» 
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese
Arabic Bulgarian Chinese Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Finnish French German Greek Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Malagasy Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swedish Thai Turkish Vietnamese

definition - Organisation_des_Nations_unies_pour_l'éducation,_la_science_et_la_culture

definition of Wikipedia

   Advertizing ▼

Wikipedia

Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture

                   
Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture
Flag of UNESCO.svg
Organe de l'ONU
Type d'organisation Agence spécialisée de l'Organisation des Nations unies
Acronymes Unesco, UNESCO, ONUÉSC (rare)
Chef Irina Bokova
Statut Active
Siège Paris, France
Création 16 novembre 1945
Site web http://portal.unesco.org/fr
Organisation(s) parent Bureau international d’éducation
Institut de statistique de l'UNESCO

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (en anglais, United Nations Educational, Scientific and Cultural Organisation : Unesco ou UNESCO[1]) est une institution spécialisée du système des Nations unies créée le 16 novembre 1945. Son siège se situe au 7/9 place de Fontenoy, dans le 7e arrondissement de Paris, en France.

Elle a pour objectif selon son acte constitutif de « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations unies reconnaît à tous les peuples »[2].

Le siège de l'Unesco est à Paris, mais s’y rattachent plus de cinquante bureaux, hors siège, et plusieurs instituts et centres dans le monde entier, comme l’Institut de statistique à Montréal ou le Bureau international d’éducation à Genève. L'Organisation compte 195 États membres en 2011.

Sommaire

  Programmes

L'Unesco poursuit son action à travers cinq grands programmes : l’éducation, les sciences exactes et naturelles, les sciences sociales et humaines, la culture, la communication et l’information.

Des périodiques spécialisés[3] sont publiés comme le Bulletin du droit d’auteur, Perspectives (pédagogie), la Revue internationale des sciences sociales, Museum (muséographie).

L'Unesco anime la Décennie internationale pour la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010) proclamée par l’ONU en 1999.

  Éducation

Les missions pour l’éducation de l’UNESCO sont :

  • conduire au niveau international l’édification de structures permettant à toutes les populations d’accéder à l’éducation ;
  • offrir une expertise et encourager les partenariats afin de renforcer le leadership de l’éducation au niveau national ainsi que la capacité des pays à offrir une éducation de qualité à tous ;
  • l’UNESCO pousse les États et la communauté internationale à accélérer la marche du progrès vers la réalisation de ces objectifs ;
  • l’organisation facilite la mise en place de partenariats et mesure les progrès accomplis[4].

  Sciences naturelles

L’Unesco abrite la Commission océanographique intergouvernementale, organe de coordination scientifique.

Dans le cadre du programme MaB (the Man and the Biosphere) a établi un réseau de réserves de biosphères qui se propose de protéger la nature, tout en préservant l’activité humaine sur toute la planète.

  Sciences sociales et humaines

En agissant dans l’un des cinq secteurs spécialisés de l’UNESCO : éducation, sciences naturelles, sciences sociales et humaines, culture ainsi que communication et information , la mission est de faire avancer les connaissances, les normes et la coopération intellectuelle afin de faciliter les transformations sociales porteuses des valeurs universelles de justice, de liberté et de dignité humaine[5].

  Culture

L’Unesco est connue depuis 1972 pour sa liste du patrimoine mondial pour le patrimoine matériel, culturel et naturel. Une liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité existe également depuis 2001.

  Communication et information

L’Unesco a également créé en 1992 le programme Mémoire du monde, visant à sensibiliser la communauté internationale à la richesse du patrimoine documentaire, à la nécessité d’assurer sa conservation pour les générations futures et à le rendre accessible à un large public. Il s’est doté pour cela d’un Registre mondial, liste des éléments du patrimoine documentaire identifiés par le Comité consultatif international (CCI) et approuvés par le Directeur général de l’Unesco.

L’Unesco est par ailleurs, à l’origine de la création, en mai 1994, conjointement avec l’Université du Québec à Montréal, du réseau Orbicom, réseau mondial associant des universitaires et des professionnels de la communication et des médias, ayant pour objet de stimuler l’échange d’informations et le développement de projets conjoints, afin d’examiner comment ce domaine en constante évolution peut contribuer à promouvoir la démocratie et un développement durable. Situé au carrefour de l’enseignement, de la recherche et des pratiques professionnelles, il s’est fixé pour mission première de « développer et promouvoir le partage de savoir et d’expertise en communication par l’éducation, la recherche et l’action concrète »[6]. Reliant les spécialistes à travers le monde qui travaillent dans différents secteurs des communications, et soutenu par des institutions internationales, des médias, des gouvernements et des entreprises, il s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de la communication de l’Unesco, adoptée à l’unanimité lors de la Conférence générale de 1989.

  Historique de l'organisation

L'UNESCO et son mandat pour la coopération intellectuelle sur le plan international ont leurs racines dans la décision de la Société des Nations du 21 septembre 1921 d'élire une commission chargée d'étudier la question[7]. Cette Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI), située à Genève, a été créée le 4 janvier 1922 comme un organe consultatif composé de personnalités élues pour leurs compétences personnelles. L'Institut international de coopération intellectuelle (IICI) a été établi à Paris le 9 août 1925 comme l'agence exécutive de la CICI[8]. Le 18 décembre 1925, le Bureau International d'Éducation (BIE) a commencé son action comme organisation non-gouvernementale au service du développement international dans le domaine éducatif[9]. Néanmoins, le travail de ces prédécesseurs de l'UNESCO, a été interrompu par la Seconde Guerre mondiale.

À la suite des signatures de la Charte de l'Atlantique et de la Déclaration des Nations unies, la Conférence des Ministres alliés de l'éducation (CAME) a commencé à se réunir à Londres, du 16 novembre 1942 au 5 décembre 1945. Le 30 octobre 1943, la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’URSS ont exprimé la nécessité d'une organisation internationale dans la Déclaration de Moscou. Cela a été suivi par les propositions du 9 octobre 1944 lors de la Conférence de Dumbarton Oaks. À partir de la proposition de la CAME et conformément aux recommandations de la Conférence de San-Francisco, tenu entre avril-juin 1945, la Conférence des Nations unies pour l'établissement d'une organisation éducative et culturelle (ECO/CONF) a été convoquée à Londres du 1er au 16 novembre 1945. Elle a rassemblé les représentants de 44 états. Pendant l'ECO/CONF, l'Acte constitutif de l'UNESCO a été introduit et signé par 37 états, et une Commission préparatoire a été également établie[10]. La Commission préparatoire a effectué son travail du 16 novembre 1945 au 4 novembre 1945 - jour où l'Acte constitutif entra en vigueur avec le dépôt de la vingtième ratification d'un état membre[11].

Tenue entre le 19 novembre et le 10 décembre 1946, la première Conférence générale a élu le docteur Julian Huxley au poste de Directeur général de l'Organisation[12]. En novembre 1954, la Conférence générale a amendé l'Acte constitutif de l'Organisation en décidant que les membres du Conseil devraient désormais représenter des gouvernements de leur état[13]. Ce changement de gouvernance a distingué l'UNESCO de son précurseur, la CICI compte tenu de la collaboration des États dans les domaines de compétence de l’UNESCO. A mesure que les États membres coopéraient pour réaliser le mandat de l'UNESCO, des évènements historique et politique ont influencé les activités de l'Organisation, notamment lors les périodes de la guerre froide, de la décolonisation, et de la dissolution de l’URSS.

Parmi les réalisations notables de l'Organisation, on peut citer son travail de lutte contre le racisme. Ainsi, les déclarations autour de la question raciale, notamment celle des anthropologues datant de 1950 [14] (parmi lesquels figure Claude Lévi-Strauss) et la Déclaration sur la race et les préjugés raciaux de 1978[15]. Estimant quelques publications de l'UNESCO comme une ingérence dans les problèmes raciaux du pays, la République d'Afrique du Sud a quitté l'Organisation en 1956[16] , avant de revenir, sous la direction de Nelson Mandela, en 1994.

Le projet de l'éducation de base dans la vallée de Marbial en Haïti est un exemple du travail que l'UNESCO mène à ses débuts dans le secteur de l'éducation[17]. Amorcé en 1947, ce projet a été suivi par les missions d'experts dans d'autres pays, comme l'Afghanistan en 1949[18]. En 1948, l'UNESCO a proposé aux États membres d'instituer un enseignement primaire obligatoire, gratuit et universel[19]. En 1990, la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous, à Jomtien en Thaïlande, a lancé un mouvement global afin de fournir une éducation de base pour tous, enfants, jeunes et adultes[20]. Dix ans plus tard, lors du Forum mondial sur l'éducation à Dakar, les gouvernements se fixent jusqu'à 2015 pour s'engager à l'éducation de base pour tous[21].

Dans le domaine de la culture, l'UNESCO à ses débuts a lancé la Campagne de Nubie en 1960[22]. Le but de cette Campagne était de déplacer le Temple Abou Simbel pour le sauver des eaux montantes du Nil après la construction du barrage d'Aswan. Pendant cette Campagne de 20 ans, 22 monuments et complexes architecturaux ont été déplacés. Elle était la première campagne, et la plus importante, d’une longue série, parmi lesquelles celles de Moenjodaro (Pakistan), Fès (Maroc), Katmandou (Népal), Borobudur (Indonésie) et l’Acropole d’Athènes (Grèce). Le travail de l'UNESCO dans le domaine du patrimoine a abouti à l'adoption en 1972 de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel[23]. Le Comité du patrimoine mondial est créé en 1976 et les premiers sites sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en 1978[24]. Depuis lors, quelque instruments juridiques internationaux ont été adoptés par les États membres de l'UNESCO en 2003 (Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel [25] ) et en 2005 (Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles[26] ).

En décembre 1951, une réunion intergouvernementale qui s'est tenue à l'UNESCO, a mené à la création du Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN)[27]. Le CERN a notamment permis la création en 1989 du World Wide Web.

Dans le domaine des sciences naturelles, l'UNESCO a initié très tôt un projet majeur concernant la zone aride[28]. En 1968, l'UNESCO organisa la première conférence intergouvernementale visant à la réconciliation de l'environnement et du développement, questions toujours d'actualité dans le domaine du développement durable. Le principal résultat de la conférence a été la création du Programme sur l'homme et la biosphère[29].

Dans le domaine de la communication, la libre circulation de l'information reste une priorité de l'UNESCO depuis ses débuts. Lors de l’immédiat après-guerre, les activités de l'UNESCO ont été concentrées sur la reconstitution et les besoins des moyens de communication de masse partout dans le monde. L'UNESCO a commencé à organiser la formation et l'éducation pour les journalistes à partir des années 1950[30]. Afin de répondre aux exigences d'un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication à la fin des années 70, UNESCO a établi la Commission internationale d'étude des problèmes de la communication[31] qui a abouti au rapport « MacBride » (du nom du Président de la Commission et lauréat du Prix Nobel de la paix Seán MacBride)[31]. Après ce rapport, l’UNESCO a introduit les programmes La Société de l'information pour tous[32] et Vers les sociétés du savoir[33], en anticipant les questions des Sommets mondiaux sur la société de l'information (Genève, 2003 et Tunis, 2005).

En 2011, la Palestine est devenue un membre de l’UNESCO faisant suite au vote avec 107 États Membres pour et 14 contre[34],[35]. Des lois passées aux États-Unis en 1990 et 1994 stipulent qu'ils ne peuvent contribuer financièrement à des organisations des Nations-Unies qui reconnaissent la Palestine comme État membre. En conséquence, il retire son financement, qui représente environ 22% du budget de l'UNESCO[36]. Israël a également réagi à l'admission de la Palestine à l'UNESCO par le gel des paiements d'Israël à l'UNESCO et en imposant des sanctions à l'Autorité palestinienne[37], affirmant que l'admission de la Palestine pourrait être préjudiciable "aux pourparlers potentiels de paix "[38].

  États fondateurs

L'Unesco a été fondé par 20 États, signataires de l'Acte constitutif en 1946[39] :

  Crise d'identité et de vocation

Depuis l’élection de son directeur général en 1999, et surtout depuis le retour des États-Unis au sein de l’organisation en 2003, l’Unesco s’est engagée dans un plan sévère de réduction des dépenses, assorti d’une réforme de sa stratégie : furent ainsi décidés le non-renouvellement de nombreux postes subalternes, la suppression du magazine généraliste Le Courrier de l'Unesco, l’abandon des activités en faveur des logiciels open source, la réduction nette du budget général au profit de programmes désormais financés, et donc aussi pilotés ou gérés, par des États membres ou des entreprises commerciales, dont Microsoft et L'Oréal.

  Liste des directeurs généraux

  1. Julian Huxley, (Royaume-Uni, 19461949)
  2. Jaime Torres Bodet, (Mexique, 19481952)
  3. John Wilkinson Taylor, (États-Unis, 19521953)
  4. Luther Evans, (États-Unis 19531958)
  5. Vittorino Veronese, (Italie, 19581961)
  6. René Maheu, (France 19611974)
  7. Amadou-Mahtar M'Bow, (Sénégal, 19741987)
  8. Federico Mayor Zaragoza, (Espagne, 19871999)
  9. Kōichirō Matsuura, (Japon, 19992009)
  10. Irina Bokova, (Bulgarie, depuis le 15 novembre 2009)

  Composition

  Résultant du vote concernant l'adhésion de la Palestine à l'UNESCO :
  •      Pour
  •      Contre
  •      Abstention
  •      Absent
  •      Non-membres, ne pouvant voter

Au 31 octobre 2011, l’UNESCO compte 195 États membres, ainsi que huit membres associés : Les Antilles néerlandaises, Aruba, les Îles Caïmans, les Îles Féroé, les Îles Vierges britanniques, Curaçao, Macao et Tokelau[40]. L’État de la Cité du Vatican est un observateur permanent à la conférence générale et au Conseil exécutif[41]. Le dernier membre a avoir rejoint l'organisation est la Palestine, acceptée au sein de l'UNESCO en tant que membre titulaire le 31 octobre 2011[42]. En réaction, les États-Unis décident de suspendre leur contribution financière, soit 1/5e du budget de l'organisation[43].

  Fonctionnement

La Conférence générale, qui réunit les représentants de l’ensemble des États membres, siège tous les 2 ans (les années impaires). Le directeur général est élu par la conférence générale pour un mandat de 4 ans renouvelable une fois (depuis 2005). Le Conseil exécutif siège au moins 2 fois par an dans l’intervalle des sessions de la Conférence générale. Ses membres sont au nombre de 58, et sont élus par la Conférence générale pour un mandat de 4 ans. Ses effectifs sont d’environ 2 400 fonctionnaires internationaux dont un millier d’administrateurs.

  Siège à Paris

  Enseigne de l'Unesco.

Le siège de l’UNESCO à Paris, construit par les architectes Bernard Zehrfuss, Marcel Breuer et Pier Luigi Nervi, est représentatif du style architectural des années 1950. Il renferme des compositions murales de Picasso et de Miró en collaboration avec Artigas, Rufino Tamayo, Afro Basaldella et Roberto Matta ainsi qu’un stabile de Calder dans les jardins. Le jardin de la Paix[44] d’Isamu Noguchi se visite lors de la journée parisienne "portes ouvertes" des jardins.

Le site possède des œuvres d’art d'artistes renommés[45], comme Bazaine, Giacometti, Le Corbusier, Henry Moore, Takis, ou Tsereteli. Il y a aussi des points remarquables comme l’ange de Nagasaki, l’Espace de méditation de Tadao Ando, le Square de la Tolérance de Dani Karavan et le Globe symbolique d’Erik Reitzel, Totes les coses de Tapies, Guinovart, La Liberté : la paix le jour d'après d'Abelardo Espejo Tramblin.

L'Unesco organise et parraine de nombreuses manifestations culturelles et scientifiques. En 1998, le Palais de l'Unesco à Paris a ainsi accueilli le 24e Congrès international des sciences administratives organisé par l'Institut français des sciences administratives sur le thème « Le citoyen et l'administration ».

  Élections

Les élections 2009 pour le poste de directeur général ont eu lieu à Paris du 7 au 23 septembre. Huit candidats étaient en lice pour recueillir les votes de 58 pays votants[46].

L'élection peut comporter jusqu'à cinq tours, selon que les candidats parviennent, ou non, à obtenir une majorité rapidement.

L'élection 2009 est particulièrement controversée en raison des diatribes antisémites du candidat favori, le ministre égyptien de la Culture Farouk Hosni. En 2001, il avait déclaré que la culture israélienne était « inhumaine » et « raciste », puis dénoncé « l'infiltration des juifs dans les médias internationaux »[47]. En 2008, il avait répondu à un député islamiste au Parlement vouloir « brûler les livres en hébreu »[48] dans les bibliothèques d'Égypte, s'il en trouvait. Des intellectuels, dont le prix Nobel de la paix et survivant d'Auschwitz Élie Wiesel, avaient alors condamné une candidature « dangereuse »[49], termes repris depuis par de nombreux journaux, comme le New York Times[50], la BBC[51] et France24[52]. L'élection 2009 a finalement été remportée par la Bulgare Irina Bokova, par 31 voix contre 27 à Farouk Hosni. Élection confirmée le 15 octobre suivant par le vote de la Conférence générale.

  ONG officielles de l’UNESCO

L’UNESCO entretient des relations avec 319 ONG internationales[53]. La plupart sont « opérationnelles » et une partie d’entre elles sont « formelles »[54].

Les relations « opérationnelles » sont réservées aux ONG très actives dans leur domaine, capables de mener des expertises et de canaliser les intérêts de leurs clients. Les demandes d’admission à l’UNESCO pour des relations opérationnelles peuvent être adressées à tout moment au Directeur Général.

Les relations « formelles » sont réservées aux ONG qui exercent un rôle soutenu de coopération en direction, et à partir de l’UNESCO. L’admission pour une reconnaissance formelle n’est accordée qu’aux ONG internationales représentatives et qui agissent en tant qu’experts et représentent le plus largement leur domaine d’activité, grâce à une structure internationale étendue. Les relations formelles sont elles-mêmes sous-divisées en deux groupes , « consultatif » ou « associatif », selon le rôle et la structure de l’ONG. Les instances du bureau exécutif de l’UNESCO décident de l’admission à l’un ou l’autre groupe sur la base des recommandations du Directeur Général. Ces relations formelles sont établies pour des périodes de six ans renouvelables.

La forme d’affiliation la plus étroite à l’UNESCO est l’« association formelle » et dix ONG entrant dans cette catégorie ont leur bureau au siège même de l’UNESCO[55]. Ce sont :

  Notes et références

  1. L'acronyme français ONUESC est d'un emploi très rare.
  2. UNESCO, « UNESCO: passé et présent »
  3. Les périodiques et bulletins de l'UNESCO
  4. La Mission du Secteur de l’éducation de l’UNESCO Sur le site unesco.org
  5. Mission de l'Unesco Sur le site unesco.org
  6. Voir le site officiel du réseau Orbicom
  7. League of Nations. Records of the Second Assembly. Plenary Meetings. 5 September-5 October 1921. Geneva. P. 313.
  8. UNESCO. (1987). Chronologie de l’UNESCO : 1945-1987. Paris, décembre 1987. LAD.85/WS/4 Rev. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0007/000790/079049fb.pdf Consulté le 15/04/2011
  9. UNESCO. (1987). Chronologie.
  10. Conférence des Nations unies en vue de la création d’une organisation pour l’éducation, la science et la culture. Conférence des Nations unies en vue de la création d’une organisation pour l’éducation, la science et la culture. Tenue à Londres, du 1er au 16 novembre 1945 à l’Institute of Civil Engineers. ECO/Conf./29. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001176/117626f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  11. Convention créant une Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. 16 novembre 1945. Conférence des Nations unies en vue de la création d’une organisation pour l’éducation, la science et la culture. Conférence des Nations unies en vue de la création d’une organisation pour l’éducation, la science et la culture. Tenue à Londres, du ler au 16 novembre 1945 à l’Institute of Civil Engineers. ECO/Conf./29. P.116. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001176/117626f.pdf . Consulté le 15/04/2011.
  12. UNESCO. Conférence générale, 1re session. (1947). (Actes de la) Conférence générale, première session, tenue en la Maison de l'UNESCO, Paris, du 20 novembre au 10 décembre 1946. UNESCO/C/30 [1 C/Résolutions]. (Paris.) Point 14, p. 81. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001145/114580f.pdf . Consulté le 15/04/2011.
  13. UNESCO. Conférence générale, 8e session. (1955). Actes de la Conférence générale, huitième session, Montevideo, 1954: Résolutions. 8 C/Résolutions. (Paris.) Résolution II.1.2, p.12 Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001145/114586f.pdf . Consulté le 15/04/2011.
  14. UNESCO. (1950). Déclaration d'experts sur les questions de race. Paris, le 20 juillet 1950. UNESCO/SS/1. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001269/126969fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  15. UNESCO. Conférence générale, 20e session. (1979). Actes de la Conférence générale, 20e session, Paris, 24 octobre-28 novembre 1978, v. 1: Résolutions. 20 C/Résolutions. (Paris.) Résolution 3/1.1/2, p. 63. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114032f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  16. UNESCO. Conseil exécutif, 42e session. (1955). Rapport du Directeur général sur les activités de l’Organisation (mars – novembre 1955). Paris, le 9 novembre 1955. 42 EX/43. Partie I Relations avec les états membres, paragraphe 3.
  17. L’Expérience Témoin d’Haiti : Première phase 1947-1949. (1951). Monographies sur l’éducation de base. UNESCO : Paris.
  18. Debiesse, J., Benjamin, H. and Abbot, W. (1952). Rapport de la mission en Afghanistan. Missions à buts éducatifs IV. ED.51/VIII.4F. (Paris.) Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000590/059046fo.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  19. UNESCO. Conférence générale, 2e session. (1948). Actes de la Conférence générale de l'UNESCO, deuxième session, Mexico, 1947, v. 2: Résolutions. 2 C/Résolutions. (Paris.) Résolution 3.4.1, p. 19. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001145/114591f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  20. Banque Mondiale, PNUD, UNESCO, et Unicef. Rapport final. Conférence mondiale sur l’éducation pour tous : Répondre aux besoins éducatifs fondamentaux. 5-9 mars 1990, Jomtein, Thaïlande. (Commission interinstitutions de la Conférence mondiale sur l’éducation pour tous (WCEFA): New York). Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0009/000975/097551f.pdf . Consulté le 15/04/2011.
  21. UNESCO. (2000). Cadre d'action de Dakar: l'Éducation pour tous: tenir nos engagements collectifs (avec les six cadres d'action régionaux). Forum mondial sur l'éducation, Dakar, Sénégal, 26-28 avril 2000. ED.2000/WS/27. (Paris). Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001211/121147f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  22. UNESCO. Conférence générale, 21e session. (1980). Campagne internationale pour la sauvegarde des monuments de Nubie : rapport du Comité exécutif de la Campagne et du Directeur général. 26 août 1980. 21 C/82. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000419/041943fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  23. Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. Paris, 16 novembre 1972. UNESCO. Conférence générale, 17e session. Paris, 17 octobre - 21 novembre 1972. Volume 1 : Résolutions, Recommandations. 17 C/Résolution 29. Chapitre IX Conventions and Recommandations, p. 139. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114044f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  24. UNESCO. Comité intergouvernemental de la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, deuxième session. Rapport final. Washington, D.C., États-Unis d’Amérique, 5-8 septembre 1978. CC-78/CONF.010/10 Rev. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0003/000347/034793fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  25. Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Paris, 17 octobre 2003. Conférence générale, 32e session. Actes de la Conférence générale, 32e session, Paris, 29 septembre-17 octobre 2003, volume 1: Résolutions. 32 C/Résolution 32. Chapitre IV – Programme pour 2004-2005, Grand programme IV – Culture, p. 59. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001331/133171f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  26. Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Paris, 20 octobre 2005. Conférence générale, 33e session. Actes de la Conférence générale, 33e session, Paris, 3-21 octobre 2005, volume 1: Résolutions. 33 C/Résolution 41. Chapitre V – Programme et budget pour 2006-2007, Grand programme IV – Culture, p. 94. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001428/142825f.pdf . Consulté le 15/04/2011.
  27. UNESCO. Conseil exécutif, 26e session. (1951). Résolutions et décisions adoptées par le Conseil exécutif en sa vingt-sixième session, 7 juin-9 juillet 1951. 26 EX/Décisions. Point 7, Exécution du programme pour 1951, décision 7.2.2.1. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001137/113790f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  28. UNESCO. Conférence générale, 11e session. Commission du programme. (1960). Rapport sur le projet majeur relatif aux recherches scientifiques sur les terres arides : résultats obtenus et recommandations touchant l’orientation future du projet. Paris, 23 septembre 1960. 11 C/PRG/6.
  29. « Utilisation et conservation de la biosphère. Actes de la Conférence intergouvernementale d'experts sur les bases scientifiques de l'utilisation rationnelle et de la conservation des ressources de la biosphère. Paris, 4-13 septembre 1968. » (1970). Dans Recherches sur les ressources naturelles. Volume X. SC.69/XIL.16/A. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000677/067785fo.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  30. UNESCO. (1955). Réunion internationale d’experts sur la formation professionnelle des journalistes. Maison de l’UNESCO, 9-13 avril 1956. Objectif et portée. Paris, le 22 novembre 1955. UNESCO/MC/PT.1. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001480/148006fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  31. a et b UNESCO. Conférence générale, 19e session. (1977). Programme et budget approuvés pour 1977-1978. Paris, février 1977. 19 C/5, pg. 320-321, paragraphes 4154-4155. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0003/000323/032363fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  32. UNESCO. (1996). L'UNESCO et la société de l'information pour tous: document d'orientation. (UNESCO : Paris). Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0010/001085/108540fb.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  33. UNESCO. Conférence générale, 32e session. (2003). Communiqué : Table ronde ministérielle "Vers les sociétés du savoir" (Siège de l'UNESCO, 9 et 10 octobre 2003). 14 octobre 2003. 32 C/INF.26. Base de données UNESDOC. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001321/132114f.pdf. Consulté le 15/04/2011.
  34. La Conférence générale admet la Palestine comme membre de l’UNESCO, 2011-10-31. Consulté le 2011-12-11
  35. US withdraws Unesco funding after it accepts Palestinian membership, The Telegraph, 31 October 2011. Consulté le 31 October 2011
  36. Unesco Approves Full Membership for Palestinians, The New York Times , 31 October 2011. Consulté le 31 October 2011
  37. After UNESCO vote, Israeli sanctions on Palestinian Authority anger U.S., Haaretz (2011-11-04). Consulté le 2011-12-11.
  38. Israel freezes UNESCO funds, CNN (2011-12-03). Consulté le 2011-12-11.
  39. Acte constitutif, unesco.org
  40. Liste des 193 États Membres (et des 7 Membres Associés) de l'UNESCO et la date à laquelle ils sont devenus Membres (ou Membres Associés) de l'Organisation, au 12 octobre 2009 (dans l'ordre alphabétique)
  41. http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/va/
  42. [Le Monde], « La Palestine devient membre à part entière de l'Unesco »
  43. Adhésion de l'Autorité palestinienne : Washington coupe les vivres à l'UNESCO
  44. jardin de la Paix
  45. L'Unité des Œuvres d'art et des Projets Spéciaux
  46. Liste des pays votants : http://saveunesco.files.wordpress.com/2009/08/electoral-groups-unesco.pdf
  47. RTBF : L'infiltration des juifs dans les médias internationaux
  48. Farouk Hosni, qui mal y pense ?
  49. Unesco: des intellectuels accusent Paris d'œuvrer à l'élection d'Hosni
  50. An Egyptian for Unesco
  51. Israel row looms over Unesco race
  52. L'Unesco élit son directeur général sur fond de polémique
  53. Unesco : Organisations non gouvernementales et fondations
  54. Liste des ONG entretenant des relations officielles avec l'UNESCO
  55. 107e session 13 février 2009
  56. Site AIU UNESCO
  57. Site CICT UNESCO
  58. Site IMC UNESCO
  59. Site CIPSH UNESCO
  60. Site ISSC UNESCO
  61. Site WFUCA UNESCO
  62. Site ITI UNESCO
  63. Site ICET UNESCO
  64. Site CCSVI UNESCO

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Bibliographie

Ouvrages

  • (en) William Preston, Edward S. Herman, et Herbert I. Schiller, Hope and Folly: The United States and UNESCO, 1945-1985, Minneapolis: University of Minnesota Press, 1989.
  • Chloé Maurel, Histoire de l'Unesco. Les trente premières années, Paris, L'Harmattan, 2010.

Articles

  • Gabrielle Capla, « Révolte silencieuse pour sauver l'Unesco », Le Monde diplomatique, septembre 2009: [lire en ligne]
  • Chloé Maurel, « Après la controverse, quel souffle pour l'Unesco ? », L'Humanité, 3 octobre 2009.

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

All translations of Organisation_des_Nations_unies_pour_l'éducation,_la_science_et_la_culture


sensagent's content

  • definitions
  • synonyms
  • antonyms
  • encyclopedia

  • définition
  • synonyme

Dictionary and translator for handheld

⇨ New : sensagent is now available on your handheld

   Advertising ▼

sensagent's office

Shortkey or widget. Free.

Windows Shortkey: sensagent. Free.

Vista Widget : sensagent. Free.

Webmaster Solution

Alexandria

A windows (pop-into) of information (full-content of Sensagent) triggered by double-clicking any word on your webpage. Give contextual explanation and translation from your sites !

Try here  or   get the code

SensagentBox

With a SensagentBox, visitors to your site can access reliable information on over 5 million pages provided by Sensagent.com. Choose the design that fits your site.

Business solution

Improve your site content

Add new content to your site from Sensagent by XML.

Crawl products or adds

Get XML access to reach the best products.

Index images and define metadata

Get XML access to fix the meaning of your metadata.


Please, email us to describe your idea.

WordGame

The English word games are:
○   Anagrams
○   Wildcard, crossword
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris is a curious tetris-clone game where all the bricks have the same square shape but different content. Each square carries a letter. To make squares disappear and save space for other squares you have to assemble English words (left, right, up, down) from the falling squares.

boggle

Boggle gives you 3 minutes to find as many words (3 letters or more) as you can in a grid of 16 letters. You can also try the grid of 16 letters. Letters must be adjacent and longer words score better. See if you can get into the grid Hall of Fame !

English dictionary
Main references

Most English definitions are provided by WordNet .
English thesaurus is mainly derived from The Integral Dictionary (TID).
English Encyclopedia is licensed by Wikipedia (GNU).

Copyrights

The wordgames anagrams, crossword, Lettris and Boggle are provided by Memodata.
The web service Alexandria is granted from Memodata for the Ebay search.
The SensagentBox are offered by sensAgent.

Translation

Change the target language to find translations.
Tips: browse the semantic fields (see From ideas to words) in two languages to learn more.

last searches on the dictionary :

5094 online visitors

computed in 0.141s

   Advertising ▼

I would like to report:
section :
a spelling or a grammatical mistake
an offensive content(racist, pornographic, injurious, etc.)
a copyright violation
an error
a missing statement
other
please precise:

Advertize

Partnership

Company informations

My account

login

registration

   Advertising ▼