» 
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese

definition - Logique de description

definition of Wikipedia

   Advertizing ▼

Wikipedia

Logique de description

                   

Les logiques de description aussi appelé logiques descriptives (LD) sont une famille de langages de représentation de connaissance qui peuvent être utilisés pour représenter la connaissance terminologique d'un domaine d'application d'une manière formelle et structurée. Le nom de logique de description se rapporte, d'une part à la description de concepts utilisée pour décrire un domaine et d'autre part à la sémantique basée sur la logique qui peut être donnée par une transcription en logique des prédicats du premier ordre. La logique de description a été développée comme une extension des frames et des réseaux sémantiques, qui ne possédaient pas de sémantique formelle basée sur la logique.

Sommaire

  Origines et applications des logiques de description

Les logiques de description ont été conçues à partir des réseaux sémantiques de Quillian (ref) qui sont des graphes orientés étiquetés auxquels on associe des concepts aux nœuds et des relations aux arcs, et de la sémantique des cadres de Minsky (ref) où l'on a des concepts représentés par des cadres qui sont caractérisés par un certain nombre d'attributs (appelés aussi slots) qui contiennent de l'information sur leur contenu.

Les logiques de description forment une famille de langages de représentation de connaissance qui peuvent être utilisées pour représenter la connaissance terminologique d'un domaine d'application d'une façon structurée et formelle. Le nom « logique de description » peut être interprété de deux manières. D'une part ces langages ont été élaborés pour écrire la « description » des concepts pertinents d'un domaine d'application. D'autre part, une caractéristique cruciale de ces langages est qu'ils ont une sémantique formelle définie en logique du premier ordre (à la différence des propositions précédentes comme les cadres de Minsky). Dans ce sens, nous pouvons dire que les LDs ont une sémantique « descriptive » formelle.

Les logiques de description sont utilisées pour de nombreuses applications (voir International Workshop on Description Logics et Workshop on Applications of Description Logics). Sans être exhaustif, nous pouvons dire que ces applications font partie des domaines suivants :

  Définition des logiques de description

La plupart des logiques de description divisent la connaissance en deux parties :

  • les informations terminologiques: définition des notions basiques ou dérivées et de comment elles sont reliées entre elles. Ces informations sont « génériques » ou « globales », vraies dans tous les modèles et pour tous les individus.
  • les informations sur les individus: ces informations sont « spécifiques » ou « locales », vraies pour certains individus particuliers.

Toutes les informations connues sont alors modélisées comme un couple \langle T,A \rangle, où T est un ensemble de formules relatives aux informations terminologiques (la T-Box) et A est un ensemble de formules relatives aux informations sur les assertions (la A-Box).

Une autre manière de voir la séparation entre ces informations, est d'associer la T-Box aux règles qui régissent notre monde (par exemple la physique, la chimie, la biologie, etc.), et d'associer les individus de notre monde à la A-Box (par exemple Jean, Marie, un chat, etc.).

  Sémantique

Les logiques de description utilisent les notions de concept, de rôle et d'individu. Les concepts correspondent à des « classes d'éléments » et sont interprétés comme un ensemble dans un univers donné. Les rôles correspondent aux « liens entre les éléments » et sont interprétés comme des relations binaires sur un univers donné. Les individus correspondent aux éléments d'un univers donné. La sémantique des logiques de description est définie comme suit :

Définition 1 :

Soit CON = \lbrace C1,C2,\dots \rbrace un ensemble fini de concepts atomiques, ROL = \lbrace R1,R2,\dots \rbrace un ensemble fini de rôles atomiques et IND = \lbrace a1,a2,\dots \rbrace un ensemble fini d'individus. Pour CON, ROL, IND disjoint deux à deux, \mathcal{S} = \langle CON,ROL,IND \rangle est une signature. Une fois qu'une signature \mathcal{S} est fixée, une interprétation \mathcal{I} pour \mathcal{S} est un tuple \mathcal{I} = \langle \Delta^\mathcal{I},\cdot^\mathcal{I} \rangle, où :
  • \Delta^\mathcal{I} est un ensemble non-vide.
  • \cdot^\mathcal{I} est une fonction assignant :
    • un élément a_i^\mathcal{I} \in \Delta^\mathcal{I} à chaque individu a_i \in IND;
    • un sous-ensemble C_i^\mathcal{I} \subseteq \Delta^\mathcal{I} à chaque concept atomique C_i \in CON;
    • et une relation R_i^\mathcal{I} \subseteq \Delta^\mathcal{I} \times \Delta^\mathcal{I} à chaque rôle atomique R_i \in ROL.

En d'autres mots, une interprétation de la logique de description n'est rien de plus qu'un modèle pour un type particulier de signature du premier ordre, où seulement les prédicats unaires et binaires sont autorisés et l'ensemble des symboles de fonctions est vide.

  Base de connaissance

Typiquement, la base de connaissance standard utilisée par les logiques de description est définie de la manière suivante :

Définition 2 :

Étant donné un langage de description \mathcal{L} et une signature \mathcal{S}, une base de connaissance \Sigma dans \mathcal{L} est une paire \Sigma = \langle T,A \rangle tel que :
  • T est la T(erminologique)-Box, un ensemble fini, qui peut être vide, d'expressions appelées GCI (General Concept Inclusion) de la forme C_1 \sqsubseteq C_2C_1 et C_2 sont des concepts sans restriction. C_1 \dot{=} C_2 est une notation pour C_1 \sqsubseteq C_2 et C_2 \sqsubseteq C_1. Les formules de T sont appelées des axiomes terminologiques.
  • A est la A(ssertion)-Box, un ensemble fini, qui peut être vide, d'expressions de la forme a : C ou (a,b) : RC est un concept sans restriction, R un rôle qui n'est pas forcément atomique et a,b appartiennent à IND. Les formules de A sont appelées des assertions.

Les axiomes terminologiques ont été pensés à l'origine comme une définition, et nombre de conditions plus restrictives ont été imposées. Les deux restrictions les plus importantes sont les suivantes :

  • axiome terminological simple : dans tous les axiomes terminologiques C_1 \sqsubseteq C_2, C_1 est un concept atomique dans CON, et chaque concept atomique dans CON apparaît au plus une fois dans la partie gauche d'un axiome terminologique de la T-Box.
  • définition acyclique : le graphe obtenu en assignant un nœud n_A à chaque concept atomique A de la T-Box, et un arc orienté entre deux nœuds n_A et n_B s'il existe un axiome terminologique C_1 \sqsubseteq C_2 dans T tel que A apparaît dans C_1 et B dans C_2, ne contienne pas de cycles.

Ces restrictions sont liées à l'idée de considérer les axiomes terminologiques comme des définitions de concepts.

  Différentes logiques de description

Les logiques de descriptions ont une base commune enrichie de différentes extensions (voir tableau ci-dessous). On peut dès lors avoir des concepts complexes composés de concepts atomiques, et de même pour les rôles.

Lettre Constructeur Syntaxe Sémantique
\mathcal{AL} nom de concept C C^\mathcal{I}
\mathcal{AL} top \top \Delta^\mathcal{I}
\mathcal{C} négation de concepts non nécessairement primitifs \neg C \Delta^\mathcal{I} \setminus C^\mathcal{I}
\mathcal{AL} conjonction C_1 \sqcap C_2 C_1^\mathcal{I} \cap C_2^\mathcal{I}
\mathcal{U} disjonction C_1 \sqcup C_2 C_1^\mathcal{I} \cup C_2^\mathcal{I}
\mathcal{AL} quantificateur universel \forall R.C \lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \forall d_2 \in \Delta^\mathcal{I}.(R^\mathcal{I}(d_1,d_2) \rightarrow d_2 \in C^\mathcal{I}) \rbrace
\mathcal{E} quantificateur existentiel typé \exists R.C \lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \exists d_2 \in \Delta^\mathcal{I}.(R^\mathcal{I}(d_1,d_2) \wedge d_2 \in C^\mathcal{I}) \rbrace
\mathcal{N} restriction de nombre (\geq n~R)
(\leq n~R)
\lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \lbrace d_2 \vert R^\mathcal{I}(d_1,d_2) \rbrace \vert \geq n \rbrace
\lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \lbrace d_2 \vert R^\mathcal{I}(d_1,d_2) \rbrace \vert \leq n \rbrace
\mathcal{Q} restriction de nombre qualifiée (\geq n~R.C)
(\leq n~R.C)
\lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \lbrace d_2 \vert R^\mathcal{I}(d_1,d_2),d_2 \in C^\mathcal{I} \rbrace \vert \geq n \rbrace
\lbrace d_1\in\Delta^\mathcal{I} \mid \lbrace d_2 \vert R^\mathcal{I}(d_1,d_2),d_2 \in C^\mathcal{I} \rbrace \vert \leq n \rbrace
\mathcal{O} un-de \lbrace a_1,\dots,a_n \rbrace \lbrace d \in\Delta^\mathcal{I}\mid d = a_i^\mathcal{I} \texttt{~pour~un~} a_i \rbrace
\mathcal{B} role filler \exists R.\lbrace a \rbrace \lbrace d \in\Delta^\mathcal{I}\mid R^\mathcal{I}(d,a^\mathcal{I}) \rbrace
\mathcal{AL} nom de rôle R R^\mathcal{I}
\mathcal{R} conjonction de rôles R_1 \sqcap R_2 R_1^\mathcal{I} \cap R_2^\mathcal{I}
\mathcal{I} rôles inverses R^{-1} \lbrace (d_1,d_2)\in\Delta^\mathcal{I}\times\Delta^\mathcal{I} \mid R^\mathcal{I}(d_2,d_1) \rbrace
\mathcal{H} hiérarchie des rôles R_1\sqsubseteq R_2 R_1^\mathcal{I} \subseteq R_2^\mathcal{I}
\mathcal{R^+} transitivité des rôles R^+ Plus petite relation transitive contenant R^\mathcal{I}

L'une des premières logiques de description est le langage \mathcal{FL^-} [Brachman and Levesque, 1984], qui est défini comme une logique de description permettant l'utilisation des quantificateurs universels, de la conjonction, et des quantificateurs existentiels de la forme \exists R.\top. Le langage \mathcal{FL^-} a été proposé comme un formalisme pour la sémantique des cadres de Minsky. La conjonction de concepts est implicite dans la structure d'un cadre, qui requiert un ensemble de conditions pour être satisfait. La quantification des rôles permet de caractériser les slots.

La logique \mathcal{AL} [Schmidt-Schauss and smolka, 1991], a étendu la logique \mathcal{FL^-} en y ajoutant la négation des concepts atomiques. Cette logique peut-être considérée comme la logique de base des autres logiques de descriptions.

Les logiques de description qui existent sont des combinaisons des différents éléments du tableau ci-dessus. Par exemple, si on rajoute la négation complète \mathcal{C} à la logique \mathcal{AL}, on obtient la logique \mathcal{ALC}.

Certaines logiques sont équivalentes, notamment \mathcal{ALC} et \mathcal{ALUE}. Ces deux logiques augmentées par \mathcal{R}^+sont notées \mathcal{S}. Les langages utilisés par OWL en sont une extension, respectivement \mathcal{SHIF} pour OWL-Lite et \mathcal{SHOIN} pour OWL-DL.

  Inférences

En LD, la notion d'inférence est décrite comme ci-dessous:

Définition 3 :

Soit \mathcal{I} une interprétation et \varphi un axiome terminologique ou une assertion. Alors \mathcal{I} modélise \varphi (notation \mathcal{I} \models \varphi) si :
  • \varphi = C_1 \sqsubseteq C_2 et C_1^\mathcal{I} \subseteq C_2^\mathcal{I}, ou
  • \varphi = a:C et a^\mathcal{I} \in C^\mathcal{I}, ou
  • \varphi = (a,b):R et (a^\mathcal{I},b^\mathcal{I}) \in R^\mathcal{I}.

Soit \Sigma = \langle T,A \rangle une base de connaissance et \mathcal{I} une interprétation, alors \mathcal{I} est un modèle de \Sigma (notation, \mathcal{I} \models \Sigma) si pour tous \varphi \in T \cup A, \mathcal{I} \models \varphi. Nous disons dans ce cas que \mathcal{I} est un modèle de la base de connaissance \Sigma. Étant donné une base de connaissance \Sigma et un axiome terminologique ou une assertion \varphi, \Sigma \models \varphi si pour tout modèle \mathcal{I} de \Sigma nous avons \mathcal{I} \models \varphi.

  Tâches de raisonnement

En LD, l'expression raisonnement sur la T-Box fait référence à la capacité de réaliser des inférences depuis une base de connaissance \Sigma = \langle T,A \rangleT est non-vide, et d'une manière similaire, raisonnement sur la A-Box est l'implication pour une A-Box non vide.

Définition 4 :

Soit \Sigma une base de connaissances, C_1,C_2 \in CON, R \in ROL et a,b \in IND, nous définissons les tâches de déduction suivantes :
  • Subsomption, \Sigma \models C_1 \sqsubseteq C_2
    Vérifie si pour toutes les interprétations \mathcal{I} tel que \mathcal{I} \models \Sigma, nous avons C_1^\mathcal{I} \subseteq C_2^\mathcal{I}.
  • Vérification d'instance, \Sigma \models a:C
    Vérifie si pour toutes les interprétations \mathcal{I} tel que \mathcal{I} \models \Sigma, nous avons a^\mathcal{I} \in C^\mathcal{I}.
  • Vérification de relations \Sigma \models (a,b):R
    Vérifie si pour toutes les interprétations \mathcal{I} tel que \mathcal{I} \models \Sigma, nous avons (a^\mathcal{I},b^\mathcal{I}) \in R^\mathcal{I}.
  • Cohérence de concept, \Sigma \not \models C \dot{=} \bot
    Vérifie si pour toutes les interprétations \mathcal{I} tel que \mathcal{I} \models \Sigma, nous avons C^\mathcal{I} \not = \lbrace \rbrace.
  • Cohérence de la base de connaissances, \Sigma \not \models \bot
    Vérifie s'il existe \mathcal{I} tel que, \mathcal{I} \models \Sigma.

Les tâches de déduction de base peuvent être utilisées pour définir des tâches plus complexes. En particulier:

  • Recherche : étant donné un concept, trouver les individus mentionnés dans la base de connaissance qui sont des instances de ce concept.
  • Réalisation : étant donné un individu mentionné dans la base de connaissance, trouver le concept le plus spécifique, en accord avec les relations de subsomption, duquel l'individu est une instance.

La saturation de la A-Box sert à compléter les informations de la A-Box en accord avec les connaissances de la T-Box, on obtient donc: Définition 5 :

Étant donné une base de connaissance \langle T,A \rangle, nous disons que A est saturé si pour chaque individu a \in IND, concept atomique C \in CON et rôle R \in REL:
  • l'assertion a:C si et seulement si \langle T,A \rangle \models a:C
  • l'assertion (a,b):R si et seulement si \langle T,A \rangle \models (a,b):R

Exemple

Soit \Sigma une base de connaissance \langle T,A \rangle où:
  • T = \lbrace \texttt{ETALON} \dot{=} \texttt{CHEVAL} \sqcap \forall \texttt{Sexe.MASCULIN} \rbrace
  • A = \lbrace \texttt{shadowfax}:\texttt{ETALON} \rbrace

La formule de T dit que les chevaux de sexe masculin sont des étalons, et la formule de A dit que le cheval shadowfax est un étalon. La sémantique formelle que nous donnons dans la définition 3 nous permet de vérifier que \Sigma a au moins un modèle (i.e., il est cohérent). Et à partir de \Sigma nous pouvons déduire plusieurs informations comme, par exemple, que le concept \texttt{CHEVAL} est cohérent avec \Sigma (il existe une certaine interprétation satisfaisant \Sigma qui assigne une extension non-vide à \texttt{CHEVAL} :

\Sigma \not \models \texttt{CHEVAL} \dot{=} \bot

Notons qu'à cause des limitations syntaxiques dans la définition de base des assertions, il n'est pas possible de représenter les implications fortes (qui proviennent de \langle T,A \rangle) telle que par exemple le fait que dans tous les modèles de \langle T,A \rangle, l'extension de \texttt{CHEVAL} est non-vide:

\Sigma \models \neg (\texttt{CHEVAL} \dot{=} \bot)

Avec \Sigma = \langle T,A \rangle comme connaissance de base on a la A-Box saturé :

A = \lbrace \texttt{shadowfax}:\texttt{ETALON} \sqcap \texttt{CHEVAL}\rbrace

  Références

  • F. Baader, D. Calvanese, D. L. McGuiness, D. Nardi, P. F. Patel-Schneider: The Description Logic Handbook: Theory, Implementation, Applications. Cambridge University Press, Cambridge, UK, 2003. (ISBN 0-52178-176-0)
  • M.L. Minsky. A Framework for Representing Knowledge. Report A.I MEMO 306, Massachusetts Institute of Technology, A.I. Lab., Cambridge, Massachusetts, juin 1974. McGraw-Hil, P.H. Winston (Éd.), « Psychology of Computer Vision », 1975.

  Voir aussi

  Liens externes


   
               

 

All translations of Logique de description


sensagent's content

  • definitions
  • synonyms
  • antonyms
  • encyclopedia

  • définition
  • synonyme

Dictionary and translator for handheld

⇨ New : sensagent is now available on your handheld

   Advertising ▼

sensagent's office

Shortkey or widget. Free.

Windows Shortkey: sensagent. Free.

Vista Widget : sensagent. Free.

Webmaster Solution

Alexandria

A windows (pop-into) of information (full-content of Sensagent) triggered by double-clicking any word on your webpage. Give contextual explanation and translation from your sites !

Try here  or   get the code

SensagentBox

With a SensagentBox, visitors to your site can access reliable information on over 5 million pages provided by Sensagent.com. Choose the design that fits your site.

Business solution

Improve your site content

Add new content to your site from Sensagent by XML.

Crawl products or adds

Get XML access to reach the best products.

Index images and define metadata

Get XML access to fix the meaning of your metadata.


Please, email us to describe your idea.

WordGame

The English word games are:
○   Anagrams
○   Wildcard, crossword
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris is a curious tetris-clone game where all the bricks have the same square shape but different content. Each square carries a letter. To make squares disappear and save space for other squares you have to assemble English words (left, right, up, down) from the falling squares.

boggle

Boggle gives you 3 minutes to find as many words (3 letters or more) as you can in a grid of 16 letters. You can also try the grid of 16 letters. Letters must be adjacent and longer words score better. See if you can get into the grid Hall of Fame !

English dictionary
Main references

Most English definitions are provided by WordNet .
English thesaurus is mainly derived from The Integral Dictionary (TID).
English Encyclopedia is licensed by Wikipedia (GNU).

Copyrights

The wordgames anagrams, crossword, Lettris and Boggle are provided by Memodata.
The web service Alexandria is granted from Memodata for the Ebay search.
The SensagentBox are offered by sensAgent.

Translation

Change the target language to find translations.
Tips: browse the semantic fields (see From ideas to words) in two languages to learn more.

last searches on the dictionary :

4552 online visitors

computed in 0.094s

   Advertising ▼

I would like to report:
section :
a spelling or a grammatical mistake
an offensive content(racist, pornographic, injurious, etc.)
a copyright violation
an error
a missing statement
other
please precise:

Advertize

Partnership

Company informations

My account

login

registration

   Advertising ▼