contre-la-montre ou sur la piste. Seules les courses d'un jour lui sont moins favorables, malgré quelques exploits. Anquetil estimant que les classiques, et en particulier Paris-Roubaix où il crève à 12 km du but en 1958, ne sont que de la loterie.

Durant 16 ans au plus haut niveau, il est l'adversaire des plus grands champions, de Fausto Coppi à Eddy Merckx en passant par Louison Bobet, Raymond Poulidor ou Felice Gimondi. Malgré l'hostilité d'une partie du public français lassé de sa domination, ses supporters sont très nombreux. Il se fait entendre notamment lors des rencontres avec Poulidor : la tension est telle qu'il en sort une véritable doctrine : l'Anquetilisme par opposition au poulidorisme (plus humble, plus proche du peuple). Outre le duel du Puy de Dôme lors du Tour de France 1964, le sommet de leur rivalité est atteint à Paris-Nice en 1966 lors de la dernière étape : Poulidor, maillot blanc de leader, est littéralement harcelé par les lieutenants d'Anquetil dans l'arrière-pays niçois. Jean-Claude Wuillemin « poussant » même Barry Hoban, coéquipier du Limousin, dans le fossé. Maître Jacques finalement gagne la course, après avoir lâché Poulidor dans la dernière côte. Il faudra attendre la fin de carrière d'Anquetil, pour que les deux hommes se réconcilient, et deviennent par la suite amis.

Parmi ses plus grands succès, on peut citer 5 Tours de France : en 1957 pour sa première participation à 23 ans, puis de 1961 à 1964 sans discontinuer. Il gagne au total 16 étapes, porte le maillot jaune 51 jours et obtient aussi une 3e place en 1959 derrière Federico Bahamontès et devant Roger Rivière. Il fait ses adieux au Tour en 1966 sur un abandon, lors de la 19e étape entre Chamonix et Saint-Etienne. Par ailleurs, il triomphe dans les deux autres Grands Tours : en 1960 et 1964 sur le Tour d'Italie, et en 1963 sur le Tour d'Espagne. Il gagne aussi neuf Grands Prix des Nations, un record qui ne sera plus jamais battu du fait de l'annulation de la course en 2005, 5 Paris-Nice (1957, 1961, 1963, 1965-66), 4 Critérium National (1961, 63, 65, 67), 2 Dauphiné Libéré (1963-1965), Gand-Wevelgem, sa première classique belge en 1964, Bordeaux-Paris en 1965, réussissant ainsi le doublé quelques heures après sa victoire dans le Dauphiné, Liège-Bastogne-Liège en solitaire en 1966 (5 minutes d'avance) et le Tour de Catalogne en 1968. Néanmoins, il ne parvient pas à conquérir le titre de champion du monde sur route, battu au sprint par Rudi Altig en 1966 sur la piste du Nurburgring en Allemagne. Le titre de champion de France professionnel manque également à son palmarès.

Sur la piste, il détient deux records de l'heure : en 1956 au Vigorelli de Milan, il fait tomber avec 46,159 km/h, le vieux record de Fausto Coppi datant de 1942 ; en 1967, il bat celui de Roger Rivière avec 47,493 km/h. Mais ce record n'est pas homologué, car Jacques Anquetil refuse de satisfaire au contrôle antidopage. Enfin, il est également vice-champion du monde de poursuite en 1956.

Fait chevalier de la Légion d'honneur des mains du Général de Gaulle en 1966, il tire sa révérence en Belgique, sur le vélodrome d'Anvers, le 27 décembre 1969.

  Ses exploits

En 1961, Anquetil annonce son défi de porter le maillot jaune de la première à la dernière étape. Exploit qu'il réalise, s'attirant d'ailleurs les foudres du directeur de la course qui lui reproche vivement de « tuer le Tour », mais attise également la colère des spectateurs qui l'accueillent à l'arrivée de la dernière étape au Parc des Princes par des sifflets. Évènement dont il tirera une certaine ironie, puisque quelques années plus tard, il baptisera son bateau « Sifflets ».

Dans le Tour de France 1963, lors de la 17e étape alpestre Val d'Isère-Chamonix, Jacques Anquetil change de monture (jugée trop lourde) avant d'aborder les difficiles pentes de la Forclaz. Le règlement interdit pourtant de changer de vélo, sauf en cas d'incident mécanique. Son directeur sportif Raphaël Géminiani, accourt à ses côtés et feint de constater le problème que rencontre son coureur. En fait, il en profite pour sectionner le câble du dérailleur et trompe ainsi la vigilance du commissaire de course. Anquetil repart avec un vélo plus léger dans le col, suit Bahamontès mais surtout lâche Poulidor. Dans la descente pour aller plus vite, Maître Jacques reprend sa première monture qui entre temps a été réparée, et bat l'Espagnol au sprint à Chamonix. Anquetil remporte sa première grande étape de montagne dans le Tour, mais surtout, fait un grand pas vers une 4e victoire sur la Grande Boucle.

En 1964, la France est coupée en deux dans le Tour de France, entre pro-Anquetil et pro-Poulidor. Les deux hommes se livrent un duel homérique sur les pentes du Puy de Dôme. Anquetil est lâché par Poulidor mais, pour 14 secondes, conserve son maillot jaune. Anquetil gagne à Paris son 5e et dernier Tour de France avec 55 secondes d'avance sur Poulidor.

En 1965, sur une idée de Raphaël Géminiani, il remporte à la fois le critérium du Dauphiné libéré, course de montagne par étapes, et Bordeaux-Paris. L'exploit réside dans le fait que les deux courses ne sont séparées que de 7 heures, la première finissant à 17 heures et la deuxième partant à minuit. À son arrivée au Parc des Princes, il reçoit une telle ovation de la part du public, que certains l'ont vu verser quelques larmes.

La même année, alors que le fossé se creuse entre les deux champions, Raymond Poulidor accepte de mettre ses ambitions de côté et de travailler au succès d'Anquetil au championnat du monde à Lasarte près de Saint-Sébastien. Marcel Bidot, patron de l'équipe de France, accourt auprès du quintuple vainqueur du Tour pour lui annoncer la bonne nouvelle. Anquetil, sans ménagement pour son historique rival répond : « Il est encore plus con que je le pensais ».

En 9 participations au Grand Prix des Nations de 1953 à 1966, il n'est jamais battu. Ses adversaires défaits sont notamment, Hugo Koblet lors de sa deuxième victoire en 1954 (il n'a alors que 20 ans) mais aussi Felice Gimondi et Eddy Merckx respectivement deuxième et troisième de l'édition 1966.

En 1966, au Tour de Sardaigne, il déguste à chaque étape les spécialités locales. Jacques Anquetil remporte néanmoins cette course, après cette tournée gastronomique qui va à l'encontre de la diététique sportive traditionnelle.

En 1967, alors que plus personne ne croit en lui, il se lance un nouveau défi, celui de battre le record de l'heure détenu jusque là par Roger Rivière. Malgré des tentatives décevantes à l'entraînement qui lui valent quelques critiques dans la presse, Jacques Anquetil réussit l'exploit de faire tomber le chrono de son compatriote en portant le record à 47,493 km/h. Sa performance n'est cependant pas homologuée, car il refuse de passer au contrôle anti-dopage. Jacques Anquetil a cette réponse : « je m'en fous que le record ne soit pas homologué, je l'ai battu un point c'est tout ».

Jacques Anquetil est le premier coureur de l'histoire à remporter à 5 reprises le Tour de France. Il est également le premier coureur français à avoir gagné le Tour d'Italie (en 1960) et avoir réalisé le doublé Giro-Tour en 1964.

  Ses différentes équipes

Anquetil porta successivement les couleurs de « La Perle » (1953-1955) (directeur sportif : Francis Pélissier), « Helyett » (1956-1958), « ACBB Leroux » (1959-1960), « Saint-Raphaël » (1961-1964), « Ford-Gitane » (1965-1966), équipe française avec laquelle il remporte la Coupe du Monde Intermarques en 1965 et « Bic » (1967-1969). Son premier entraîneur, dès sa licence à Sotteville, fut André Boucher (dit papa Boucher ) auprès duquel il revenait souvent prendre conseils et forces avant de grandes compétitions, du type « contre-la-montre ».

  L'après carrière

À son retrait de la compétition, il fut correspondant du journal L'Équipe, consultant sur Europe 1 puis sur Antenne 2, directeur de course (Paris-Nice et Tour Méditerranéen), directeur sportif de l'équipe de France (aux Championnats du monde), membre du comité directeur de la FFC, reporter à la télévision et gentleman farmer du « Domaine des Elfes » (deux kilomètres carrés de terres à La Neuville-Chant-d'Oisel à 17 kilomètres de Rouen).

Après avoir raccroché à l'âge de 35 ans, il ne remontera qu'à trois reprises sur un vélo, jugeant avoir « trop dégusté sur cet engin ». Une fois pour participer à une course people à Nice, le Grand Prix des Gentlemen, une seconde fois à l'occasion d'une sortie un après-midi avec des amis en Normandie et la dernière fois à l'occasion d'un anniversaire de sa fille.

Jacques Anquetil a plusieurs fois été soupçonné de dopage. Dans Miroir du cyclisme d'octobre 1992, il indiquait au journaliste Je préfère me faire une piqûre de caféine que de boire trois tasses de café qui, elles, me font mal au foie.... Dans le livre La Face cachée de L'Équipe de David Garcia, le journaliste rapporte que le champion avait dit, Je me dope parce que tout le monde se dope (...). Bien souvent, je me suis fais des piqûres et si, maintenant, on veut m'accuser de me doper, ce n'est pas bien difficile, il suffit de regarder mes fesses et mes cuisses, ce sont de véritables écumoires.

  Vie privée

Il épousa le 2 décembre 1958 Janine, qui avait deux enfants d'un premier mariage : Annie et Alain. Il eut une fille Sophie (1970) avec sa belle-fille Annie. Un autre enfant, Christopher, dont la mère était l'ex-femme de son beau-fils, verra le jour en 1986.

  Palmarès

  Le mémorial à Jacques Anquetil au carrefour des RD36 et RD938 à Châteaufort (Yvelines), en haut de la côte de la Trinité
  • 2e : Championnat du monde de cyclisme sur route : 1966
  • 2e : Championnats du monde de poursuite : 1956
  • 2e : Championnats de France de poursuite professionnel : 1957
  • 2e : Championnats de France omnium professionnel : 1967
  • 2e : Roue d’Or : 1956, 1960, 1962
  • 2e : Gênes-Nice : 1957
  • 2e : Critérium des As : 1954
  • 2e : Tour de l’Hérault : 1967
  • 2e : Ascension du Mont-Faron : 1968
  • 2e : Grand Prix d’Alger : 1960 (contre-la-montre par équipe, avec le champion olympique français de la discipline sur 100 km en 1956, Roger Vermeulen)
  • 3e : Championnats de France sur route professionnel : 1963, 1965
  • 3e : Gand-Wevelgem : 1959
  • 3e : Paris-Nice : 1969 (sa dernière saison professionnelle)
  • 3e : Boucles de la Seine : 1958
  • 3e : Critérium National : 1960
  • 3e : Trophée Longines TTT de Rimini : 1960 (avec Stablinski, Darrigade, Graczyk et Elliott)
  • 8e du classement mondial amateur en 1952
  • 8e : Paris-Roubaix : 1960
  • 12e de l’épreuve olympique individuelle sur route en 1952

  Résultats sur les grands tours

  Tour de France

1957 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur de 4 étapes ; 16 jours avec le maillot jaune
1958 : abandon lors de la 23e étape
1959 : 3e
1961 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur de 2 étapes ; 21 jours en jaune
1962 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur de 2 étapes ; 3 jours en jaune
1963 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur de 4 étapes ; 5 jours en jaune
1964 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur de 4 étapes ; 5 jours en jaune
1966 : abandon lors de la 19e étape

  Tour d'Italie

1959 : 2e ; vainqueur de 2 étapes ; 7 jours avec le maillot rose
1960 : Jersey pink.svg Classement final; vainqueur de 2 étapes ; 11 jours en rose
1961 : 2e ; vainqueur d'une étape ; 4 jours en rose
1964 : Jersey pink.svg Classement final; vainqueur d'une étape ; 17 jours en rose
1966 : 3e
1967 : 3e

  Tour d'Espagne

1962 : abandon avant la 17e étape
1963 : Jersey yellow.svg Classement final; vainqueur d'une étape ; 16 jours avec le maillot jaune

Record absolu de podiums dans les trois grands Tours : 13, devant Merckx, Gimondi et Hinault (12).

  Distinctions

Parallèlement à ses nombreuses victoires, il fut maintes fois récompensé, et reçut (entre autres):

  • Chrono d'or[5]

  Citations

  • « Il faut être un imbécile ou un faux-jeton pour s’imaginer qu’un cycliste professionnel qui court 235 jours par an peut tenir le coup sans stimulants. », L’Équipe, 1967
  • « Si l'on veut m'accuser de me doper, ce n'est pas difficile, il suffit de regarder mes fesses, ce sont de véritables écumoires. », Le Monde, 1967.

  Bibliographies

  • Jacques Anquetil, En brûlant les étapes, éd. Calmann-Lévy, 1966
  • Jacques Anquetil en bande dessinée, dans l'hebdomadaire Vaillant, le 11 juin 1967 par Raymond Poïvet
  • Cécile-Anne Sibout, « Un sportif normand exceptionnel, Jacques Anquetil », coll. Histoire(s) d'agglo, no 18, 2002 (ISSN 1291-8296) (ISBN 2-913914-32-2) [PDF] [lire en ligne]
  • Sophie Anquetil (sa fille), Pour l’amour de Jacques, éd. Grasset, 2004 ; rééd. Lgf, 2005
  • Les histoires secrètes du Tour de France : Itinéraires d'une passion de Henri Sannier, Emmanuel Galiero, préface de Laurent Jalabert, éd. du Rocher, 2006.
  • Jacques Augendre, Anquetil-Poulidor, un divorce français, Bernard Pascuito Editeur, 2008

  Vidéo et DVD thèques

  • Anquetil - Champion de légende, de Jean-Marc et Roger Dries, TF1 vidéo, 1996 (VHS)
  • Anquetil contre Poulidor, coll. Les grands duels du sport, éd. ARTE vidéo, 2004
  • Jacques Anquetil, coll. Les légendes du cyclisme, éd. TF1 vidéo, 2005
  • Légendes du tour - Hinault - Anquetil - Bobet, éd. France télévisions, 2006
  • Jacques Anquetil à l'inathèque 1
  • Jacques Anquetil à l'inathèque 2

  Notes et références

  1. Biographie d'Anquetil
  2. a et b Pierre Pélissier, La Légende de Jacques Anquetil
  3. Démarrage en trombe
  4. Palmarès complet de Jacques Anquetil sur Memoire-du-cyclisme.net
  5. Voir l'Equipe mag du 23/07/2011.

  Liens externes

   
               

 

All translations of Jacques_Anquetil


sensagent's content

  • definitions
  • synonyms
  • antonyms
  • encyclopedia

  • définition
  • synonyme

Dictionary and translator for handheld

⇨ New : sensagent is now available on your handheld

   Advertising ▼

sensagent's office

Shortkey or widget. Free.

Windows Shortkey: sensagent. Free.

Vista Widget : sensagent. Free.

Webmaster Solution

Alexandria

A windows (pop-into) of information (full-content of Sensagent) triggered by double-clicking any word on your webpage. Give contextual explanation and translation from your sites !

Try here  or   get the code

SensagentBox

With a SensagentBox, visitors to your site can access reliable information on over 5 million pages provided by Sensagent.com. Choose the design that fits your site.

Business solution

Improve your site content

Add new content to your site from Sensagent by XML.

Crawl products or adds

Get XML access to reach the best products.

Index images and define metadata

Get XML access to fix the meaning of your metadata.


Please, email us to describe your idea.

WordGame

The English word games are:
○   Anagrams
○   Wildcard, crossword
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris is a curious tetris-clone game where all the bricks have the same square shape but different content. Each square carries a letter. To make squares disappear and save space for other squares you have to assemble English words (left, right, up, down) from the falling squares.

boggle

Boggle gives you 3 minutes to find as many words (3 letters or more) as you can in a grid of 16 letters. You can also try the grid of 16 letters. Letters must be adjacent and longer words score better. See if you can get into the grid Hall of Fame !

English dictionary
Main references

Most English definitions are provided by WordNet .
English thesaurus is mainly derived from The Integral Dictionary (TID).
English Encyclopedia is licensed by Wikipedia (GNU).

Copyrights

The wordgames anagrams, crossword, Lettris and Boggle are provided by Memodata.
The web service Alexandria is granted from Memodata for the Ebay search.
The SensagentBox are offered by sensAgent.

Translation

Change the target language to find translations.
Tips: browse the semantic fields (see From ideas to words) in two languages to learn more.

last searches on the dictionary :

2488 online visitors

computed in 0.078s

I would like to report:
section :
a spelling or a grammatical mistake
an offensive content(racist, pornographic, injurious, etc.)
a copyright violation
an error
a missing statement
other
please precise:

Advertize

Partnership

Company informations

My account

login

registration

   Advertising ▼